Bilan Lecture : Juin 2021.

Hier s’est clos le Mois anglais organisé par TitineLou et Cryssilda, le bilan de ce mois de juin sera donc quasi intégralement anglais, hormis un roman lu dans le cadre d’un autre challenge, celui organisé par Moka et Fanny, Les classiques, c’est fantastique ! et un autre qui entre dans mon challenge Linley et Havers.

Je n’ai pas chroniqué toutes mes lectures (il m’en reste deux), mais je compte le faire dans les jours à venir. Pour ce mois de juin, durant lequel nous fêtions les 10 ans du Mois anglais, mes lectures se sont organisées autour de certains thèmes définis par les organisatrices. J’avais préparé une petite PAL en fonction de ces thèmes :

Comme vous pouvez le constater je ne suis pas parvenue à lire tous les romans que j’avais prévus. Quatre d’ente eux sont restés sur le carreau et il m’en reste un à finir (un peu plus d’une centaine de pages) mais je l’ai quand même mis sur la photo du bilan puisque je le finirai sans doute demain.

Ainsi j’ai commencé le mois en finissant le tome 7 de la série Linley et Havers d’Elizabeth George, Un goût de cendres qui s’inscrivait dans le Mois Anglais mais ne correspondait pas aux thèmes définis. Cette nouvelle enquête se déroule dans le milieu du cricket après la mort du champion Kenneth. Parallèlement on suit, à travers un récit autobiographique, Olivia, ancienne junky et prostituée qui est hébergée par Chris sur une péniche et tente de se reconstruire. Si j’ai vraiment apprécié l’enquête menée, j’ai trouvé quelques longueurs et répétitions dans le récit d’Olivia avant de percevoir le lien entre les deux intrigues parallèles.

Le Mois anglais a donc véritablement commencé avec ce polar historique : Blood and sugar de Laura Shepherd-Robinson qui se déroule en 1781 à Londres alors que l’esclavage sévit. Ce roman s’est inscrit dans le thème : « Avant 1837 ». Un avocat anti-esclavagiste est retrouvé assassiné et sur la demande de sa sœur, un de ses ancien ami accepte de faire la lumière sur ce crime. Une intrigue bien menée et une belle occasion de découvrir cette période de l’histoire.

Cette troisième lecture a été faite en commun et s’est étalée sur tout le mois de juin, à raison de 100 pages par semaine, environ. J’avais choisi ce roman pour le thème « 1ère ou 2ème guerre mondiale ». Ce premier tome la saga Cazalet est une réelle réussite. J’ai aimé cette ambiance de grande maison familiale, cette atmosphère très anglaise, ces personnages complexes que l’on apprend à connaître au fil des pages, qui se découvrent avec leurs failles. Je lirai le tome 2 dès ce mois-ci.

Le tome 2 de la série Lady Helen d’Alison Goodman : Le Pacte des mauvais jours a été une lecture addictive. J’avais déjà adoré le tome 1 et il me tardait de lire la suite. Je n’ai pas encore rédigé ma chronique, je pense la faire demain.

Dans ce tome Helen et lord Carlston sont à Brighton où la jeune fille continue l’apprentissage de ses pouvoirs. Pour mieux se défendre lors d’éventuels combats, elle s’habille en homme. Mais lord Carlston semble de plus en plus sombrer dans la folie et Lady Helen doit absolument mettre la main sur un objet susceptible de le soigner. Elle va donc devoir se débrouiller un peu toute seule.

Le Rayon vert de Jules Verne est ma deuxième participation au challenge Les Classiques, c’est fantastique !

Nous sommes en Ecosse où la jeune Helena décide d’embarquer ses deux oncles dans sa quête du fameux rayon vert, le dernier avant le coucher du soleil sur la mer. Dans sa quête, elle rencontre le peintre Olivier et va vivre quelques péripéties. Un roman où Jules Verne prend un peu le contre-pied de son œuvre, en favorisant l’imagination et le rêve plutôt que la science.

Pour finir, voici un roman pour lequel j’ai craqué sans attendre sa sortie en poche. Sa couverture me faisait trop de l’œil sans parler du sujet. Je l’avais prévu pour le thème « Années 50 – 60 – 70 ». Là encore la chronique ne devrait pas tarder, mais je peux déjà vous dire qu’il m’a beaucoup plu malgré quelques petites facilités dans la construction de l’intrigue.

Nous sommes donc dans les années 50, d’abord à Hollywood puis à Londres. Phoebe est scénariste d’une série policière qui a son petit succès, mais elle va se trouver accusée, à tord, de sympathie communiste. Dans cette période anti-rouge aux USA, il n’est pas bon d’être communiste. Elle s’enfuit donc à Londres espérant reprendre une vie la plus normale possible et surtout continuer de faire le métier qu’elle aime.

Concernant ma dernière lecture pour le Mois anglais, qui malheureusement n’a pas été finie à temps, il s’agit de L’Enfant du lac de Kate Morton. Une fois encore je suis sous le charme de la plume de cette auteure, de sa virtuosité romanesque. Je me régale et promis je vous en parle rapidement.

Voilà donc un bilan qui n’a pas rempli toutes les espérances puisque je ne suis pas parvenue à lire toute la PAL Mois anglais prévue, mais chacune de ces lectures fut un réel plaisir et on doit se réjouir d’un mois sans déception.

Si le Mois anglais est clos, le challenge A year in England lui se poursuit, je vais donc pouvoir me rattraper !

Poster un commentaire

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :