« La Part des flammes » Gaëlle NOHANT.


photoCertains romans sont parfois choisis pour des éléments futiles : une magnifique couverture, un nom d’auteur qui s’annonce comme un clin d’œil. Voilà ce qui m’a fait choisir ce roman de Gaëlle Nohant. S’appelait Nohant me semblait improbable et en effet il s’agit d’un pseudonyme de l’auteur, choisi pour son affection pour George Sand, puisque, rappelons-le, la demeure de Sand se trouve dans un petit village du Berry nommé Nohant-Le-Vic. Ces deux éléments liminaires ont suffi pour me donner envie de découvrir l’histoire qui se cachait dans ces pages.

Nous sommes à Paris à la fin du XIXe siècle dans le milieu aristocratique. La duchesse d’Alençon, petite sœur de l’impératrice Sissi, participe activement à plusieurs œuvres de charité. Une grande vente de charité doit effectivement se tenir au Bazar de la Charité, une grande halle montée pour l’occasion. Là, les femmes de la haute société vont tenir des stands de vente. La Comtesse Violaine de Raezal, veuve depuis peu et qui traine derrière elle une petite réputation, obtient le soutien de la duchesse, elle sera à son stand. La jeune Constance d’Estingel les y rejoindra, poussée par sa mère qui n’a qu’une idée en tête marier sa fille. Ces trois femmes se connaissent à peine, mais l’incendie épouvantable qui ravagera le Bazar de la Charité va les unir à jamais et les transformer.

(suite…)

« Un été avec Victor Hugo » Laura EL MAKKI & Guillaume GALLIENNE.


Galliène un été avec victorUn été avec… est une série d’ouvrages qui, chaque mois de mai, depuis 2013, propose de découvrir un auteur : il y eut Montaigne, puis Proust, Baudelaire et enfin Victor Hugo. Des petits chapitres courts donnent l’essentiel de leur biographie autour d’entrées diverses selon les auteurs. J’avais offert celui sur Baudelaire à ma mère l’an dernier, et cette année j’ai craqué pour Hugo.

(suite…)

Bilan mensuel de lecture : Juin 2016.


logo-bilan-mensuel1Je n’ai guère publié durant ce mois de juin et pourtant je n’ai cessé de lire. Autant vous dire que j’ai plusieurs chroniques de retard. Mais ne nous laissons pas abattre, juillet a déjà commencé et si je n’en ai pas encore fini avec les copies de bac, ce premier mois de vacances va voir refleurir le blog, enfin je l’espère.

Juin fut sous le signe des SP. La pile, ou plutôt les piles, montent dangereusement et je m’y suis attaquées mais toujours en privilégiant mes envies. Un seul livre de ma PAL a pris le soleil (enfin, façon de parler), mais un livre qui venait à peine d’y entrer, donc guère d’avancée dans le domaine de la PAL. D’autant que juin est un mois dangereux puisque se tient depuis plusieurs années maintenant Le Salon du livre de poche de Saint-Maur et que je n’ai guère pu résister aux achats après un sevrage de plusieurs semaines  et une fatigue de fin d’année scolaire qui m’a rendue bien faible. Donc, vous l’aurez compris, ce mois de juin a été catastrophique pour PALounette.

Toutefois, et c’est sans doute le plus important, mes lectures furent bonnes et, comme toujours, très variées.

(suite…)

« Dinky rouge sang » Marie-Aude MURAIL – Roman Ado.


Murail dinky rougeJ’ai découvert Marie-Aude Murail alors que je n’étais plus adolescente depuis bien longtemps, mais quand je lis ses romans j’ai l’impression d’avoir à nouveau 13 ans.

Dinky rouge sang est le premier tome de la série Nils Hazard chasseur d’énigmes. Comme souvent chez moi, je commence rarement par le début, donc j’avais déjà lu le tome 2 : L’Assassin est au collège et c’est une amie qui m’avait fortement conseillée de lire le premier opus, et elle n’avait pas tort, puisque dans ce premier tome, l’auteure nous présente son héros, son passé et sa particularité : résoudre des énigmes, ici, essentiellement familiales.

