Bilan mensuel de lecture : Décembre 2020.


Aujourd’hui donc quelques mots sur les livres qui m’ont accompagnée durant ce mois de décembre. Le bilan est finalement pas si mal que cela, grâce aux vacances. Le mois de décembre est toujours très fatigant quand on est prof (mais pas seulement) et cette année il l’a été encore plus. J’avais un grand besoin de repos et de lectures. Je ne me suis privé ni de l’un ni de l’autre. Tous ces livres sont issus dans ma PAL, certains y étaient depuis longtemps tandis que d’autres n’y ont fait qu’une courte halte.

(suite…)

Faire le bilan d’un an de lecture !


Point PAL

Pour clore cette année et vous présenter mes lectures coup de cœur de cette année 2020, une photo d’une partie de ma PAL principale, car quand une année se termine, une autre commence, et cette photo sera comme une image arrêtée de ma PAL que je referai à la fin de l’année prochaine histoire de voir les changements. Cette année, 48 romans sont sortis de ma PAL contre 37 en 2019 et 26 en 2018. Par contre je n’ai pas fait le compte de ceux qui y sont entrés (je le ferai sans doute en 2021), mais je suis certaine qu’il y a dû en avoir nettement plus que 48 ! Je suis quand même ravie de voir que le nombre de sorties augmente, sans doute aussi parce que je reçois moins de SP et que donc je me consacre davantage à mes propres livres. Si vous vous souvenez j’avais commencé à faire le compte des livres de ma PAL, mais j’ai lamentablement lâché l’affaire. Lorsque je me suis arrêtée je comptabilisais déjà 826 livres, si je rajoute à la louche ceux qu’il me restait à enregistrer, je peux tabler sur 1000 sans grand problème, voire plus. Vous voyez donc que les petits 48 sortis cette année équivalent à une goutte d’eau dans l’océan. Mais qu’importe et cela ne m’empêchera pas d’en acheter encore en 2021.

(suite…)

Les Séries qui m’ont accompagnée en 2020.


Pour la première fois cette année, je vais vous faire un petit bilan des séries que j’ai particulièrement appréciées. Jusqu’à cette année, j’avais du mal à me repérer sur les plateformes Netflix ou Amazon Prime. Et un peu comme pour les livres, j’ai donc souvent suivi les conseils des copines et puis, petit à petit, je suis parvenue à me débrouiller toute seule. J’ai dû voir une quinzaine de séries dans l’année (le confinement a bien aidé !) mais j’en retiens surtout 5 qui m’ont réellement rendue addict et qui ont provoqué en moi un déchirement quand j’ai eu fini de les visionner. Voici donc mes 5 coups de cœur série :

  1. Unbellievable (Netflix)

Une jeune fille porte plainte pour viol. Elle est longuement interrogée par la police, elle subit tous les examens médicaux, mais on ne la croit et on l’accuse de mentir. Deux inspectrices pourtant ont des doutes et vont mener l’enquête. Cette série, inspirée de faits réels, m’a scotchée par son intrigue d’abord et aussi parce que j’ai adoré ces deux flics incarnées par Toni Colette et Merritt Wever (que je ne connaissais pas et que j’adore depuis), des femmes puissantes et indépendantes qui luttent pour faire éclater la vérité. On y suit toutes les difficultés de déposer plainte pour viol, toute la suspicion qui pèse sur la jeune Marie, qui est aussi incroyable.

2. Gentleman Jack

L’intrigue se situe en Angleterre pendant la révolution industrielle. Anne Lister rentre chez elle après une longue absence passée à voyager et prend la direction de la propriété familiale. Femme indépendante et homosexuelle, elle s’habille de façon androgyne et mène de main de maître son exploitation en se heurtant aux qu’en-dira-t-on de son village et aux hommes peu habitués à devoir obéir à une femme. Anne veut assumer sur tous les plans ce qu’elle est et recherche l’amour qu’elle semble trouver auprès de la jeune et naïve Ann Walker. Vous remarquerez que mes choix de livres et de séries ont le même point commun : les femmes et leur rôle dans la société. Le personnage d’Anne Lister est fascinant. J’avais déjà vu l’actrice qui l’incarne dans une autre série (Dr Forster) et j’ai été bluffée par le changement radical entre ces deux rôles, j’ai même eu du mal à la reconnaître. Je viens de décourir que la saison 2 est disponible sur OCS et je m’en réjouis !

