« Si tu vois le Wendigo » de Christophe LAMBERT.

Voilà un roman ado dont j’ai dévoré les trois quart un dimanche après-midi. J’ai été immédiatement immergée dans le monde du jeune narrateur de 13 ans. Ce qui m’a tout de suite plu est cette idée, certes pas nouvelle, d’un récit rétrospectif. Car si le narrateur de l’intrigue a 13 ans, celui qui la raconte en a 60. Et c’est ce regard d’adulte sur l’enfant qu’il était et sur les années 50 aux USA qui m’a plu.

En effet, l’histoire de ce roman c’est l’histoire d’un été qui a tout changé. Ce genre d’été que l’on entame en enfant, et d’où l’on ressort adolescent, où on prend conscience que les adultes qui nous entourent ont des failles.

Ainsi le jeune narrateur et son ami Bobby Lee, après avoir joué une journée entière dans la forêt aux cow-boys et aux indiens, rentrent chez eux la nuit tombée. Personne ne les attend vraiment et personne ne semble s’inquiéter de leur rentrée tardive. Il faut dire qu’ils habitent dans une résidence de standing, où on n’a même pas besoin de fermer les portes à clefs. Pourtant ce soir-là, ils croisent Ruth Bannerman, une voisine d’une quarantaine d’années. Elle semble errer dans la rue, à moitié nue et la bouche en sang. Cette intrusion de violence dans leur univers d’enfants innocents, provoque chez notre narrateur comme un choc, d’autant que Ruth est belle femme et que notre jeune ado n’est pas insensible à son charme. Cet événement va ainsi déclencher plusieurs péripéties qui vont bien occupées l’été des deux amis. Le lendemain, toujours dans la forêt jouxtant la résidence, les deux enfants entendent un cri mi-animal, ni-humain. Ils se réfugient chez le vieil ermite de la forêt, Peabody, qui leur conte l’histoire du Wendigo : une bête avec un corps décharné, au centre duquel brille une pierre rouge et avec une tête de caribou. Ce monstre peut exaucer nos vœux mais gare à leur réalisation.

Christophe Lambert noue une intrigue entre réalisme et fantastique. Au cours de cet été le jeune héros va voir les masques des adultes tomber. Par des intrusions, le narrateur de 60 ans, va anticiper sur des événements futurs liés à l’histoire des Etats-Unis mais aussi au devenir des habitants de la résidence. De la même façon, son regard rétrospectif va lui permettre des remarques sur la vie des années 50, quand les femmes étaient au foyer, que les hommes roulaient en belles voitures et que les enfants étaient toujours obéissants devant les adultes. Mais cette vision très réaliste est entremêlée de fantastique avec ce Wendigo venant frapper à votre fenêtre, ou ce lapin qui parle et traduit les paroles du monstre tout en demandant aux enfants s’ils n’ont pas une cigarette. Le pire c’est que les deux mondes se mélangent parfaitement. Le Wendigo est une créature de la mythologie amérindienne, Christophe Lambert la réactualise dans ce roman et me l’a fait découvrir. Le monstre, s’il est terrifiant, est cependant moins violent que dans la légende.

Si tu vois le Wendigo est un roman sur la sortie de l’enfance, un roman d’apprentissage, un roman du premier amour et de l’amitié. Mais c’est aussi un merveilleux roman d’aventures que je ne peux que vous conseiller.

Roman lu dans le cadre du  Challenge Lecture 2021 pour valider la catégorie 59 (Un livre dont le titre comporte 5 mots). Retrouvez les catégories que j’ai validées pour ce challenge en suivant le lien.

Poster un commentaire

3 Commentaires

  1. il a l’air très addictif! Je note!

    Réponse
  2. Comme Eimelle, je m’empresse de noter !

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :