« Les Délices de Tokyo » Durian SUKEWAGA


sukewaga les délicesSentarô travaille dans une échoppe. Il prépare et vend des dorayaki, pâtisserie japonaise à base de pâte de haricots rouges. Mais il ne fait guère recette et n’en peut plus de transpirer devant la plaque chauffante. Un jour, une vieille femme se plante devant sa boutique et demande à être embauchée. Au-delà de son âge avancé, les doigts de ses mains sont étrangement repliés. Sentarô se méfie, mais la vieille femme insiste et Sentarô finit par accepter quand il constate qu’elle maîtrise la confection de la pâte d’haricots azuki avec brio.

(suite…)

Publicités

« Christmas pudding » Nancy MITFORD.


Processed with Rookie CamLe roman s’ouvre sur une présentation des personnages du roman. Chacun est évoqué rapidement, mais suffisamment pour être saisi par le lecteur.  Seize personnages qui ont tous un lien entre eux et qui vont tous se croiser chez Amabelle Fortescue, ancienne demi-mondaine qui a loué une maison pour Noël dans le Gloucestershire, en pleine campagne. Cette galerie de personnages, appartenant soit à la bonne société anglaise soit gravitant autour, va, sous la plume cyniquement drôle de Nancy Mitford, vivre des vacances quelque peu mouvementées.

(suite…)

« Ma Cousine Rachel » Daphné Du Maurier.


ma cousinePhilip Asley vit avec son oncle Ambroise. Orphelin, il fut adopté et élevé par cet homme fort et généreux qui lui a servi de père et de modèle.  Leur vie d’hommes célibataires est réglée comme du papier à musique. Ils s’occupent de leur maison, mais surtout du parc, son aménagement, s’intéressent aux plantes, à leur disposition. Depuis quelques années, Ambroise part quelques semaines en Italie à la fois pour son soleil mais aussi parce que ces voyages lui donnent l’occasion de ramener de nouvelles plantes, arbustes. Pourtant cette année-là, Ambroise tarde à rentrer. Bientôt il informe Philip qu’il a fait la connaissance de Rachel, une cousine lointaine, qu’il vient d’épouser. Mais les lettres deviennent plus rares, puis inquiétantes : Ambroise est grièvement malade. Philip décide de partir pour Florence où il découvre que son oncle est mort et Rachel partie. Une haine grandit en lui pour cette femme qui lui a pris son mentor. Que s’est-il réellement passé ? Et qui est cette femme ?

(suite…)

Premières Lignes #37 – « Intrigue à Giverny » Adrien GOETZ.


premières_lignesRendez-vous initié par Malecturothèque

 

Ces derniers jours j’ai retrouvé ma copine Pénélope. Je l’avais quittée à Bayeux et je la retrouve entre Paris, Monaco et Giverny. Ce roman est le quatrième d’une série. Pourquoi lire le 4ème sans être passée au préalable par le tome 2 et 3 ? Pour raison professionnelle. Mais cela n’est pas trop gênant, car chaque tome a sa propre intrigue. Ce qui lie les tomes entre eux est la progression de la relation amoureuse entre Pénélope et Wandrille, journaliste et fils de ministre. Dans ce tome-ci, donc, Goetz et ses personnages s’intéressent à Monet, au « mystère Monet » et avec cet auteur, professeur d’histoire de l’art, on est certain de sortir plus instruit en refermant le roman.

En voici donc les Premières Lignes :

(suite…)

« Le Professeur » Charlotte BRONTË


Le Professeur est le premier roman écrit par Charlotte Brontë. Il ne trouva pas d’éditeur du vivant de la jeune femme et ne fut donc publié qu’en 1857 à titre posthume. Charlotte Brontë s’inspire très largement de sa propre expérience et de son séjour à Bruxelles en 1842 dans un pensionnat. Ce séjour avait pour but de parfaire ses connaissances en français afin d’ouvrir une école avec sa sœur Emily de retour en Angleterre. Durant ce séjour, Charlotte va s’éprendre du professeur de rhétorique, Mr Heger. Amour cependant qui restera platonique. Dans son roman, Charlotte opère plusieurs changements, mais les références autobiographiques sont largement perceptibles.

