« Une sacrée mamie » de Shimada et Ishikawa, tome 11et fin


Ce tome 11 marque la fin du manga Une sacrée mamie dont j’ai commencé la lecture en mars 2010. Après avoir englouti les quatre premiers tomes, je suis restée fidèles à Akihiro et sa grand-mère, guettant la sortie des tomes mois après mois. Je les ai tous achetés les uns après les autres et je les garde précieusement, pour peut-être les transmettre à Antoine l’année prochaine.

Ce billet est donc un peu nostalgique, car il dit au revoir à ces deux personnages que j’aimais beaucoup et qui m’ont accompagnée pendant deux ans : le petit garçon pour sa drôlerie, la grand-mère pour sa sagesse et son humour pince sans rire.

Ce tome est conçu un peu différemment des autres. Chaque chapitre est précédé d’une maxime de la grand-mère, à la façon, nous explique-t-on, d’un jeu de cartes japonais, le karuta, ainsi revisite-t-on un peu les tomes précédents en relisant ces petites phrases pleines de sagesse : Ne cours pas dans les couloirs de l’école! ça donne faim et ça use les semelles ! Ou La vraie gentillesse s’accomplit sans que l’autre s’en aperçoive.

Mais j’ai retrouvé les histoires morales toujours assez bien amenées et qui sonnent assez justes  pour les enfants, comme la bataille rangée entre les filles et les garçons, par exemple, qui se finit autour d’une soupe aux champignons.

C’est aussi un manga sur l’amitié, l’amitié très forte entre Akihiro et Nanri, une amitié d’enfant excessive, fraternelle et parfois conflictuelle, mais résistera-t-elle à la vie ?

Ce tome clôt donc en douceur et en nostalgie cette série, et les dernières pages sont particulièrement émouvantes, car cette sacrée mamie nous apparaît avec son coeur de grand-mère, tendre et protectrice, elle qui a tant fait et si bien enseigné la vie à son petit fils.

Manga lu dans le cadre du Challenge Dragon, du challenge Ô vieillesse ennemie, et du Challenge PAL Express.

PAL Express : – 6

« Chi, une vie de chat » de Konami Kanata, tome 8


Le tome 8 des aventures de Chi vient de sortir, et comme nous le lisons, mon fils et moi, de concert, je m’en suis vite emparée et l’ai lu dans la foulée, au retour de ma virée en librairie, même pas le temps de l’inscrire dans la PAL : pas vu, pas pris !

Pourtant, ce que je sentais venir depuis les deux derniers tomes, s’est confirmé avec ce tome 8.

Dans ce dernier opus, l’histoire est essentiellement centrée sur l’amitié récente de Chi et du petit chaton noir et blanc, Minou. Ensemble, ils vivent plusieurs aventures : se cachent, explorent les alentours, se trouvent bloquer dans un arbre, etc.

Certes quelques situations font sourire, mais je regrette plusieurs répétitions avec les tomes précédents, et un certain enlisement de l’histoire. J’aurais aimé que l’auteur poursuivent l’intrigue principale, et notamment que l’on en sache un peu plus sur la mère de Chi, à peine évoquée et toujours de la même façon depuis plusieurs tomes. Je suis donc un peu déçue par ce dernier tome, espérons que le suivant se renouvelle un peu.

Manga lu dans le cadre du Challenge Dragon.

« Chi, une vie de chat » Tome 7


Aujourd’hui, pour vous parler de ce tome 7, nous allons nous y mettre à deux : Antoine et moi ! Dans la mesure où nous nous disputons chaque nouveau tome pour en avoir la primeur, je me suis dit que c’était normal de l’inviter ici.

 Au bout du septième tome, il est indéniable que certaines péripéties viennent à se répéter, mais malgré cela, je prends toujours un grand plaisir à lire les nouvelles aventures de cette petite chatte qui me fait toujours autant rire !

Un peu moins naïve que dans les tomes précédents (oui, elle commence à se méfier!!!), elle finit même par bouder notamment quand toute la famille la cherche partout alors qu’elle était dans le jardin, le nez écrasé contre la baie vitrée. Toujours très joueuse, elle compte bien convertir le nouveau poisson rouge à ses parties de jeu, mais le poisson rouge n’est pas exactement du même avis.

Dans ce septième tome, on retrouve le petit chaton noir et blanc croisé dans les tomes précédents, mais ce chaton des rues n’est pas aussi enjoué que Chi.

Les saynètes se succèdent rapidement, toujours aussi réussies, rendant bien compte des frasques d’un chaton dans une maison, mais aussi sa découverte du monde extérieur au milieu de ses congénères.

Encore un tome réussi.

Je laisse la parole à Antoine, qui à 8 ans, apprécie aussi beaucoup ce manga.

J’ai adoré quand on la lave pour la deuxième fois, car elle est super amusante, elle gigote dans tous les sens. Chi voit un poisson rouge, mais elle dit que c’est sa proie. Aussi ils ont la télé grand écran, et on a la même.

Elle était partie un soir et, le matin, elle attendait à la fenêtre jusqu’à midi. Elle collait son nez à la fenêtre en faisant des grimaces, elle était en colère parce que personne dans la maison ne la voyait.

Mais j’ai été un peu triste quand elle est tombée malade, et qu’elle vomissait.

J’ai hâte de lire le tome 8, car c’est vraiment très drôle.

Mère et fils sont donc ravis !

Lu dans le cadre du Challenge Dragon.

« Une sacrée mamie » tome 10 de Shimada et Ishikawa


La couverture de ce tome 10 était de circonstance, bien qu’il ne soit pas question d’hiver dans de ce tome 10, ce qui me fait m’interroger sur cette couverture bien étrange !

Cela faisait quelques mois que j’avais abandonné Akihiro et sa mamie. Hier soir j’ai eu envie de les retrouver. De nouvelles aventures donc qui toujours sont autant d’enseignement pour le petit garçon de 8 ans, ventre sur pattes. Dans ce tome 10, Akihiro croise un peintre célèbre en manque d’inspiration, rencontre un kappa, créature fantastique, passe quelques jours de vacances avec son professeur au bord de la mer et veut se faire lire l’avenir.

Chaque aventure est prétexte à un enseignement : la générosité doit se faire pour l’autre et non pour soi, être un homme ne se résume pas seulement à être courageux, mieux vaut profiter de la vie au jour au jour que de connaître son avenir… La mamie est une image de la sagesse populaire, elle donne ses conseils avec humour et justesse, même si cela ne plait pas toujours à son petit fils. J’ai retrouvé avec plaisir les amis et les « ennemis » de Akihiro, petit garçon comme les autres mais pas tout à fait. Les anecdotes sont toujours teintées d’humour.

Comme je le disais en ouverture on peut regretter que la couverture ne corresponde pas au contenu de ce tome. J’aurais en effet aimé une ambiance hivernale comme le laissait suggérer la couverture, alors que l’on suit Akihiro pendant ses vacances d’été au bord de la mer, et donc offre une certaine redondance par rapport aux tomes précédents. En effet, au cours de ces 10 tomes, l’hiver n’est jamais traité alors qu’il aurait été intéressant de suivre les aventures d’Ahikiro durant cette saison offrant sans doute un certain renouvellement.

Toutefois je ne suis jamais vraiment déçue par la lecture de ce manga, et j’aime particulièrement les dessins des jeunes femmes, et ceux représentant la vie quotidienne comme les repas, moments importants pour le petit garçon.

Livre lu dans le cadre du Challenge Dragon.

« Chi, une vie de chat » Tome 6 Konami Kanata


Hier j’ai dû me rendre à la Griffe Noire pour acheter quelques cadeaux, et je n’ai pas résisté à l’achat du tome 6 des aventures de la petite Chi, sorti depuis début septembre ! En attendant la sortie de l’école, j’ai emmené Chi boire un café !

