Retour de vacances…


Deuxième retour de vacances, après la soleil et la chaleur du Midi, le coup de frais de la Région Parisienne nous a vite rappelé que nous étions bientôt en septembre. Les vacances furent riches à la fois en lectures et en bons moments en famille, de quoi recharger les batteries pour commencer une nouvelle année scolaire sur les chapeaux de roue.

De passage à Grenoble, j’ai eu le courage d’affronter les rayons poche de chez Gibert, et suis bien évidemment ressortie un peu chargée de quelques achats supplémentaires :

Tous ces achats sont liés à des challenges : Celui d’Agatha Christie (L’heure zéro et La Nuit qui ne finit pas), Challenge L. Jackson Braun (Le Chat qui voyait rouge et Le chat qui jouait Brahms) ; Challenge Read me, I’m fashion (People or not people) ; Challenge Le Nez dans les livres (La Petite marchande de prose) et Challenge la Littérature fait son cinéma 2012 (Des vents contraires).

Concernant les lectures, j’ai lu à un rythme endiablé, avalant en dix jours un peu plus de 4 livres (le 5ème en est à la moitié). J’ai donc lu un manga dont je vous ai déjà parlé, et trois romans de la rentrée dont je vous parlerai dans la semaine n’ayant pas encore rédigé les billets sur le blog mais ils sont plus ou moins finalisés sur mon carnet de lecture.

Dans ma BAL, cinq grosses enveloppes me sont tombées dessus, promesses de nouvelles lectures pour la Rentrée Littéraire :

Deux romans de chez ArchiPoche qui vont paraître fin août et début septembre, l’un d’Anne Brontë, La Dame du manoir de Wildfell Hall, l’autre de Mary Elizabeth Braddon, La Trace du serpent. Un livre paru chez Flammarion Jeunesse, d’Anne-Marie Desplat-Duc, Les Lumières du théâtre. Et enfin deux livres de la Rentrée Littéraire, l’un paru au Diable Vauvert, La Vie de Régis de Sa Moreira, et le deuxième à paraître chez Albin Michel : un recueil de nouvelles d’un jeune auteur canadien (parfait pour le mois canadien de Karine), Le jardin du mendiant de Michael Christie.

Mon programme de lecture se trouve donc bien chargé, mais j’espère maintenir encore un peu mon rythme de lecture de cette dernière semaine.

George is back !


Me voici donc de retour après plus de trois semaines de vagabondages entre mer et montagne, la peau légèrement hâlée (oui légèrement car le soleil et moi, nous nous aimons un peu de loin, du moins ma peau a tendance à préférer l’ombre douce au soleil cuisant!), l’appareil photo gonflé de souvenirs, et la tête aussi, les jambes un peu lourdes d’avoir crapahuté sur les différents sommets encadrant Grenoble, quelques grains de sable au fond des valises, deux sacs en plus à déballer remplis de nouveaux livres, mug et autres babioles glaner de ci delà, et bien sûr un ou deux kilos de plus sur la balance !

Comme à chaque retour de vacances, les premiers jours vont être chargés : frigo vide, pas même un morceau de beurre ce matin à étaler sur une tartine, le courrier à éplucher, les valises à déballer, les lessives, et le blog à mettre à jour… il va donc me falloir quelques jours de transition.

Je n’ai pas beaucoup lu : deux livres en entier et un en cours, mais il faut dire que mes journées ont été bien occupées et que le toit ne risquait pas de me tomber sur la tête ! Mais je sais que je vais pouvoir me rattraper dans les jours à venir.

Pourtant, si je n’ai pas lu beaucoup, les livres et ce qui appartient à leur univers ont été bien présents durant ces vacances. Comme je le disais plus haut j’ai fait quelques emplettes histoire d’alourdir encore un peu ma PAL.

Résultat d’une descente chez Gibert Grenoble :

– BERTIN, Charles, La Petite dame en son jardin de Bruges

– McCULLERS, Carson, La Ballade du café triste

– HOMES, A. M., Ce livre va vous sauver la vie

– GROSSMAN, Vassili, Vie et destin

– ASTON, Elizabeth, Les Filles de Mr Darcy

Et puis encore :

Les deux premiers (en haut à gauche), achetés dans une petite librairie de Villard-de-Lans, Au temps retrouvé, une librairie bien fournie et accueillante :

– JORDAN, Hillary, Mississipi (conseillé par la libraire)

– PEREC, George, L’art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une augmentation.

Ensuite deux romans achetés à la FNAC, oui je sais, mais la FNAC de Grenoble est un lieu plein de souvenirs pour moi, comme toutes les librairies de Grenoble, d’ailleurs :

– RUSSO, Richard, Un rôle qui me convient

– ATWOOD, Margaret, La Vie avant l’homme (achat largement influencé par Cynthia !)

Le cinquième livre fut acheté dans un cabane perdue dans les bois de Corrençon-en-Vercors, ce livre a une histoire un peu particulière que je vous raconterai le moment venu :

– CHABERT-DALIX, Lydia, Bouazizi, une vie une enquête

Enfin, deuxième virée chez Gibert :

– CHRISTIE, Agatha, Mort sur le Nil

– ERNAUX, Annie, La honte

– GAUDE, Laurent, La mort de roi Tsongor

J’ai également complété ma collection de MP, d’abord à Bormes-les-Mimosas, puis dans une carterie rue Jean-Jacques Rousseau à Grenoble que je ne peux que vous conseiller tant j’y ai trouvé de merveilles en MP mais aussi en cartes postales dédiées à la lecture :

Vous voilà donc au courant de tous mes achats, je vous épargne la séance photos-de-vacances.

Heureuse de vous retrouver et merci à tous ceux qui ont fait vivre ce blog pendant mes vacances. Deux billets de lecture devraient voir le jour ces prochains jours…

2012 Reading Challenge… 61%


Parfois je fais ma cachotière, je m’inscris à des challenges en douce, sans rien vous dire. Ainsi en Janvier, je me suis inscrite au Challenge organisé par Goodreads : « 2012 Reading Challenge » et qui consiste tout simplement à estimer combien de livres nous lirons tout au long de l’année.

Depuis que j’ai ouvert ce blog, je lis de plus en plus de livres chaque année, mais je ne suis jamais parvenue à dépasser la barre des 100. C’est pourquoi, mon défi personnel, pour ce challenge, est de 100 tout rond.

Depuis le début de l’année, je lis environ 10 livres par mois, ce qui fait qu’à cette date, je comptabilise 61 livres lus depuis janvier. Il semblerait donc que les choses s’annoncent sous leurs meilleurs auspices.

Au-delà du chiffre, ce petit compteur en pourcentage sur le site, me permet de voir un peu où j’en suis lecture après lecture, tout en me motivant, et sans pression. Il s’agit avant tout d’un défi personnel, d’où sans doute mon silence concernant cette inscription.

Un an près l’ouverture de mon blog, en 2009, j’avais lu 61 livres, fin 2010, j’en étais à 91, et fin 2011, à 94.  J’avais donc un peu l’impression de stagner, d’être parvenue à une limite, et finalement ce challenge est en train de me montrer le contraire, car d’ici fin décembre, il est plus que probable que les 39 romans avant d’atteindre la barre des 100, seront lus.

Ce compte peut paraître un peu dérisoire, et sans doute l’est-il, mais quand on a, comme moi, une PAL de plus de 600 romans, savoir qu’on peut en lire une bonne centaine par an, a quelque chose de rassurant !

Comment ça je me cherche des excuses pour acheter de nouveaux livres  !!!!

Un jour, George se rendit à la bibliothèque municipale…


Cela fait deux ans ce mois-ci que nous avons déménagé dans notre nouvelle maison, à quelques mètres seulement de la précédente mais dans une ville mitoyenne. Après un billet d’Estellecalim évoquant son inscription dans une bibliothèque parisienne, je me suis renseignée sur la bibliothèque municipale de Ch… . Vous connaissez mon amour pour les librairies, mais j’ai toujours eu un rapport assez conflictuel avec les bibliothèques. Je les ai pourtant toujours fréquentées : enfant, puis ado puis étudiante, j’ai adoré les Bibliothèques Universitaires, et enfin adultes et notamment depuis que j’ai des enfants. Pourtant je me suis toujours confrontée à plusieurs problèmes qui m’ont toujours fait préférer les librairies.

Le premier problème est maladif. Si, si. Je suis incapable de lire les livres que je dois rendre à une date fixe. Ainsi, soit je les rends en retard et suis donc pénalisée, soit je n’ai pas eu le temps de les lire et je les rends sans les avoir même ouverts.

Mon deuxième problème, vient du fait qu’étant trop habituées aux librairies et notamment aux tables des libraires, j’ai tendance à ne plus savoir ce que je veux lire quand je pénètre dans une bibliothèque. Je me sens un peu perdue, errant dans les allées des étagères de livres, sans savoir que choisir. Soudain je me sens timide, voire démunie, et cela m’angoisse.

Alors, me direz-vous, pourquoi m’être inscrite dans cette nouvelle bibliothèque ? La première raison est sans doute pour mes enfants, car je crois profondément que fréquenter les bibliothèques participe de l’envie de lire, et leur donne accès à une multitude d’ouvrages. Mais aussi, d’un point vue plus personnel, parce que la bibliothèque me permettra sans doute de lire des romans que je n’ai pas forcément envie d’acheter mais que j’ai envie de découvrir.

J’ai suffisamment réfléchi à mes problèmes liés aux bibliothèques pour savoir que dorénavant je dois changer mes rapports avec elles.

Pour parer à mon angoisse de ne pas savoir quel livre emprunter, j’ai donc décidé d’établir une LAL spéciale bibliothèque. Ainsi je serai moins désorientée. Pour éviter de rendre mes livres en retard, je m’en tiendrai qu’à un ou deux romans pas plus. Le prêt étant d’un mois, contre souvent trois semaines dans les autres bibliothèques, je me dis que j’aurais sans doute plus de chance de lire les livres que j’aurai empruntés.

Ainsi, lors de notre première visite, j’ai emprunté deux romans, l’un pour le Club des Lectrices du 10 juin, et le second pour moi parce que ce roman me tentait :

Je vous avoue que c’est un peu un pari pour moi, et je vous tiendrai au courant de mes progrès. Je pense aussi faire un catégorie spéciale Bibliothèque.

George is back !


Bonsoir à tous !

Juste un petit billet pour vous remercier pour tous vos commentaires qui ont fait vivre ce blog pendant mon absence. Des vacances faites de promenades en montagne, de ciné, de restau etc. Je suis revenue avec des valises bien plus lourdes qu’à mon départ, promis je vous raconte tout cette semaine !

Côté lecture ? peu de pages tournées. J’ai quand même fini le tome 1 de 1Q84  de Murakami, j’ai entamé La Ferme Africaine de Karen Blixen ainsi qu’un Agatha Christie de circonstance : Les Vacances d’Hercule Poirot… mais mon score pour le STAR 3 a pris du plomb dans l’aile. Grâce à Antoine et à sa Granny, j’ai aussi découvert un petit recueil d’enquêtes policières très drôles dont je vous parlerai aussi…

J’ai répondu à plusieurs commentaires (mais il va falloir que je gomme les caractères qui n’aiment pas que je réponde aux commentaires via ma boîte mail, dommage c’est pourtant bien pratique!) ; j’ai noté que vous attendiez que je parte en vacances pour m’envoyer vos liens vers vos billets concernant mes challenges… du coup il va falloir être patients, pour que je remette tout cela à jour !

Merci encore, on se dit à demain, avec un billet sur les « quelques » livres dénichés ici et là !

Arsène, Sherlock et Agatha font la brocante !


Hier, par un soleil et une chaleur dignes d’un mois de juillet, nous sommes allés faire un petit tour à la brocante. Beaucoup de fringues, de babioles en tout genre, de jouets déglingués, mais aussi quelques livres par ci par là. Pas de grande folie, beaucoup d’Harlequin, de classiques étudiés l’an dernier et dont on se débarrasse bien vite comme pour chasser les mauvais souvenirs, des auteurs commerciaux qui ne me tentaient guère… je pensais revenir bredouille, et finalement je suis parvenue à me dégoter 5 livres, non essentiels, mais il aurait été dommage de repartir sans !

  • Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay, un roman qui me tente et m’effraie un peu aussi pour son sujet.
  • Le Chat et les pigeons d’Agatha Christie, pour parfaire ma collection, d’autant que cette vieille édition me plait beaucoup, mais il va falloir que je me fasse un pense-bête, car je finis par ne plus savoir ceux que j’ai déjà acquis !
  • Les Exploits de Sherlock Holmes de A. Conan Doyle et J. Dickinson Carr, ce dernier était un grand spécialiste de Holmes, contemporain d’Agatha Christie, par contre je ne sais pas (aucun indication dans le livre) dans quelle mesure il a collaboré à l’édification de ce recueil ! affaire à suivre !
  • L’aiguille creuse de Maurice Leblanc (oui Sharon tu vois j’accumule pour mieux honorer ton challenge), que j’avais lu quand j’étais ado.
  • L’éclat d’Obus de Maurice Leblanc encore, parce que deux Arsène Lupin c’est mieux qu’un !

Maigre récolte, et déception de n’avoir pas retrouvé la dame de l’an dernier à qui j’avais acheté 5 romans d’un coup ! Il m’a semblé que les livres étaient de plus en plus absents des stands, mais peut-être n’est-ce que propre à cette brocante-ci, et à ce jour-là !

Bien sûr les enfants sont revenus avec un camion de pompier, une voiture spiderman, quelques chars et autres camions divers et variés, et Antoine m’a affirmé que c’était une super brocante, donc je le crois ! Quant à Eliot, il a dormi avec ses nouvelles voitures, j’en ai déduis qu’il était très content aussi !

J’embrasserais bien mon facteur !


Je sais trois billets dans la même journée ce n’est pas raisonnable, mais tant pis, j’avais envie de partager avec vous le bonheur de recevoir de grosses enveloppes dans ma BAL !

Depuis la semaine dernière ma BAL était désespérément vide, pire qu’en temps de grève des PTT, à croire que le facteur avait été enlevée par un papi en résistance, énervé de ne recevoir son Parisien qu’à 13h30, après même la fin du journal de Jean-Pierre Pernaut ! Et puis ce matin, une camionnette qui se gare en vrac devant mon portail, un coffre à deux portes qui s’ouvre puis se claque, une tête qui dépasse au-dessus de ma palissade, et là je sens mon coeur tambouriner comme une adolescente se rendant à son premier rendez-vous. Je bondis de mon tabouret haut perchée, et m’élance tout émoustillée pour ouvrir en grand mon double portail. L’homme, souriant, a dans sa main un colis plat, rectangulaire et ventru, et pendant qu’il passe sa zappette sur le code barre, je parviens à lire le nom de l’expéditeur : Priceminister ! Il me tend le paquet et je laisse échapper un merci infiniment, sincère et passionné !

Une fois de retour à l’intérieur, je déchire le carton et trouve :

Le petit dernier s’est invité par surprise puisque j’attendais le De Vigan, mais ce n’est pas bien grave !

En début d’après-midi, alors je regardais en différé La Grande Librairie, un bruit sourd m’a fait tourner la tête vers la boîte aux lettres, et si…. j’ai donc laissé télécommande et canapé pour bondir à nouveau dans le jardin, et là, BINGO ! deux grosses enveloppes à bulles, gentillement rangées m’attendaient :

et, cerise sur le gâteau, il était enfin là, sous ma main :

Oui ma Valou, je l’ai enfin reçu, et je vais avoir du mal à ne pas le commencer tout de suite, là, maintenant !

Des matinées comme ça, j’en veux bien tous les jours !