(suite…)

Premières Lignes #36 : « Bel-Ami » Maupassant.


premières_lignesRendez-vous initié par Malecturothèque

 

Ce dimanche je vous présente un classique, un roman que j’ai dévoré cette semaine, que j’avais pourtant déjà lu il y a plusieurs années et qui fut un réel plaisir de relecture. Il m’arrive peu de relire, il faut dire que j’ai tant à lire ! Les rares romans que je relis, quand j’ai le temps de relire ou quand il le faut vraiment pour préparer un cours, sont des classiques. Et ce qu’il y a de bien avec les classiques c’est qu’ils ne se livrent jamais tout entier à la première lecture, j’ai même parfois le sentiment que plus on les relit et plus ils s’enrichissent. Cette semaine donc j’ai vécu au XIXe siècle en compagnie d’un homme exécrable et sans scrupules qui a donné son nom au roman : Bel-Ami du génial Guy de Maupassant.

En voici donc les Premières lignes :

(suite…)

« La Petite copiste de Diderot » Danielle DIGNE


Félicité est une jeune paysanne qui a eu la chance d’avoir une mère soucieuse de lui donner une éducation. Elle dévore les livres. Mais sa vie change à la mort de son père puis, quelques années plus tard, de sa mère. Recueillie par l’abbé Paulin, ami de sa mère, elle obtient, grâce à ses connaissances et à sa belle écriture, une place comme copiste auprès du philosophe Denis Diderot. La jeune fille quitte donc Langres pour Paris. Elle fait la connaissance du grand homme absorbé par la parution du huitième tome de son Encyclopédie. Félicité est chargée essentiellement de copier la correspondance et les œuvres romanesques. Au contact de Diderot, de ses écrits, des amis nombreux du philosophe qu’elle va côtoyer, Félicité parfait sa culture et s’ouvre à l’esprit des Lumières.

(suite…)

Premières Lignes #35


premières_lignesRendez-vous initié par Malecturothèque

Hier je me suis lancée dans un roman qui repose dans ma PAL depuis des lustres. Décidément cet été, je fouille dans les abysses de ma PAL, et c’est tant mieux. Sans avoir jamais lu cet auteur, j’ai pourtant plusieurs de ses romans sur mes étagères, j’ai même eu l’occasion de le rencontrer dans une librairie de ma super banlieue. Il fait l’unanimité chez mes copines blogueuses et même chez mes collègues. Il fallait donc bien que je me décide à ouvrir un de ses romans. J’ai donc choisi : La porte des enfers et vous aurez donc reconnu Laurent Gaudé.

Le sujet de ce roman repose sur le deuil d’un père et sur sa descente aux enfers. Sujet un peu compliqué pour moi. L’intrigue se situe à Naples.

En voici donc les Premières Lignes…

(suite…)

« Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps… : Léopoldine Hugo et son père » Florence COLOMBANI.


Il est des livres qui vous appellent, qui vous happent par sa couverture, qui vous embarquent dès les premières lignes, les premières pages tournées. Cette biographie de Florence Colombani fait partie de ceux-là. Rappelant en titre le plus beau et le plus connu des poèmes de Victor Hugo dédiée à sa fille, Léopoldine, elle raconte la vie de cette jeune femme morte trop jeune et immortalisée par son père.

On connaît tous, je crois, le destin tragique de Léopoldine : noyée à l’âge de 19 ans, avec son mari, dans la Seine, après le renversement de leur barque. Elle est devenue une héroïne romantique et tragique, dont la figure a été entretenue par la légende : son mari préférant mourir avec elle en constatant qu’il ne pouvait la sauver. Victor Hugo a largement contribué à cette légende en lui offrant un recueil de poèmes magnifique : Les Contemplations. On nous raconte cette histoire depuis l’école primaire. Florence Colombani s’attaque donc à un mythe littéraire. Mais comment raconter la vie d’une jeune femme de 19 ans, comment s’extraire de la légende hugolienne pour retrouver la vraie Léopoldine, pour la rendre vivante ? C’est la gageure de la biographe.

(suite…)

Premières Lignes #34.


premières_lignesRendez-vous initié par Malecturothèque

Même si je participe à ce rendez-vous dominical de façon un peu anarchique, j’y prends toujours plaisir. Et ce matin, je vous présente un roman commencé précisément aujourd’hui et dont j’ai déjà lu une centaine de pages. Ecrit par Danielle Digne, La petite copiste de Diderot, raconte l’histoire de Félicité entrée au service du grand philosophe au moment de l’écriture du 8e tome de L’Encyclopédie. Originaire de Langres, ville natale de Diderot, la jeune fille est embauchée comme copiste, comme le titre l’indique. L’auteur nous fait pénétrer dans les coulisses de cette grande aventures de l’esprit et nous fait côtoyer les grands noms des Lumières.

En voici donc les Premières lignes…

(suite…)

Publicités