« Mal d’enfant » Elizabeth GEORGE – Tome 6.

Deborah, déprimée par des fausses-couches à répétition, tombe en contemplation devant une Vierge à l’Enfant à la National Galery. Elle y rencontre Mr Sage, de visite à Londres. Il sent en elle une détresse et lui propose de lui rendre visite à Winslough dans le Lancashire pour se ressourcer. Pour le tome 6 de sa série Linley & Havers, Elizabeth George nous entraîne dans une région où la magie règne. On y adore une Déesse que l’on sollicite en plaçant en cercle des pierres magiques. Grâce à ses romans, on voyage en Grande Bretagne.

Dans la petite bourgade de Winslough, le pasteur Robin Sage est retrouvé mort sur un chemin, empoisonné. Ainsi quand Deborah et Saint-James se décident à une petite escapade, ils découvrent stupéfaits les faits. Très vite Colin Shepherd, le constable du village, a conclu à un empoisonnement accidentel : le pasteur avait dîné chez Juliet. Une femme fine connaisseuse des plantes mais qui, n’ayant plus de panais était partie en cueillir et avait malencontreusement ramassé de la cigüe à la place d’un panais. Saint-James n’est guère convaincu par ces conclusions et demande à Linley de les rejoindre pour faire la lumière sur ce soi-disant empoisonnement.

Ce tome tranche un peu avec les précédents. Elizabeth George présente les principaux habitants de Winslough. On y croise donc le constable Shepherd, qui apparaît peu intègre, Juliet et sa fille Maggie, Polly Yarkin qui s’occupe du logement de Mr Sage et qui pratique la magie ou encore Bredan qui vient d’épouser la fille de son patron, St. John Andrew Townley-Young, une jeune femme peu séduisante et caractérielle. Cette galerie de personnages est complétée par le portrait du pasteur Sage que l’on découvre grâce aux témoignages des habitants. Il règne dans ce village des secrets, des mystères que l’auteur nous révèle. Linley et Saint-James vont donc devoir percer ces mystères et lever le voile sur le passé de certains de ces personnages pour faire la lumière sur la mort de Robin Sage.

Contrairement à la lecture des autres tomes, celle de ce tome 6 a un peu trainé. Il faut dire que le rythme est moins enlevé, que les nombreuses descriptions des environs du village, que les histoires des habitants m’ont peu intéressée. J’ai eu l’impression que toutes ces histoires parallèles n’apportaient pas nécessairement d’intérêt à l’intrigue principale, qu’on se perdait un peu. J’ai donc senti quelques longueurs et j’aurai préféré une intrigue plus resserrée. Cela confirme donc ce que l’on m’avait dit sur ce tome 6 : moins bien réussi que les précédents. Sans avoir deviné toutes les finesses du dénouement, j’ai cependant très vite perçu un élément clef.

Autre petite déception également, les histoires personnelles de Linley et Helen et celle de Saint-James et Deborah ne progressent guère dans ce tome. Même si Elizabeth George montre encore ses talents d’écrivain sachant parfaitement analyser la psychologie de ses personnages, ce qui est un atout majeur, cela n’a pas suffi à mettre ce tome dans ma liste des préférés jusqu’à présent.

Ce roman a été lu dans le cadre du challenge Linley & Havers et de A year in England 2021 hors thème.

Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. dommage pour ce petit cran en dessous, mais cette série a l’air vraiment chouette!

    Réponse
  2. tu laisseras une chance à l’auteure quand même pour son prochain livre 🙂

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :