« George Sand, ma vie à Nohant » Ch. VAN DEN HEUVEL et Nina JACQMIN (BD).

Quand j’ai aperçu cette BD sur l’insta de Moka, j’ai senti qu’il me la fallait immédiatement. Ma maman a eu la gentillesse de me l’offrir, il est donc encore plus précieux. Mais à chaque fois que je dois lire une œuvre sur Sand, j’ai toujours une petite appréhension, il faut dire que j’ai eu quelques déconvenues avec certaines biographies, notamment George Sand à vingt ans. Pour information, et pour celles ou ceux qui ne le sauraient pas, j’ai beaucoup travaillé sur l’œuvre et la vie de George Sand lorsque j’étais en thèse. Je maîtrise donc le sujet et je suis notamment toujours attentive à ce que sa vie ne prenne pas trop le pas sur son œuvre. Il faut dire que Sand a eu une vie si passionnante qu’on a toujours tendance à se focaliser sur sa vie et un peu moins sur son œuvre.

Bref.

Mon appréhension en ouvrant cette BD a cependant très rapidement disparu. L’ouvrage s’ouvre sur le procès en séparation entre George Sand et son mari Casimir Dudevant en 1836. C’est là une ouverture particulièrement intelligente pour un ouvrage qui s’intéresse au rapport entre Sand et son domaine, hérité de sa grand-mère, Nohant. En effet, ce procès, qu’elle gagna grâce à l’avocat Michel de Bourges, lui permet de rentrer en possession de Nohant et d’obtenir la garde de ses enfants. Et donc d’être totalement indépendante. C’est donc un fait décisif dans la vie de Sand et qui est raconté de façon précise ici (je reviendrai sur cette qualité de précision).

La structure de cette BD, on le sent, a été murement réfléchie. Après l’épisode du procès, on retrouve George Sand, plusieurs années plus tard, en compagnie d’Ursule. Celle-ci était la nièce de la femme de chambre de sa grand-mère. Ursule fut la compagne de jeux de George durant son enfance, elles n’avaient qu’un an d’écart. Assise sur le perron de la maison, George Sand, vieillie, raconte à Ursule ses souvenirs liés à Nohant, en commençant en 1808, quand, de retour d’Espagne, elle arrive à Nohant avec son père, Maurice, sa mère, Sophie et son petit frère. Ce n’est pourtant pas la première fois que Sand vient à Nohant, mais cet épisode n’est pas raconté dans la BD, sans doute parce qu’elle n’y demeura pas longtemps puisqu’elle vivait à Paris avec ses parents. Donc cette arrivée en 1808 est véritablement le moment où Sand va commencer à vivre réellement à Nohant suite à trois drames. Le récit commence et devient alors chronologique.

Honnêtement, je n’ai rien à redire à cette BD. J’ai été bluffée par la précision avec laquelle l’auteure parvient à évoquer les faits les plus marquants mais également ce que l’on connaît moins. On perçoit toute la documentation, tout le travail de l’auteure pour rendre compte de tous les aspects de la vie de Sand : littéraire, personnel (amours et amitiés), politique, social. Tout y est (même les confitures bien sûr) et tout est précis et à la fois concis. C’est un vrai régal. On y découvre, comme le suggère la couverture, la complexité de George Sand, cette personnalité hors du commun, à la fois amoureuse insatiable et femme libre.

Tous les personnages qui ont croisé sa existence prennent vie grâce au talent de Nina Jacqmin et c’est même touchant de les voir représentés, même s’ils sont un peu embellis pour l’occasion.

L’autre personnage central de cette BD est bien évidemment Nohant. Les dessins de Nina Jacqmin rendent parfaitement compte à la fois de la maison et du jardin, jusqu’au moindre détail. Il y a quelque chose d’un peu magique dans ces dessins qui nous font voir cette maison toujours pleine de vie, d’invités célèbres (Dumas, Tourgueniev, Liszt, Flaubert ou encore Delacroix) ; ce parc arboré, cette rivière où elle se baignait nue tous les jours ou presque.

On a envie d’y rester, dans cette BD, de rester assise sur le perron de Nohant entre Ursule et Sand, on y est comme dans une maison que l’on n’aurait pas envie de quitter.

Enfin, les quatre pages présentant les portraits de sa famille et de ses amis m’ont paru très pédagogiques et une aide précieuse. Je regrette cependant que ne figure pas une petite liste des principales œuvres de George Sand pour donner envie de découvrir ses romans. Plusieurs d’entre eux sont évoqués dans la BD (Rose et blanche, Indiana, Valentine, Lélia, La Mare au diable), mais l’évocation s’arrête à 1846 avec La Mare au diable alors que Sand a écrit jusqu’à la fin de sa vie, en 1876. Il fallait bien que je trouve quelque chose à redire !

George Sand, ma vie à Nohant est une vraie réussite et permet réellement de faire connaissance avec George Sand, elle évite les clichés trop souvent rabattus et rend réellement hommage à cette grande dame de la littérature et de l’émancipation féminine.

Poster un commentaire

13 Commentaires

  1. tu ne pouvais pas passer à côté en effet! Elle a l’air très bien faite!

    Réponse
  2. Je l’ai repérée également car j’aime toujours découvrir sur les auteur(e)s …😉

    Réponse
  3. Très contente de lire ton avis éclairé sur cet album, repéré aussi chez nos amies blogueuses !

    Réponse
  4. Oui, c’est l’inconvénient quand on est pointu.e sur un sujet. Mais je ne me souvenais pas que tu avais fait une thèse sur son œuvre. C’était quoi exactement le sujet de ta thèse ?

    Réponse
  5. Comme je suis ravie de te lire ici et de voir que tu as aimé cet album. J’ai tout de suite pensé à toi en l’achetant (Et je trouve que ta maman t’a fait là un très beau présent.)

    Réponse
  6. Une BD qui avait sa place chez toi, elle me tente bien !

    Réponse
  7. Noté ! J’ai toujours l’intimidant « Histoire de ma vie » en 2 tomes… mais une BD est tout de même beaucoup plus accessible… ^_^ Bonne semaine de reprise, George !

    Réponse
  8. Et les dessins ont l’air très beaux ! Je le note, cela me rappelle ma visite à Nohant qui m’avait fait découvrir George Sand !

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :