Bilan de lecture mensuel : Avril 2019.


En ce premier jour de mai, au son des clochettes du muguet, il est l’heure de faire le bilan de mes lectures. Des lectures un peu moins importantes que le mois dernier, mais qui ont été particulièrement agréables et intéressantes. On peut juste regretter que le fait que je ne suis parvenue à ne sortir que deux livres de ma PAL.

Ce mois-ci donc j’ai lu trois polars, un roman et un livre d’entretiens.

(suite…)

« Le Vrai lieu » Annie ERNAUX – Entretiens avec Michelle PORTE.


 

 

Ecrire, je le vois comme sortir des pierres du fond de la rivière » (p.72)

Ce petit livre d’entretiens est d’une grande richesse. Pour qui est sensible, comme moi, à l’oeuvre et à l’écriture d’Annie Ernaux, il est une vraie mine. J’ai noirci trois pages de citations, tant ce qu’elle nous livre de son écriture, de la conception de son oeuvre est passionnant. Elle éclaire sa démarche littéraire, la source de son intérêt pour la littérature, revient sur cet entre-deux social qui est à l’origine de ses romans.

(suite…)

« Dire, ne pas dire : du bon usage de la langue française – volume 3 » par l’Académie Française


dire-ne-pas-direL’Académie Française, il y a cinq ans, ouvrait une rubrique « Dire, ne pas dire » sur son site. Sa volonté, comme l’explique Yves Pouliquen dans la préface était d’ « ouvrir une rubrique où l’on mettrait […] des emplois fautifs, des extensions de sens abusives, des néologismes et anglicismes qui envahissent les ondes, la presse et la conversation, ce qui se disait et ce qu’il fallait dire. » Les volumes 1 et 2 proposaient un large éventail de ces rectifications toutes très enrichissantes. J’avais d’ailleurs écrit une chronique sur le volume 1.

Ce volume 3 reprend le même principe, mais présente une nouveauté. Il répond également à des questions plus générales sur la langue française, comme la féminisation de la langue, l’importance de l’étymologie, etc.

(suite…)

Premières Lignes… #8


premières_lignesRendez-vous initié par Malecturothèque

La semaine dernière, j’ai passé mon tour, mais je reviens aujourd’hui avec les Premières Lignes d’un ouvrage sur Victor Hugo : Un été avec Victor Hugo. Après Montaigne, Proust et Baudelaire, c’est Victor Hugo qui a été choisi cet été pour cette collection aux éditions Equateurs Parallèles.

En voici donc les Premières Lignes…

(suite…)

Bilan mensuel de lecture : Septembre 2015 (Spécial Rentrée Littéraire 2015)


logo-bilan-mensuel1Après un été où j’ai beaucoup lu mes propres livres, j’ai été emportée par la rentrée littéraire dès la fin du mois d’août (Anne F. – La vie de Florence Gordon (non encore chroniqué) – Les Gens dans l’enveloppe et La petite barbare) et j’ai continué sur ma lancée. Un mois de septembre dédié donc à la rentrée littéraire 2015. Mes choix de lecture ont été essentiellement guidées par des SP gentiment envoyés par des attachés de presse à l’écoute de mes envies. J’ai cette chance de pouvoir lire les romans de la rentrée sans débourser un centime. Mais cela n’entrave en rien mon jugement. Si mes lectures de la rentrée littéraire faites en août furent largement positives et passionnantes, certains livres lus ce mois-ci m’ont beaucoup moins passionnée, vous le découvrirez dans ce billet et dans ceux qu’il me reste à écrire et à publier sur le blog.

(suite…)

« Prof jusqu’au bout des ongles » Julie VAN RECHEM – Document – Rentrée Littéraire 2015 #6


Rechem ProfJulie Van Rechem, je la connais sous le pseudo de Chouyo depuis la création de mon tout premier blog, il y a 9 ans. Nous nous étions un peu perdues de vue, mais j’avais suivi son installation en Inde, je savais qu’elle était prof et qu’elle avait fini par rentrer en France. Et puis, on me propose de lire son livre : Prof jusqu’au bout des ongles et comme j’aime bien lire ce qu’écrivent les copines et comme le sujet me touche de près, j’ai dit OK avec plaisir.

Chouyo, enfin Julie Van Rechem, est professeur d’histoire-géographie-éducation civique dans deux collèges classés REP (Réseau d’Education Prioritaire) de la banlieue nord de Paris. Après une première année, post CAPES, qui lui a enlevé une bonne partie de ces espérances, elle est partie voir ailleurs, en Inde, notamment. Là, elle y a enseigné, s’est ressourcée, puis est revenue et s’est vu attribuer un poste sur deux établissements.

Cette période transitoire en Inde fut un temps précieux pour réfléchir, pour prendre suffisamment de recul et revenir plus sûre d’elle dans son métier. Comme elle l’écrit à la fin de son livre : Ce livre est celui que j’aurais aimé lire avant ma première rentrée des classes en tant qu’enseignante.

(suite…)

« Les Gens dans l’enveloppe » Isabelle MONNIN et Alex BEAUPAIN – Rentrée Littéraire 2015 #3


Monnin les gensUn jour de juin 2012, Isabelle Monnin achète sur internet un lot de photos d’une famille qu’elle ne connaît pas, une famille anonyme. Quand elle reçoit les photos dans une grande enveloppe blanche, elle découvre des photos banales de la vie, de celles que l’on a tous quelque part dans une boîte en tôle un peu cabossée ou dans des albums. Certaines sont mal cadrées. Les couleurs sont parfois un peu passées et rappellent les années 70/80. Quelques polaroids d’où émergent le portrait d’une petite fille, le regard hors cadre, la frange « aile de mouche » comme dirait ma mère, et une petite bouche en bouton de rose. Isabelle Monnin, après bien des hésitations, décide alors d’imaginer l’histoire fictive qu’illustrent ces photos.

(suite…)

Descente en librairie un mercredi… juste parce que ça rime !


descentes en librairie 2Mercredi dernier, pour récupérer une bio de Diderot que j’avais commandée le vendredi d’avant et acheter un nouveau cahier de maths jaune format 24/36 pour Antoine, j’ai fait un petit tour à la librairie. J’étais allée chercher Antoine à midi au collège, il faisait beau, un froid sec comme j’aime.

(suite…)

« Dire, ne pas dire : du bon usage de la langue française » par l’Académie Française (Rentrée Littéraire 2014 #4)


dire ne pas direIl faut bien le reconnaître la langue française est vicieuse. Il suffit d’interroger un étranger apprenant notre langue pour qu’il nous dise à quel point la grammaire, la syntaxe et l’orthographe sont de beaux casse-têtes (d’ailleurs, on met un s à « casse » ?), mais sans aller chercher si loin, le martyr que vivent nos enfants quand on leur parle de dictée nous le rappelle tous les jours, et même nous, avouons-le, combien de fois ne nous demandons-nous pas quel accord est le bon ou si telle expression est correcte.

(suite…)

« Ma mère est une blogueuse » Lisa BALAVOINE et Gaëlle DESLIENS avec TAG à l’intérieur.


ma mère est une blogueuseTu la vois tous les jours pianoter sur son clavier. Je blogue ! dit-elle (et le repas n’est toujours pas prêt). C’est un mystère pour toi ce monde parallèle. Ces billets, ces comms, ces swap, ces trolls, ces stats… Que fait-elle chaque jour à écrire et à commenter ? Ce petit carnet est le tien. Il va t’aider à y voir plus clair. 

(suite…)