3. Unorthodox

Beaucoup d’entre vous ont certainement vu aussi cette série dont on a beaucoup parlé quand elle est apparue sur Netflix. Et c’est à raison. Esther vit à New-York dans une famille ultra-orthodoxe. La série s’ouvre par son mariage, un mariage arrangé, elle semble totalement perdue. On découvre avec effroi cet univers dans lequel elle vit ou plutôt étouffe. Après quelques mois de mariage, Esther s’enfuit à Berlin pour mener sa propre vie. Unorthodox est l’histoire d’une rédemption, d’un sauvetage. Cette actrice qui incarne Esther transmet à la fois sa fragilité mais aussi ce courage extraordinaire qui lui a permis d’échapper à son milieu. C’est une série magnifique.

4. Workin’moms (saisons 1 à 4)

Ah cette sérié comme je l’ai aimée et comme ça a été douloureux de quitter ces femmes à la fin de la saison 4. Workin’mom est une série canadienne qui raconte l’histoire de 5 femmes qui viennent d’avoir un bébé et se retrouvent à des réunions pour jeunes mamans. L’héroïne principale est Kate Forster femme active, voire surper-active qui doit gérer son métier, son bébé, son mari. On plonge dans l’univers de ces femmes toutes différentes mais toutes aux prise avec leur métier et leur famille. C’est drôle, c’est parfois un peu cru, c’est totalement addictif, ça sent le vécu et on se retrouve forcément dans les diverses situations qu’elles vivent. L’actrice qui incarne Kate Forster, Catherine Reitman, espèce de grande bringue magnifiquement foutue est extraordinaire. Toutes ces femmes doivent tenter de concilier tous les rôles de la femme moderne : épouse, mère, femme active, mais aussi amie. Et le moins qu’on puisse dire c’est que ce n’est pas simple. C’est le genre de série qui donne envie d’être visionnée plusieurs fois.

5. Mrs America

Je ne serai pas très longue sur cette série car j’en ai déjà parlé sur le blog. L’intrigue repose sur des faits réels et retrace la vie de Phyllis Schlafly, activiste anti-féministe aux Etats-Unis de 1968 à l’élection de Reagan. Mère de 6 enfants, mariée à un avocat réputée, Phyllis prend la tête d’un mouvement de femmes au foyer pour contrer celui des féministes mené par Gloria Steinem et Betty Friedan. L’objet de leur affrontement : l’ERA, Egual Rights Amendement, qui doit être ratifié par 38 états pour être inscrit dans la Constitution des Etats-Unis. Cette proposition d’amendement tend à garantir l’égalité entre les sexes. Evidemment politique, cette série montre le combat rude des féministes américaines et nous fait découvrir ce personnage complexe qu’est Phyllis. Basée sur des faits réels, comme en témoignent de nombreuses images d’archives, cette série est une plongée dans les années 70 et dans l’histoire du combat féministe.

J’ai aimé d’autres séries durant cette année 2020, mais celles-ci sont vraiment à part peut-être parce qu’elles représentent les principaux sujets de réflexions que je peux avoir au sujet des femmes. Les personnages de ces séries incarnent des femmes différentes, différentes par leur caractère, leur physique, leur milieu, mais elles se ressemblent pourtant dans cette volonté d’être elles-mêmes.

Bilan de Juin : Le Mois Anglais


Juin tire sa révérence et avec lui le Mois Anglais. Pour cette neuvième édition, nos charmantes organisatrices, Titine, Lou et sur Instagram, Lamousmé, nous avons concocté un programme sur mesure. Un Mois Anglais, ça se prépare comme un marathon, on rassemble ses forces, on s’entraîne à l’avance, et on tient la distance. Cette année a sonné ma 9e participation et sans doute celle où je me suis le plus investie car, pour une fois, j’avais le temps de le faire et une sacrée boulimie de lecture. Je m’en suis donnée à cœur joie et je suis un peu triste que ce soit fini.

Dans cette chronique, on va revenir sur ces 30 jours à l’heure anglaise…

(suite…)

Bilan de lecture du mois de mai 2020.


