Descente en librairies parisiennes…


Les vacances sont certes faites pour se reposer mais aussi pour aller se promener notamment à Paris et plus précisément avec ma sœur qui, âme charitable, accepte de me suivre dans ces lieux de perdition et surtout de m’attendre.

Cette semaine j’ai donc visité quatre librairies.

(suite…)

« You’ve got m@il » – « Vous avez un mess@ge » de Nora EPHRON – FILM


you've got mail filmMardi après-midi, mon fils Antoine, 9 ans, n’avait pas école. Nous en avons profité pour regarder un DVD choisi par mes soins : You’ve got mail, une comédie romantique que je n’avais pas revue depuis des années. On peut penser qu’un petit garçon ne soit guère intéressé par ce genre de film, mais je pense, au contraire, qu’il est bien que les enfants commencent à voir des films variés dès leur enfance. Je trouve que ce film-ci est devenu un classique du genre. Il faut dire aussi que les personnages sont deux libraires, mais des libraires ayant une conception bien différente des librairies.

(suite…)

Sauvons la Librairie Arthaud – Grenoble


librairie-arthaudNous avons toutes et tous une librairie fétiche, celle qui nous convient parfaitement, dans laquelle nous nous trouvons bien, dans laquelle nous pourrions rester des heures.

Quand j’habitais à Grenoble c’était Arthaud. La librairie de Grenoble, avec son grand escalier en pierre qui nous mène à l’étage des livres de poche, avec des rayons bien chargés, des libraires qui finissent par nous saluer à force de nous voir revenir, avec les vitrines que nous léchons en remontant Grande Rue.

Sauf que, Arthaud, racheté par Chapitre (mais Arthaud sera toujours Arthaud et non Chapitre) risque de tirer définitivement son rideau de fer en juin.

(suite…)

Descente en librairies parisiennes


Dimanche, en promenade dans Paris, je me suis arrêtée dans deux librairies. La première en face de la Comédie Française, librairie Delamain au 155 rue St Honoré. Une librairie à l’intérieur cosi, tout en bois, avec des tables qui regorgent de livres. J’ai trouvé trois Folio 2€ que je n’avais pas vus ailleurs :

Une belle librairie à l’ancienne dans un quartier culturel entre le Louvre et la Comédie Française, et ouverte le dimanche, quoi de mieux. J’ai donc acheté les trois livres suivants :

– Blixen, L’éternelle Histoire

– Dickens, L’embranchement de Mugby

– Wharton, Les Lettres.

La deuxième librairie qui a croisé mon chemin est celle du MK2, avenue de France. Librairie plus moderne qui jouxte le cinéma du même nom. En dehors des livres traitant du cinéma et des acteurs, on y trouve aussi un large éventail de romans, et souvent j’y ai trouvé des livres peu vus dans d’autres lieux. Là encore cette librairie est ouverte le dimanche.

Je cherchais à l’origine la sortie en poche de 1Q84, le tome 2, mais visiblement il n’est pas encore sorti. Par contre j’ai trouvé le Jane Mansfield 1967 de Simon Liberati que j’avais très envie de lire depuis sa sortie en librairie l’an dernier, et un essai de Geneviève Brissac intitulé La Marche du cavalier, noté aussi quelque part, et qui aborde la façon de penser le monde chez Blixen, Austen ou Virginia Woolf.

Dorénavant, vous avez deux adresses de librairies ouvertes le dimanche… c’est juste pour info !

Gérard Collard, Libraire : Académicien ?


Pour les fidèles de ce blog, inutile de vous présenter Gérard Collard, libraire de La Griffe Noire, une librairie fantastique et sans langue de bois. Si je parle de lui ce matin, c’est pour relayer une information mais aussi pour essayer de vous mobiliser autour de sa candidature à la très renommée Académie Française.

Son but n’est pas personnel mais engagé. Un engagement réel pour la survie des livres et donc des libraires, un engagement qui ne peut que nous toucher, nous, blogueurs-lecteurs qui aimons tant les livres, qui les achetons en masse, qui les câlinons, les reniflons, les emportons partout avec nous, et surtout qui les lisons avec passion et enthousiasme.

Pour une fois qu’une voix s’élève, pour une fois qu’une personne qui sort de l’establishment culturo-français, qui lit réellement les livres qu’il vend et dont il parle, essaie de se faire entendre, pour une fois que quelqu’un qui parle des livres, non parce qu’il est acoquiné avec tel ou tel auteur, mais bien parce que le livre est bon tout simplement, prend la parole pour défendre le livre, la lecture et les librairies, j’ai envie, moi, de contribuer à sa réussite.

Dans toute ma vie de lectrice, je crois que je n’ai jamais déniché une librairie qui me corresponde autant. Car, en plus de trouver ce que je cherche (et parfois je cherche des trucs totalement improbables!), je trouve des livres que je ne cherchais pas et qui sont devenus des livres chers, précieux comme Une Odeur de gingembre d’Oswald Wind, par exemple. La Griffe Noire est plus qu’une librairie, c’est un endroit où l’on se sent bien, où on nous laisse libres de lire, de feuilleter, où les enfants sont les bienvenus, où on peut demander des conseils qui seront toujours sûrs car donnés par des libraires qui ne vendent pas des livres comme des savonnettes, mais qui défendent des auteurs et savent vous mettre entre les mains des livres dont vous ne soupçonniez même pas l’existence.

Pour le soutenir, vous pouvez envoyer un mail à : contact@académie-française.fr et peut-être verrons-nous, Gérard, vêtu du costume des Immortels.

Pour finir je vous laisse écouter son intervention dans l’émission de Pascale Clark, de France Inter.

http://www.franceinter.fr/player/export-reecouter?content=329211

Et n’hésitez pas à relayer l’info sur Facebook ou Twitter.

Descente en librairie… totalement par hasard !


Cette après-midi j’étais en avance à un rendez-vous, en descendant le boulevard Malesherbes, voilà qu’apparaît une vitrine de libraire…. une bonne vingtaine de minutes à tuer… je pousse la porte et un « bonjour » joyeux m’accueille… la visite s’annonçait bien. Après avoir reluqué, d’un oeil lubrique la table des nouveautés, je me retourne et je tombe sur ça !

Quelle belle surprise que de tomber sur un livre dont on avait oublié la sortie ! En poursuivant mon exploration, je fais d’autres rencontres tout aussi intéressantes :

Un roman historique sur l’imprimerie au XVIème et l’histoire d’un enfant, et puis un titre parfait pour le challenge le nez dans les livres ! Comme je n’avais pas de monnaie et qu’il me fallait utiliser ma CB mais à partir de 15€ (heu en fait c’était 10€…. c’est pas beau de mentir, George!), j’étais bien obligée de trouver une autre friandise à me mettre sous la dent ! Le friandise a été vite trouvée :

Une femme, Karitas, rêvant d’être peintre, au coeur d’un fjord d’Islande, on est bientôt en hiver profitons-en !

Cette descente improvisée (ou presque, du moins non planifiée) m’a donc réservé bien des surprises, car je n’ai absolument pas entendu parler des deux derniers romans présentés avant de les découvrir dans cette librairie ! Une fois à la caisse, j’ai engagé une conversation très sympathique, avec l’une des libraires, sur Marilyn et notamment sur Blonde de Oates… bref, une librairie indépendante qui gagne à être connue ! Et bingo la dite librairie Ars Una a un blog !

Je n’ai trouvé que cette toute petite photo sur le net, mais je vous donne les coordonnées, toujours dans ma volonté de soutenir les librairies indépendantes !

LIBRAIRIE ARS UNA

126 boulevard Malesherbes

75017 Paris

métro ligne 3 station Malesherbes

Tél : 01 42 27 23 87

lundi-vendredi 8h-19h30 samedi 10h-19h30

Il est bien évident que ces achats n’ont été motivée que par un esprit d’entre-aide et de solidarité pour les librairies indépendantes, oui je sais donner de mon temps et de mon énergie pour des causes qui me tiennent à coeur !

Je soutiens mon libraire… « La Griffe Noire »


Après avoir lancé l’idée, à mon tour de vous parler de la librairie dans laquelle je me rends régulièrement.

Je vous parle, voire vous bassine à longueur d’année avec la Griffe Noire

2 Rue de la Varenne, 94 100 Saint-Maur-Des-Fossés
Tél : 01.48.83.67.47

Lundi au samedi : 8h30 à 19h | Dimanche : 10h30 à 12h15

Site Internet pour commander : http://www.lagriffenoire.com/

Et si je vous bassine tant avec cette librairie c’est qu’elle correspond exactement à toutes mes attentes, que jamais, et pourtant Dieu sait que j’en ai visité des librairies, je n’ai trouvé une librairie qui me corresponde à ce point. Il s’agit d’une librairie généraliste, et depuis peu une annexe s’est ouverte (à quelques pas de la maison mère), dédiée aux BD, Mangas et SF, c’est donc là que j’achète les tomes de Chi, une vie de chat et de Une sacrée mamie. Mais qu’a-t-elle donc de particulier ?

Tout d’abord la vitrine, comme vous le voyez sur la photo plus haut, il ne s’agit pas d’une vitrine présentoire, mais déjà, depuis la rue, le ton est donné : des affiches avec l’avis des libraires écrits à la main, des couleurs, des couvertures de livres agrandies et même des mises en scène qui donnent l’ambiance et les goûts des libraires qui vont vous accueillir.