Même au bout du 6ème tome, cette petite Chi avec son cheveu sur la langue me fait rire ! Certains dessins sont particulièrement drôles notamment quand elle rencontre un autre chaton par franchement très sympathique, et plutôt indépendant alors que Chi ne rêve que d’une chose : jouer. Et Chi qui joue à « coucou je suis là », ça me fait rire :

je sais la photo est pourrie comme toujours

Certaines aventures pêchent un peu par la redite, tout n’est pas aussi réussi, et on sent quand même un peu d’essoufflement.

De nouveaux animaux apparaissent : le Ouaf-Ouaf d’à côté, Mam’zelle Touffue ou encore le petit chaton noir et blanc … qui permettent à Chi de faire d’autres expériences. La rencontre avec les pigeons est d’ailleurs un grand moment : pauvre Chi qui ne parvient jamais à attraper sa proie !

Chi semble toujours en décalage, interprétant mal les paroles et les réactions de ses maîtres totalement gaga devant elle, et prêts à lui passer toutes ses bêtises. La scène avec l’aspirateur fera rire tous ceux qui ont un chat ! et celle où Chi sort pour la première fois la nuit est aussi très drôle…

J’ai cependant un peu regretté que l’intrigue n’avance pas davantage, comme le laissait présager la fin du tome précédent, reste que les mimiques de Chi sont toujours un bonheur, et que j’ai ri à plusieurs reprises, et rien que pour ça ce tome 6 vaut le coup !

Défi Mia : 3/12

« Chi, une vie de chat » Tomes 4 et 5


Impossible pour moi de résister à Chi, c’est pourquoi j’ai avalé d’une seule bouchée les tomes 4 et 5 !

La petite famille de Chi a donc déménagé dans une co-propriété qui accepte les chats. Plus besoin de se cacher. Chi peut aller et venir comme elle veut et elle ne s’en prive pas. Nous continuons donc à suivre l’évolution de ce petit chaton que mon fils et moi nous disputons. Les bêtises sont toujours au rendez-vous, et les nouvelles expériences aussi. J’ai eu une préférence pour le tome 5 qui nous permet de retrouver Noiraud, le gros chat gris croisé dans les tomes précédents, mais aussi la maman de Chi. Certains épisodes sont très drôles et notamment celui où Chi comprend enfin à quoi sert la chatière. Les dessins sont toujours aussi fins, et les situations à la fois cocasses et tendres. C’est également agréable de voir que chaque tome amène une évolution dans l’histoire, et se renouvelle. Que l’on ait 5, 8 ou 39 ans, comme Eliot, Antoine et moi, on rit de bon cœur aux mimiques de Chi !

Et cerise sur le gâteau on apprend à la fin du Tome 5, qu’un dessin animé a été créé au Japon ainsi qu’une peluche, sur laquelle, je l’avoue, je fantasme totalement… mais l’arrivée en France de l’un comme de l’autre n’est pas indiqué 😦 !

Franchement, comment lui résister ???

Le tome 6 est prévu pour le 7 septembre… couverture japonaise en avant-première :

« Une Sacrée mamie » Shimada et Ishikawa, tome 9


Totalement accro à cette série, j’ai donc dévoré le tome 9 avec un plaisir renouvelé. J’avais par mégarde acheté le tome 10, avant le 9 (c’est le problème des acheteuses compulsives elles finissent par ne plus savoir ce qu’elles ont acheté ou non!), je vais donc me jeter sur le prochain sans devoir passer par la case librairie !

Dans ce nouveau tome, une petite nouvelle fort mignonne intègre la classe d’Akihiro. Pour cette nouvelle année, M. Aota, le professeur, a l’affreuse idée d’opérer un changement de place dans la classe. Après tirage au sort, Akihiro se retrouve placé à côté de la jolie Kômoto. Mais Kômoto se révèle être une rivale de taille à la course, seul point fort du petit garçon.

Dans ce tome Akihiro se montre digne des enseignements de sa mamie, à tel point qu’il devient maître en la matière. Comme dans les autres tomes, la sage philosophie de Mamie fait des merveilles, et est toujours aussi drôle. Certes parfois la leçon est un peu trop bien pensante, mais cela fait du bien aussi de rappeler les bonnes valeurs. Et cette mamie a le don de dispenser ses leçons avec toujours autant d’humour. L’anecdote avec le bonimenteur est d’ailleurs très savoureuse. L’émotion est toujours au rendez-vous grâce à la mère d’Akihiro, et à son drame d’être séparée de son enfant pour pouvoir nourrir sa famille.

Un tome donc très complet qui mêle humour, tendresse, découverte du sentiment amoureux et leçon de sagesse… ne pas perdre de vue aussi, que ce manga est parfait pour de jeunes lecteurs !

« Chi, une vie de chat, tome 3 » de Konami Kanata


Et oui revoilà Chi, ce petit chat si mignon que j’adore !

Dans ce tome 3, Chi découvre l’extérieur avec son copain, le gros chat du voisinage. Plus riche en évènements, ce tome 3 fait évoluer l’histoire. L’étau se resserre sur la famille d’adoption de Chi qui doit toujours cacher à la concierge, la présence du petit chat dans leur appartement,

Chi, dans son apprentissage de la vie commet toujours autant de bêtises, et m’a fait encore beaucoup rire ! Il est terrorisé par une petite fille un peu trop enthousiaste, ou s’évertue à apprendre l’ouverture de la porte vers le jardin…

J’adore son zozotement

Un tome qui donne donc une nouvelle impulsion à cette série, car moins répétitif dans les situations, et qui donne envie d’enchaîner sur le tome 4… qui doit sortir le 18 mai…. ça va être long….

« Une Sacrée mamie » Tome 8 de Shimada et Ishikawa


Je poursuis avec bonheur la lecture de ce manga. Même si certains tomes sont plus répétitifs, moins inventifs que d’autres, j’aime tellement ce petit garçon et sa sacrée mamie que je ne peux résister à chaque nouvelle parution.

Dans ce 8ème volume, Akihiro va revoir sa maman mais seulement 12 minutes ; il va tenter de faire comprendre les maths à un ami en remplaçant les chiffres par des légumes ; il va résister à un énorme saumon ou encore il va devoir affronter un Typhon.

En plus des aventures souvent drôles que vit Akihiro, ce qui me plait dans ce manga c’est les préceptes de vie que la mamie inculte à son petit-fils : le respect et l’entre-aide, mais aussi la fierté, l’honneur. Tout cela est dit à travers de petits épisodes que vivent les enfants, de situations auxquelles ils sont confrontés. Les auteurs nous permettent aussi de découvrir les coutumes japonaises, leurs fêtes, et leur philosophie.

C’est un manga que l’on peut facilement mettre dans les mains d’un enfant de 7 ou 8 ans, et Antoine m’a d’ailleurs chipé le tome 1, hier soir.

 

« Chi, une vie de chat » tome 2 de Konami Kanata


Vous voyez je n’ai pas résisté longtemps à la lecture de ce tome 2. Il n’a même pas eu le temps de visiter ma PAL ! Je l’ai subtilisé à mon fils, l’air de rien !

Dans ce tome 2, Chi prend du poil de la bête. Moins attristée d’avoir perdu sa maman chat, dont le souvenir finit par s’effacer, Chi devient plus indépendante, et aussi plus décidée. Les bêtises sont toujours au rendez-vous, mais elle se rebelle, recherche aussi l’attention de sa nouvelle famille. Interviennent également dans ce tome 2, deux gros matous qui, on s’en doute, vont lui apprendre ce qu’est la vie d’un chat dans les tomes à venir.

Là encore, on rit franchement devant les mimiques de ce petit chaton qui est vraiment très attachant ! Inutile de vous dire que le tome 3 ne devrait pas tarder à arriver chez moi.

J’ai appris que ce manga était conseillé à partir de 6 ans, et c’est en effet un bon moyen de faire découvrir les mangas aux enfants commençant à lire. Antoine, qui a 7 ans, se régale et le lit à son petit frère de 4 ans ! Comme ça tout le monde est content !