« 50 lectures du soir, histoires et contes traditionnels » Julien Salmon et Maud Petetin


Je voulais vous présenter un ouvrage que j’ai trouvé très intéressant, et d’autant plus aujourd’hui de grève des enseignants. Il s’agit d’un ouvrage autour de l’apprentissage de la lecture pour les enfants de CM1/CM2, élaboré par deux professeurs des écoles qui ont constaté que leurs élèves avaient tous des niveaux de lecture différent. Cette méthode de lecture repose sur deux principes : la lecture ET la compréhension de ce qui est lu. En effet, lire, déchiffrer un texte ce n’est pas encore savoir lire, ce qui différencie un lecteur apprenant d’un lecteur confirmé est précisément sa capacité à reformuler ce qu’il a lu avec ses propres mots, et en saisir tout le sens.

L’ouvrage comprend donc 5 histoires connues : La Chèvre de M. Seguin, La petite fille aux allumettes, Hansel et Gretel, Le Petit Poucet et Riquet à la houpe. Chaque histoire est découpée en plusieurs séquences qui feront chacune l’objet d’une lecture du soir. A la suite du texte, quelques questions de compréhension sont proposées ainsi que des questions plus théoriques sur la grammaire, par exemple, ou des questions favorisant l’imagination de l’enfant en proposant de deviner la suite.

Une étude à montrer que les enfants qui regardaient trop la télévision, perdaient leur capacité d’imagination et de créativité, et cela se percevait notamment dans leurs difficultés à inventer une suite. Cet ouvrage propose donc une approche ludique de la lecture, tout en améliorant leur capacité de lecture et d’appropriation des textes, et en donnant accès à des textes classiques de la littérature du conte.

Bien qu’Antoine soit en CE2, j’ai voulu tester sur lui cette méthode. Il a tout d’abord montré beaucoup d’intérêt pour les histoires proposées, et a voulu commencer par Hansel et Gretel, conte qu’il connaissait déjà. Les séquences sont relativement courtes (une à deux pages), et bien découpées pour donner envie de poursuivre le soir suivant. J’ai dû adapter les questions à son niveau, mais concernant celles du type : Pourquoi les parents veulent-ils abandonner les enfants?, Antoine a su formuler les raisons convenablement. Certaines questions portent également sur le vocabulaire (Qu’est-ce qu’une marâtre?), ce qui permet aussi une enrichissement.

En conclusion, j’ai trouvé que ce livre permettait d’aborder la lecture en alliant le plaisir et l’apprentissage de façon ludique, tout en donnant à lire des contes classiques. Il faut bien sûr l’envisager comme un divertissement et non comme un devoir, une obligation pour que cette méthode reste efficace. A découvrir donc.

Merci à Céline D. des éditions Mon petit éditeur.

Quizz pour s’amuser !


Babelio lance une grande compétition autour de quizz portant sur les femmes de lettres !

Non seulement vous pouvez vous amuser à répondre aux quizz déjà proposés (Colette, Sagan, Beauvoir….) mais vous pouvez aussi en créer un ou plusieurs !

Pour ajouter ma pierre à l’édifice j’ai proposé un Quizz George Sand, j’espère qu’il vous amusera… N’hésitez pas à me laisser un commentaire si vous y avez répondu, et avouez votre score !

Attention celles et ceux qui auront répondu en dessous des 50% seront exclus de ce blog !!!

Meuh non je plaisante !

Amusez-vous bien !

Les Mag. Littéraires


Hier je répondais à un sondage sur mes habitudes de lecture, sur le nombre de livres lus ces douze derniers mois, sur les lieux où j’achète mes livres, sur quels médias m’aident à choisir mes livres etc etc. (ce dit sondage m’était personnellement destinée suite à une inscription au blog Passion Bouquins). J’adore les sondages sur mes habitudes de lecture ! Suite à ce dernier, j’ai réfléchi un peu plus à la dernière question, et me suis demandé quels médias avaient finalement le plus d’influence sur mes achats de livres !

En cette rentrée littéraire, j’ai acheté 3 magazines qui faisaient, plus ou moins leur Une sur ce phénomène littéraire :

Bien souvent, je les feuillette dans un premier temps pour voir les articles sur les livres dont j’ai déjà entendu parler avant, ou sur ceux que j’ai déjà lus ! Ensuite je lis les articles sur des auteurs que je connais, et enfin les autres. Mais, ce que je constate, c’est que ces magazines ne m’aident pas beaucoup. Sans doute parce que je suis méfiante  ! Oui, je l’avoue, certains articles me laissent sceptiques, et j’ai toujours peur que certaines critiques n’aient qu’un but mercantile, et promotionnel.

