« De Sacha@Macha » Yaël HASSAN et Rachel HAUSFATER-DOUIEB


hassan sachaEn novembre dernier, j’ai découvert la plume de Yaël Hassan grâce à un roman écrit aussi à quatre mains : La Fille qui n’aimait pas les fins, ce roman pour jeunes adolescents m’avait beaucoup séduite, et j’ai eu envie de découvrir un autre roman de cette auteure, roman qui figure sur la liste du ministère de l’éducation et qui semble bien connu des documentalistes.

(suite…)

Bilan de lecture mensuel : Mars 2014.


logo-bilan-mensuel1Encore un mois qui a filé sans que je m’en rende compte : les semaines sont des jours, les jours sont des heures. Mais, après un mois de février que j’ai vécu en pilotage automatique, le mois de mars, sans être plus reposant, fut cependant plus organisé et surtout plus maîtrisé. Ainsi ai-je pu reprendre un certain rythme de lecture. Même si, pour le moment, j’oriente mes choix vers des livres peu épais, je suis contente d’avoir atteint mon objectif mensuel pour le Plan ORSEC et il valait mieux l’atteindre, parce que, lors du Salon du Livre de Paris, malheureusement je n’ai pas été aussi raisonnable que je l’aurais voulu. Enfin, et cela commence à être habituel, quelques romans lus n’ont pas encore été chroniqués sur le blog. Mais venons-en au fait :

(suite…)

« Aurélien Malte » Jean-François CHABAS


Chabas Aurélien MalteAurélien Malte, environ trente ans, est en prison depuis treize ans pour homicide. Ce roman épistolaire pour adolescent s’ouvre le 21 janvier 2001. Pendant cette dernière année d’emprisonnement, il va écrire dans un cahier des lettres à sa visiteuse de prison, Anne, des lettres qu’elle ne lit pas. Aurélien y raconte sa vie en prison, son passé, sa décadence et les circonstances du meurtre qu’il a commis. Mais surtout, ces lettres lui permettent d’entretenir une conversation quasi quotidienne avec Anne, cette femme douce et patiente à laquelle il s’attache de plus en plus.

(suite…)

« Emma » Kaoru MORI – Manga


Mori Emma t1 à 6Au fil des années, je me rends compte que je lis de plus en plus de mangas grâce à mes amies blogueuses qui savent me tenter. Cette fois-ci je me suis lancée dans la lecture de cette série grâce à Valou. J’ai longtemps hésité à acheter la nouvelle édition en deux gros volumes, et puis, lors d’une visite à la Bibliothèque municipale j’ai découvert toute la série en 10 tomes. Ce matin j’ai achevé la lecture du tome 7 et ai découvert, un peu dépitée, que l’histoire d’Emma s’achevait là et que les trois derniers tomes racontaient l’histoire de certains personnages secondaires. Du coup, je vais vous parler dans un premier temps de ces 7 tomes qui forment un tout avant d’écrire un autre billet sur les trois tomes restants.

(suite…)

« Quartier lointain, tomes 1 et 2 » Jirô TANIGUCHI


taniguchi quartier lointainQuartier lointain est un manga que j’ai repéré depuis très longtemps sur les blogs. Je connais assez mal ce genre, mais ma curiosité me pousse à en savoir plus. J’attends donc en général l’avis de plusieurs amies blogueuses pour me décider. Fin août, j’ai enfin pu mettre la main sur les deux tomes à la bibliothèque municipale.

Hiroschi, une bonne quarantaine d’années, une gueule de bois qui a du mal à passer, se trompe de train pour rentrer chez lui. Sans qu’il sache pourquoi ni comment, le voilà arrivé dans la ville de son enfance. Poussé par cette force étrange, il se rend au cimetière, sur la tombe de sa mère. Là, il semble s’évanouir. A son réveil, Hiroschi n’a plus 40 ans, mais 14. Il est revenu en 1963, l’année où son père a abandonné, sans raison apparente, sa famille.

(suite…)

« Une (irrésistible) envie de dire oui » Meg CABOT


Cabot meg une irrésistible envie de dire ouiHeather Wells, ex pop star, est directrice adjointe de la résidence d’étudiants, Fischer Hall, surnommé le dortoir de la mort, à l’université de New-York. Et précisément Owen Veatch, son boss est découvert assassiné d’une balle dans la nuque dans son bureau. Parallèlement Heather a un petit ami, Tad, fan de footing et de bio mais son coeur va vers Cooper, le frère de son ex, avec lequel elle partage un logement, or Cooper est détective privé.

