« Hors-Service » Solja KRAPU


Eva-Léna est professeur de collège. Ultra organisée dans sa vie de famille comme dans son métier, elle s’impose des règles de vie rigoureuses. Un vendredi soir, elle se rend dans son établissement pour faire des photocopies afin de s’avancer pour ses cours du lundi matin. La porte se referme et la voilà bloquée dans le local, sans ses clefs et sans son portable.  Après un moment de panique, elle comprend qu’elle risque d’y passer tout le week-end. Commence alors une longue introspection.

(suite…)

Publicités

Petite PAL estivale


Demain matin c’est départ vers la méditerranée, les cigales, les plouf dans la piscine. Une première petite semaine de vacances que j’attendais avec impatience.  La valise des vêtements est quasi prête, elle fut vite faîte : sur ce coup-là j’ai été efficace. Mais c’est la PAL qui a été plus compliquée à concevoir.

Alors quels livres ai-je choisis ?

(suite…)

Descente en librairie… le grand retour !


Ma PAL se porte toujours aussi bien, je vous remercie, d’ailleurs quelques petits nouveaux sont venus l’alourdir un peu. Elle n’avait pas besoin de ça, me direz-vous, mais quand l’été et les vacances arrivent l’envie de lire se fait pressante et la frénésie d’achat reprend de plus belle. C’est un peu comme si j’oubliais que j’avais des centaines de livres dans ma PAL… Il faut dire aussi que je suis toujours très optimiste en début de vacances, il y a en moi  la certitude que je vais parvenir à lire 100 livres en deux mois alors qu’en fait si j’en lis 20, ce sera bien le bout du monde, et que surtout je ne lis même pas 100 livres par an. Mais bon, je fais fi de tout cela.

Alors quoi de neuf ?

(suite…)

Patte de velours, œil de lynx » Maria ERNESTAM


Ernestam Patte de velousSara et Björn, las de la vie citadine et de la promiscuité, décident de s’installer à la campagne dans une maison qu’ils ont entièrement retapée. Ils sont cordialement accueillis par leur voisin le jour de leur arrivée, puis quelques jours plus tard, invités pour un repas amical. Mais, car il y a un mais, les voisins ont un chat : Alexander qui hante leur jardin et terrorise leur douce chatte, Michka. Cette dernière n’ose plus sortir dans le jardin. Sara et Bjorn ont tout tenté pour faire fuir le matou : jets d’eau ou de pierre, mais Alexander se sent sur son territoire et est bien décidé à y rester. Et puis Agneta, la voisine, montre un comportement de plus en plus étrange : jalousie, agressivité. La tension monte.

(suite…)

« Action ou vérité » Annika THOR


thor action véritéNora est amie avec Sabina depuis la crèche, une amitié sororale, mais durant l’été les deux amies ne se sont pas beaucoup vues : quand l’une était partie en vacances, l’autre était chez elle et vice-versa. Le jour de la rentrée, Nora a hâte de retrouver son amie, or, quand celle-ci traverse la cour en compagnie de Fanny, c’est à peine si elle remarque Nora. Invitée chez Fanny durant l’un des mois d’été, Sabina s’est détournée de Nora et reporte à présent toute son amitié sur Fanny, une jeune fille influente au collège, issue d’une famille aisée. Nora se retrouve donc seule, mais pire encore, la tête de Turc de la classe, Karin, semble décider à faire amie-amie avec elle.

(suite…)

« Super Charlie » de Camilla Läckberg et Millis Sarri


Camilla Läckberg, connue pour ses polars suédois, a écrit ici un texte pour la jeunesse. C’est l’histoire de Charlie, un bébé, à la naissance, comme les autres, mais, touché une nuit par de la poussière d’étoiles qui lui donne alors le don de voler. Pourtant Charlie vit dans une famille ordinaire, avec un papa, une maman, une mamie et un papi un peu distrait, ainsi qu’une sœur et un frère. Ce dernier est harcelé à l’école, et Charlie veut venger son frère, et se transforme alors en Super-Charlie.

Je suis un peu mitigée sur cet album qui tourne un peu trop autour du caca-pipi-couche, même si ces  éléments ont bien fait rire Eliot, j’ai trouvé cela un peu trop répétitif. Ce qui m’a nettement plus fait rire est le décalage entre son état de bébé et sa conscience d’un enfant de 8 ans. Mais, là encore, rien de bien révolutionnaire. Finalement ce qui rend cet album intéressant est, pour moi, davantage l’illustration que le texte, alors même que l’éditeur semble insister sur le nom de Camilla Läckberg, auteur de plusieurs best-sellers.

L’objet livre est beau, coloré, les dessins sont souvent drôles et la bouille de Charlie rachète une histoire sans guère d’intérêt. Le texte me semble même un peu compliqué pour la cible visée, et, pour l’avoir lu à Eliot, j’ai pu constater que mon garçon de 6 ans (bientôt) décrocher par moment.

Pour la lectrice que je suis, voir les dessins de la maman en train de lire à table tout en donnant à manger à Charlie, ou le papi perdu dans la multitude de ses livres, m’a fait plaisir mais cela n’est guère relayé dans le texte.