Ici on n’est pas dans le politiquement correct ni dans l’hypocrisie, les choses sont dites avant même que l’on ait mis un pied dans la librairie. On peut n’être pas forcément d’accord avec les avis émis (par exemple je ne partage pas l’enthousiasme de Collard pour Katherine Pancol), mais ce que j’aime c’est l’engagement qui est annoncé, la prise de risque aussi car oui de tels avis peuvent déplaire et faire fuir, moi je m’y retrouve assez bien. Car le grand avantage de cette librairie réside dans le fait que l’on a affaire à de vrais libraires, c’est-à-dire à des libraires qui ont lu les livres qu’ils vendent, et ça ce n’est pas si fréquent ! Il faut dire aussi que chaque rayon à son libraire attitré qui maîtrise son stock, le connaît à fond, prend le temps de vous parler quand vous lui demandez un conseil, vous oriente vers des livres auxquels vous n’auriez pas pensés. Bref ce sont peut-être avant tout des lecteurs, comme vous et moi !

Dans la petite vidéo de présentation de la librairie, que vous trouverez ICI, Gérard Collard et le co-fondateur Jean Casel, expliquent bien que leur but est avant tout de donner envie de lire, et notamment aux jeunes, que tout est fait pour rendre la lecture vivante, joyeuse et libre. Mais pour quelqu’un comme moi et comme vous, qui lisons beaucoup, nous y trouvons aussi de quoi étancher notre soif. Car la liste des découvertes que j’ai pu faire à La Griffe est peut-être aussi longue que ma PAL, et si ce n’est pas La Griffe  qui m’a permis la découverte, elle m’a offert le plaisir incomparable de trouver sur ses tables, le livre repéré le matin même sur un blog, même si ce livre a été édité il y a plus cinq ans, une éternité en matière d’édition. Je sais, en allant à La Griffe que je trouverai le livre que je cherche, mais plus encore que je vais trouver celui que je ne cherchais pas ! et c’est bien là le drame de ma PAL !

Comme je m’y rends, sauf période de carence pécuniaire, quasi toutes les semaines, j’ai mes habitudes, et commence à être un peu connue ce qui entraîne des salutations, des sourires et surtout parfois de sympathiques échanges, notamment avec la personne responsable du rayon jeunesse qui m’a souvent bien orientée dans mes choix. Je sais aussi qu’en matière de polars, si j’ai besoin j’aurai des conseils avisés, de même en BD, deux genres que je connais mal.

Certes ce n’est pas une librairie qui a réellement besoin de mon petit billet pour se faire connaître, elle se débrouille très bien toute seule. Et c’est cela aussi que j’aime, le dynamisme de cette équipe, leurs initiatives : un blog, une page Facebook, un site, et depuis 3 ans la création d’un Salon du livre de Poche en juin… sans parler bien sûr des séances de dédicaces ! En un mot, c’est une librairie vivante, et non un mausolée dans lequel on entre avec la peur de déranger.

Bref, comment vous le dire autrement : La Griffe c’est la librairie que j’aurais aimé créer, et dans laquelle je rêverais de travailler (Gérard si tu as besoin d’extra je suis là!).

Si vous voulez participer à « Je soutiens mon libraire » n’hésitez pas, vous pouvez nous rejoindre sur la page FB qui est dédiée à l’initiative : Les Blogs de lecture soutiennent leur libraire, cliquez sur le lien !

Descente en Librairie contre la TVA à 7% sur les livres


Alors même que la semaine dernière on s’inquiétait du devenir des Librairies Indépendantes (cf. Télérama n°3225), on nous annonce hier une hausse de la TVA sur, notamment, les livres, ceux-ci n’étant pas reconnus comme « biens de première nécessité », de 5,5% à 7% ! Voilà une solution de sauvetage des Librairies Indépendantes, très pertinente ! Si, comme je le crois, vous êtes contre cette augmentation, je vous engage à aller signer la pétition « Non à l’augmentation de la TVA sur les livres » ! Je souhaite aussi relayer l’initiative de Sophie et Judith sur leur blog, initiative que j’ai mise en pratique ce matin même : Achetez des livres, Sauvez un libraire !

Ce matin donc j’ai fait preuve de solidarité et je suis allée à la Griffe Noire pour en rapporter quelques menus ouvrages ! Tout le monde s’affairait à 9h30 et j’étais la seule cliente ! Comme toujours je pars pour acheter un livre et je ressors avec 7. Je me console en me disant que certains ne valaient pas que 2 malheureux petits euros et que c’était pour la bonne cause, et moi, dans l’engagement, je me surpasse !

Tout d’abord 4 petits livres parus au Livre de Poche dans la collection Libretti à 2€ :

Ensuite, voilà plusieurs mois que je reluque un auteur qui me tente beaucoup, et cette fois-ci j’ai craqué :

Et pour finir un roman acheté par curiosité :

Ces derniers achats me permettront d’entamer Le Mois Anglais lancé par Cryssilda, Titine et Lou

mais aussi de commencer enfin, en douceur le challenge de Sharon sur Maurice Leblanc !

Et si vous voulez soutenir votre Libraire rendez-vous LA !