(suite…)

« Mariages de saison » Jean-Philippe BLONDEL


Blondel mariagesCorentin est vidéaste de mariage durant les beaux jours de printemps et d’été. Il aide son oncle, Yvan, en attendant de trouver mieux. Corentin, au temps du lycée, avait déjà tenu une caméra et avait le projet de filmer des portraits de ses camarades, mais ce projet n’a jamais vu le jour. Le roman court du 8 juin au 10 novembre 2013 : six mois durant lesquels, le jeune homme va murir et donner un sens à sa vie.

Dans ce nouveau roman, Jean-Philippe Blondel opte pour une narration mixte : le récit de plusieurs journées de mariage alternant, vers le milieu du roman, avec des confessions de différents personnages repérables par l’italique.

(suite…)

Patte de velours, œil de lynx » Maria ERNESTAM


Ernestam Patte de velousSara et Björn, las de la vie citadine et de la promiscuité, décident de s’installer à la campagne dans une maison qu’ils ont entièrement retapée. Ils sont cordialement accueillis par leur voisin le jour de leur arrivée, puis quelques jours plus tard, invités pour un repas amical. Mais, car il y a un mais, les voisins ont un chat : Alexander qui hante leur jardin et terrorise leur douce chatte, Michka. Cette dernière n’ose plus sortir dans le jardin. Sara et Bjorn ont tout tenté pour faire fuir le matou : jets d’eau ou de pierre, mais Alexander se sent sur son territoire et est bien décidé à y rester. Et puis Agneta, la voisine, montre un comportement de plus en plus étrange : jalousie, agressivité. La tension monte.

(suite…)

Bilan mensuel de lecture : Avril 2016.


logo-bilan-mensuel1Il est temps de se plonger dans le bilan de lecture du mois d’avril.

Ce mois-ci encore, j’ai eu des retards dans la rédaction de mes billets, mais je n’ai pas rompu mon rythme de lecture. Plus les mois passent et plus je m’installe dans ce rythme devenu régulier.

En avril, les lectures de SP ont été plus nombreuses. Il faut dire que j’en reçois beaucoup en ce moment, et qu’il faut bien les lire pour que les piles ne deviennent pas trop démesurées.

(suite…)

« Virginia et Vita » Christine ORBAN


Orban virginiaEn 1928, Virginia et Vita vivent, depuis le début des années 20,  une relation amoureuse alors même que toutes les deux sont mariées. Christine Orban propose, dans ce roman, de nous faire partager cette relation saphique. Elle dresse le portrait de deux femmes, l’une écrivain modeste mais géniale, Virginia, l’autre, romancière dilettante fille du baron Lionel Edward Sackville-West. L’année 1928 est aussi l’année où Virginia Woolf entame la rédaction d’Orlando dont le personnage éponyme est inspiré de Vita. J’ai lu Orlando durant mes études universitaires, un roman hors norme, exigeant et étrange, où le personnage, jeune noble au début du roman, va changer de sexe. L’histoire se déroule sur quatre siècles. Si le personnage change de sexe il n’en oublie pas pour autant ce qu’il a vécu en étant un homme.

(suite…)

« Titus n’aimait pas Bérénice » Nathalie AZOULAI – Rentré Littéraire 2015


Azoulay TitusBérénice est sans doute ma tragédie préférée de Jean Racine. Et Dieu sait comme j’aime la langue de Racine, sans doute parce que j’ai appris à l’aimer, à la comprendre durant mes études. C’est en Première, avec Mithridate, que tout a commencé. En fac, Racine est revenu souvent, et à chaque fois je ressentais des frissons en lisant ses alexandrins, si bien que j’ai voulu en lire davantage par moi-même. Mais Bérénice fut un choc émotionnel comme seul la littérature peut en provoquer. Aussi, il m’était impossible de passer à côté de ce roman.

(suite…)

Bilan mensuel de lecture : Février 2016


logo-bilan-mensuel1Février cette année nous a offert un jour de plus pour clore nos lectures, un petit bonus d’un jour, c’est toujours bon à prendre ! Le miracle de janvier s’est reproduit ce mois-ci, chaque livre lu a eu droit à son billet, je maintiens donc le cap !

(suite…)