L’heure du bilan a sonné. Vous verrez que les lectures présentes dans ce bilan sont quasi exclusivement liées au Mois Anglais. Pour une fois que, cette année, je parviens à m’organiser en amont. Je vais donc rester très évasive puisque ces romans seront présentés beaucoup plus largement au cours du mois de juin.

Deux d’entre eux ont déjà été présentés dans mon précédent billet sur mes lectures du confinement, je les remets ici quand même.

(suite…)

Mes lectures durant le confinement.


En reprenant l’écriture du blog, j’ai envie d’y laisser une trace de ce confinement historique que nous avons vécu, que nous vivons encore et que nous allons sans doute vivre encore pendant plusieurs semaines voire mois même si notre liberté de nous déplacer, et celle de nous rencontrer ont été un peu étendues.

A l’annonce de ce confinement, passée la stupeur d’une telle mesure, j’ai réalisé que s’ouvraient devant moi des semaines de lecture. Contrairement à beaucoup d’amies qui écrivaient sur les réseaux sociaux leur difficulté à se concentrer et donc à lire, j’ai été prise d’une boulimie de lecture. Pourtant j’ai eu, moi aussi, des problèmes pour me concentrer : impossible de me remettre à mes cours, de corriger des copies, d’envisager des séances… Le blocage complet.

Alors j’ai lu.

(suite…)

Bilan mensuel de lecture : Juillet 2019.


Si ce mois-ci je suis plus ou moins parvenue à chroniquer les livres lus, je n’ai toujours pas rattrapé mon retard de chroniques des mois précédents (7 romans attendent toujours que je me penche sur eux pour les chroniquer. Je vais essayer de m’y mettre en août).

Comme beaucoup d’entre vous, j’aime les mois estivaux toujours propices à la lecture. Des heures à lire et à tourner les pages, sans me soucier de copies à corriger… mais pas sans séquences à préparer, hélas ! Mais juillet est avant tout pour moi, le mois du fameux lâcher-prise, (enfin, j’essaie) et des lectures de quelques pavés.

A l’exception d’un SP, j’ai essentiellement puisé dans ma PAL ce mois-ci et notamment dans la littérature anglaise, grâce au challenge British heroines lancé par le Forum Whoopsy Daisy qui a pris le relais du Mois Anglais.

(suite…)

Triple Bilan de lectures : Mai – Juin – Mois Anglais 2019.


Entre la fin de l’année scolaire et ses réjouissants conseils de classe, réunions et j’en passe, puis les corrections du bac, les oraux du bac et enfin une perte de connexion d’une semaine, me voilà donc enfin de retour pour un triple bilan car avec tout ça je n’ai pas fait le bilan du mois de mai. Et comme nous sommes déjà le 2 juillet, il me faut également faire le bilan du mois de Juin qui était sous le signe de l’Angleterre.

Il est donc grand temps de nous y mettre. Comme ce billet risque d’être trop long, le mois de mai sera évoqué de façon très rapide et dans l’ordre chronologique. Pour le mois de juin, je serai plus diserte.

(suite…)

Bilan de lecture mensuel : Avril 2019.


En ce premier jour de mai, au son des clochettes du muguet, il est l’heure de faire le bilan de mes lectures. Des lectures un peu moins importantes que le mois dernier, mais qui ont été particulièrement agréables et intéressantes. On peut juste regretter que le fait que je ne suis parvenue à ne sortir que deux livres de ma PAL.

Ce mois-ci donc j’ai lu trois polars, un roman et un livre d’entretiens.

(suite…)

Bilan de lecture mensuel : Mars 2019.


Mieux vaut tard que jamais…

Voici un bilan digne d’un mois d’août ! (du moins me concernant). Je pète les scores en ce moment, sans doute parce que j’ai besoin de décompresser et les livres m’offrent cette bouée de sauvetage. Même si j’ai un peu du mal ces derniers temps à prendre le temps de lire en fin de journée, je me rends compte que je lis plus que l’an dernier. Sans doute faut-il aussi prendre en compte le fait que sur les 9 livres lus (oui, oui 9 !!!), trois sont des mangas ; mais j’ai quand même lu un bon pavé de presque 500 pages. Bref, vous l’aurez compris, je suis assez satisfaite de ce bilan, même si je n’ai pas eu le temps de chroniquer tous les romans (deux chroniques en retard – NB : rattrapées depuis).

Mais voyons ça de plus près.

(suite…)