(suite…)

« Journal du premier amour » Giacomo LEOPARDI


leopardi journalAlors que la Rentrée Littéraire bat son plein, j’avais envie de revenir à des textes classiques. C’est en errant dans les rayons de la Bibliothèque Municipale, que j’ai découvert ce petit ouvrage de Giacomo Leopardi, poète italien du XIXème siècle qui livre ici le récit de son âme. Ce petit ouvrage se compose de plusieurs textes autobiographiques allant d’un journal écrit à 17 ans et de notes en vue d’une autobiographie que l’auteur avait envie d’entreprendre alors qu’il n’était âgé que de 27 ans.

(suite…)

« Je ne lirai pas ce livre ! » Cece MENG et Joy ANG


je ne lirai pas ce livre couvJ’avais repéré cet album sur les blogs et lors d’une visite à la Biblio je suis tombée dessus un peu par hasard. Je n’y pensais plus et comme je ne tiens pas de carnet wish-list et que ma mémoire est une passoire, ce fut donc une belle surprise.

Le petit garçon que vous voyez sur la couverture est donc résolument décidé à ne pas lire tout seul ce livre. Tout d’abord parce qu’il a mille choses plus importantes à faire et que pour le faire lire ce livre il faudrait vraiment qu’il soit dans une situation désespérée.

(suite…)

« Nox : Ici-bas (1) » Yves GREVET


Grevet nox 1Il est étrange comme des livres d’à peine 150 pages peuvent prendre une éternité à être lus, et comme certains de plus de 400 pages peuvent se lire en à peine 4 jours. C’est bien l’expérience que j’ai vécue avec ce premier tome de Nox écrit par Yves Grevet, l’auteur également du célèbre Méto. Pour tout vous dire – puisque vous commencez à savoir que j’aime raconter la façon dont les livres sont parvenus jusque chez moi (n’en déplaise aux puristes) – j’ai reçu le tome 2, qui est sorti en librairie le 4 avril, grâce aux Éditions Syros. Difficile pour moi de donner mon avis sur une série en cours, j’avais donc réservé le tome 1 à la Bibliothèque Municipale, tome récupéré, enfin, mercredi. Je l’ai donc commencé jeudi lors d’un long trajet en RER et depuis j’ai eu bien du mal à le reposer avant de l’avoir terminé. Et là, au moment où je vous écris, je brûle de commencer le tome 2 tant je veux savoir ce qu’il va advenir des personnages !

(suite…)

A la Bibliothèque Municipale…


Marilyn bibliothèqueComme si quatre jours au Salon du Livre de Paris n’étaient pas amplement suffisants, je suis passée hier après-midi à la Bibliothèque Municipale.

L’objectif était de rendre les livres très en retard, de ce côté-là je ne progresse pas, heureusement les bibliothécaires sont très très compréhensifs et je n’ai pas été pénalisée. Je voulais emprunter le tome 1 de la nouvelle série d’Yves Grevet, Nox, ayant reçu, le matin même, le tome 2. Je trouve dommage de prendre une série en cours de route. J’ai donc rendu mes livres et en patientant jusqu’à l’heure d’ouverture de la salle jeunesse, j’ai eu la « mauvaise » idée de parcourir les étagères.

Un peu au hasard, j’ai fureté sans désir particulier, et ce qui devait arriver arriva, je n’ai pu résister à deux romans :

Livres biblio mars 2013

Cinquante ans passés de Jean-Marc Robert, décédé cette semaine. Je connais cet auteur et éditeur, mais je n’ai encore jamais lu ses romans. Bien sûr, il est toujours regrettable de découvrir la prose d’un auteur au moment même où il meurt, on a la sensation d’être passé à côté, d’avoir loupé le train. Mais ce serait encore pire si on ne le faisait pas. Cinquante ans passés était le seul roman de Robert encore disponible, je l’ai pris sans réfléchir et sans même lire la quatrième de couverture.

Concernant le roman de Lalumière, Front Russe, j’ai entendu parler de la sortie de son dernier roman, mais à chaque fois les critiques semblaient tous d’accord pour reconnaître que Front Russe était plus percutant et plus drôle. J’avais hésité à l’acheter ne le trouvant pas en poche, en le découvrant sur une des étagères je me suis dit que c’était là un bel hasard.

La salle jeunesse ayant enfin ouvert, je suis allée chercher le roman d’Yves Grevet qui apparaissait comme disponible sur le site de la Biblio le matin même, mais qui, finalement ne l’était plus l’après-midi venu. J’ai donc dû le réserver.

Bilan, j’ai bien rendu mes livres (un exploit), mais j’ai emprunté deux livres non prévus au lieu d’un qui lui était prévu. Ce sont les joies des Bibliothèques, on ne sait jamais vraiment avec quels livres on va en ressortir.