Comme nous avons lu cette histoire à deux, je vous laisse découvrir ce qu’en a pensé Eliot, avec ses mots, et mon écriture :

J’ai trouvé l’histoire très drôle et très amusante. Ce qui a été amusant surtout c’est quand le papa découvre que Charlie vole. J’ai aimé aussi que les deux étoiles se collent et donnent son pouvoir à Charlie. C’est rare aussi de voir un bébé qui fait caca dans les toilettes. C’était drôle la façon dont la mamie parle au bébé, et la bataille de couteaux à table entre la sœur de Charlie et son papa. J’aime bien le doudou de Charlie qui va à l’hôpital dans une ambulance en jouet. Et enfin je trouve que les dessins sont jolis, et surtout les dessins de Super Charlie.


Rendez-vous sur Hellocoton !

« La Fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette : Millénium 2 » Stieg Larsson


Après ma lecture du tome 1, en 2006, je n’avais pas ressenti le besoin de poursuivre ma lecture de cette trilogie, tant L’Homme qui n’aimait pas les femmes, me paraissait bouclé sur lui-même. L’enquête était résolue, je ne voyais pas bien ce que pouvait amener les deux tomes suivants. Je pense aussi que la violence de la fin du tome 1 m’avait un peu refroidie. Aussi ai-je attendu cinq ans (Mon Dieu que le temps passe vite!) et la proposition de Manu d’une LC(A) pour enfin me décider à ouvrir ce fameux tome deux au titre génial.

La particularité de ce roman est qu’il donne la part belle à Lisbeth Salander, tandis que L’Homme… était davantage centré sur Mikael Blomkvist, célèbre journaliste du magazine Millénium. Et cela tombait plutôt bien puisque cette petit nana, toute maigrichonne, parsemée de piercings et pour le moins déjantée m’avait beaucoup plu dans le tome précédent.

Nous retrouvons donc Lisbeth deux ans après l’intrigue du tome 1. Elle s’est offert une année sabbatique sous le soleil, voyageant au gré de ses envies. Tout bascule quand un couple, Dag et Mia, se fait assassiner dans leur appartement de Stockholm. Plusieurs empreintes de Lisbeth sont retrouvées dans l’appartement et tous les soupçons pèsent sur elle. La Presse se déchaîne, la police est sûre de la culpabilité de Lisbeth. Seul Mikael doute fortement de la culpabilité de son amie, d’autant que Dag et Mia travaillaient à démanteler un réseau de trafic de femmes et de prostitution, préoccupations qui rejoignent celles de Lisbeth.

Quatre enquêtes parallèles vont donc se mettre en branle : celle de la police, celle de Mikael, celle de l’ancien employeur de Lisbeth et celle de Lisbeth elle-même. Le roman est, grosso modo, divisé en trois parties : la première sur la nouvelle vie de Lisbeth, puis survient le meurtre et commencent les enquêtes, et enfin la dernière partie qui dénoue les fils de l’intrigue.

Bien que j’ai mis quinze jours à venir à bout de ce roman de plus de 650 pages, je ne me suis pas ennuyée. Ce qui m’a particulièrement intéressée est bien le personnage de Lisbeth, le doute sur sa culpabilité, ce que l’on apprend sur son passé, la façon dont la police dresse un portrait à partir de dossiers sociaux et judiciaires, interprète les faits tandis que les amis de Lisbeth donnent d’elle une vision bien différente.

Certes Millénium est un polar voire un thriller, et l’intrigue est savamment construite et nous tient en haleine, mais il m’a semblé que l’intrigue était surtout Lisbeth elle-même, et que tout le roman consiste finalement à savoir qui est réellement Lisbeth. Qui est le meurtrier de Dag et Mia ? et pourquoi ont-ils été assassinés ? Ces deux questions trouvent assez vite leur réponse, alors même que Lisbeth reste un mystère jusqu’au bout. La fin même du roman en est d’ailleurs la preuve, car bien que l’enquête sur les meurtres soit achevée, l’existence du tome trois laisse supposer que le mystère principal, Lisbeth, ne l’est pas encore totalement.

Mikael Blomkvist est un peu moins présent que dans le tome précédent, mais, et cela est vrai aussi pour tous les personnages, a une réelle existence romanesque, une réelle épaisseur. Larsson ne tombe pas dans la caricature, et chaque personnage a une certaine complexité, ses faiblesses, ses parts d’ombre et aussi, pour quelques uns, un certain humour.

Depuis hier est sortie l’adaptation américaine de cette trilogie avec le beau Daniel Craig. Physiquement, je trouve que les acteurs correspondent bien aux personnages, mais je m’interroge sur cette adaptation des trois romans dans la mesure où le tome 1 est une intrigue indépendante, mais peut-être aurai-je la réponse en lisant La Reine dans le palais des courants d’air. Pour le film, j’attendrai de le découvrir quand il passera sur Canal + et que j’aurai fini de lire cette trilogie.

Pour finir, j’aurais juste une question : quelle est donc cette manie suédoise de se préparer des tartines à toute heure de la journée ?

Roman lu dans le cadre d’un LC(A), je vous laisse découvrir les avis de Manu, Zarline et DeL, ainsi que dans le cadre du Challenge Thriller organisé par Cynthia, et du Challenge Le Littérature fait son cinéma organisé par Will.