Autre sujet à caution, je constate que bien souvent, tous ces magazines ne parlent finalement toujours que des mêmes auteurs, et que beaucoup de romans passent à l’as dans ces magazines ! Ainsi je ne compte plus les critiques sur le dernier Nothomb, Foenkinos, Ovaldé ou De Vigan etc. des auteurs qui ont eu un succès en librairie l’année précédente, comme si cela était l’assurance que dorénavant, chaque nouveau roman de ces auteurs devaient remporter le même succès.

Enfin, ce qui me chagrine, mais qui est compréhensible aussi, il me manque des critiques négatives. Oui c’est bête, mais j’aimerais bien lire de temps en temps des avis négatifs, or les critiques littéraires s’y risquent peu, ou biaisent en publiant des critiques intitulées : « pour ou contre » comme c’est le cas dans le dernier LIRE sur le roman de Marie Darrieussecq, une façon de se dédouaner, voire de s’excuser !

Donc je les achète mais…

Finalement, je crois que ce qui me fait acheter et découvrir des livres ce sont les billets que je lis sur les blogs. L’intérêt est justement d’avoir des avis de lecteurs libres, et de lecteurs dont je connais les goûts. Ainsi, un billet positif sur un roman, de Miss Alfie, Chaplum, Marie ou L’or des chambres et tant d’autres que je connais, est pour moi une quasi certitude que le dit roman me plaira. Parce que j’ai pu constater que nous avions souvent les mêmes goûts en matière de livre, et que je fais confiance à leur jugement. L’autre intérêt des blogs de lecture est la multiplicité des avis, l’accent mis sur tel ou tel point du roman, et aussi, bien sûr, les avis négatifs, bien que là aussi, ils ne soient pas si nombreux, mais bien plus que dans la presse littéraire.

En dehors des blogs de lecture, j’écoute et regarde des émissions qui, justement, donnent des avis aussi bien positifs que négatifs : j’écoute donc régulièrement Le Masque et la Plume sur France Inter, et regarde ça balance à Paris sur Paris Première. Parce que, ce qui m’intéresse, ce n’est pas que tout le monde chante en choeur, mais ce sont aussi les larsens ! Si je regarde aussi La Grande Librairie, je suis souvent un peu déçue par les invités qui reviennent régulièrement à la même période. Enfin l’émission de Kathryn Evin sur France Inter L’humeur vagabonde, me plaît beaucoup pour ses entretiens avec les auteurs, mais le problème reste souvent entier, la critique négative n’est pas de mise ! on a donc accès à l’auteur, à ses réflexions, on perçoit sa personnalité et cela peut entraîner parfois à être trompé. Ainsi n’ai-je plus eu envie de me lancer dans les romans de Tatiana De Rosnay après l’avoir trouvée particulièrement imbue d’elle-même (jugement purement personnel, hein !!!), par exemple, mais aussi ayant trouvé sympathique et intéressante Valérie Zenatti, ayant été sensible aux lectures de son roman Les âmes soeurs, j’avais acheté le livre, mais n’avait finalement pas aimé le roman.

Tout cela est donc bien compliqué, et je comprends parfaitement que le lecteur « de base » (entendez celui qui lit moins de 10 livres dans l’année) se retrouve perdu et aille, finalement, vers les romans dont on parle le plus !

Enfin, l’autre intermédiaire essentiel pour moi dans le choix de mes livres, est bien évidemment mon libraire préféré. Non pas tant par ses conseils, car finalement je demande rarement son avis (je me sers notamment des petites fiches apposées sur les romans), mais davantage par la variété des romans proposés sur ses tables, et aussi parce qu’il ne se contente pas de vendre les romans « à la mode », mais pose son identité. Faut-il rappeler que ma librairie de prédilection est La Griffe noire?

Voilà donc où peuvent me mener parfois de simples sondages !

Et vous ?