« Le syndrome de la vitre étoilée » Sophie ADRIANSEN – Rentrée Littéraire 2016 #2


adriansen la vite étoiléeStéphanie aime Guillaume. Ils sont en couple depuis dix ans. Autour de la jeune fille, petit à petit, ses amies annoncent leur grossesse. Dans la presse aussi, les journalistes annoncent les naissances royales. Stéphanie est cernée par les femmes enceintes. Mais Guillaume est quasiment stérile. Commence alors une longue série de rendez-vous médicaux, d’intrusions dans le corps de Stéphanie, de dévoilements soit disant sans conséquences et qui pourtant sont vécus presque comme des viols.

Sophie Adriansen raconte le long parcours de son héroïne, un parcours douloureux puis rédempteur qui passera par une réappropriation de son corps, de son esprit, de son être tout entier.

(suite…)

« La nuit avec ma femme » Samuel BENCHETRIT – Rentrée Littéraire 2016 #1


benchetrit la nuit avec ma femmeDans son nouveau livre, Samuel Benchetrit fait revenir celle qu’il a aimée et qui est le mère de son fils : Marie Trintignant. Treize ans après le drame, il livre sa tristesse, sa révolte, son manque, son amour éternel dans une écriture qui oscille entre violence et douceur, une phrase hachée qui martèle, interroge sans cesse, se souvient, fait revivre.

La nuit avec ma femme est avant tout une déclaration d’amour à Marie.

(suite…)

« Le Journal d’Aurore » Marie DESPLECHIN et Agnès MAUPRE – BD


Despléchin AuroreLes Editions de Rue de Sèvres, après la très belle adaptation de Quatre Sœurs de Malika Ferdjoukh par Cati Baur, proposent aujourd’hui une adaptation du même type des romans de Marie Desplechin : Le Journal d’Aurore. Le premier tome rassemble les deux premiers du roman : Jamais contente et Toujours fâchée ! Il y a déjà six ans, j’avais lu, allez savoir pourquoi, le dernier tome : Rien ne va plus et j’avais été très enthousiaste. Aussi quand on m’a proposé de recevoir l’adaptation des deux premiers tomes, je n’ai pas hésité.

(suite…)

« La Grande Panne » Hadrien KLENT


Klent la grande panneUne explosion dans une mine de graphite en Italie entraîne l’apparition d’un immense nuage qui menace de s’enflammer au contact des lignes à haute tension. Le nuage se déplace et menace la France. La seule solution est de couper l’électricité. Dans cette atmosphère tendue, le lecteur suit plusieurs personnages et notamment trois anciens amis de lycée : Nathanaël, brocanteur à Montreuil-Bellay ; Normand, écrivain installé à l’île de Sein après avoir, pendant plusieurs années, rédigé des discours pour le premier ministre de l’époque et Jean-Charles Lavaud, activiste vivant à Paris. Chacun va se retrouver au cœur de l’évènement.

(suite…)

« Demain j’arrête ! » Gilles LEGARDINIER


legardinierLors d’une soirée arrosée, un jeune homme pose une question apparemment anodine à Julie : « Dis-moi, Julie, c’est quoi le truc le plus idiot que tu aies fait dans ta vie ? ». Celle-ci se lance alors dans le récit de sa rencontre avec Ric et de toutes les choses idiotes qu’elle a pu faire pour le séduire.

Julie vit dans une ville de province et plus exactement dans le quartier de son enfance qu’elle se refuse de quitter. Elle s’y sent chez elle, elle en connaît tous les commerçants, elle est amie avec ses voisins. C’est son monde. De retour de vacances désastreuses chez une amie et ses enfants, elle est contente de rentrer chez elle et c’est là qu’elle croise Ric, le nouveau locataire de l’immeuble.

(suite…)

« Secrets d’Histoire : Madame George » – Stéphane Bern


george sand nadarHier soir était diffusée l’émission Secrets d’Histoire, présentée par Stéphane Bern, consacrée à George Sand. Vous pensez bien que j’étais rivée à ma télé dès  20h50. Une émission entière consacrée à Sand, ce n’est pas si fréquent et j’avais hâte de voir ce qu’il allait en ressortir.

Je vous propose ce matin un petit débrief faisant état de mes impressions.

(suite…)

Bilan de lecture mensuel : Juillet 2016.


logo-bilan-mensuel1Bonheur du mois de juillet qui nous permet de prendre le temps de lire, prendre le temps d’écrire son blog, prendre le temps de créer un Bujo et accessoirement prendre le temps de préparer ses cours ! Ce mois de juillet fut une réjouissance malgré une météo plus que capricieuse mais qui nous évite les jours caniculaires de l’été dernier, et moi, ça me va. Je n’aime plus la chaleur depuis la canicule de 2003 où enceinte jusqu’aux dents j’ai accouché un 2 août par 40°. Je me satisfais pleinement d’un petit 24° depuis et recherche l’ombre. J’ai pu donc profiter et lire et surtout publier des billets en retard et autres. Autre plaisir de ce mois de juillet fut d’entrer en contact, grâce aux réseaux sociaux, avec les auteurs que j’ai chroniqués ce mois-ci : Gaëlle Nohant et Aurore Bègle sur Twitter ou Florence Hinckel sur Facebook. Le blog procure ce plaisir spécial et précieux d’avoir le retour des auteurs eux-mêmes sur nos avis de lecture. Merci à eux de nous lire !

(suite…)

Premières Lignes… #12


premières_lignesRendez-vous initié par Malecturothèque

Pour ce dernier dimanche de Juillet, je vous propose les premières lignes d’un roman que je viens de commencer et qui est sorti récemment : La Grande Panne d’Hadrien Klent.

En voici donc les premières lignes…

(suite…)

« Sauveur & Fils – Saison 1 » Marie-Aude MURAIL


Murail sauveurChallenge Dames de lettres saison 2Marie-Aude Murail fait parti de mes valeurs sures. De ces auteurs refuges qui ne nous déçoivent jamais. Sauveur & Fils fut une réel plaisir de lecture mais, comme toujours avec Marie-Aude Murail, bien plus encore.

Sauveur Saint-Yves est psychologue à domicile. Son cabinet est séparé par une porte de son appartement. Il reçoit de jeunes adolescents en mal de vivre. Mais Sauveur est aussi le papa de Lazare, jeune garçon futé et  autonome, qui, à peine rentré de l’école, entre-ouvre la petite porte qui sépare le cabinet de son père de leur appartement, et écoute les confessions des jeunes patients.

(suite…)

« Traces » Florence HINCKEL


hinckel tracesFlorence Hinckel est une auteure jeunesse, ou plutôt une auteure, tout court. Je suis ses romans avec intérêt car elle a la faculté de se saisir des éléments de la réalité pour construire des intrigues futuristes, mais dans un futur qui n’est peut-être pas si éloigné de notre présent. Que ce soit Théa pour l’éternité ou le très bon #Bleue, ou encore le très récent U4 Yannis, Florence Hinckel pousse les ado lecteurs à réfléchir sur leur quotidien, leur réalité et leurs pratiques des nouvelles technologies.

Dans Traces, elle s’inspire d’une idée qui avait traversé l’esprit d’un ancien président et qui, à l’époque, avait fait polémique : détecter les futurs criminels dès la crèche ou presque. Grâce à la mise au point d’un logiciel, le Traces, les autorités sont, dans le roman, désormais capables d’identifier non seulement le criminel à venir, mais connaître le lieu, la date et jusqu’à l’heure à laquelle va être commis le meurtre.

(suite…)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 343 autres abonnés