« Nuuk » Mo MALO

Nuuk  est le troisième opus des enquêtes du chef de police de Nuuk au Groenland. Après Qaanaaq et Disko, Qaanaaq Adriensen ne peut reprendre son poste qu’à deux conditions : se faire suivre par une thérapeute et effectuer une tournée dans neuf villes du Groenland, histoire de reprendre contact avec le terrain, c’est ça ou le placard. Qaanaaq se plie donc et commence sa thérapie sans guère d’enthousiasme d’autant que sa psy ne lui laisse guère de répit. La tournée commence par Uummannaq et déjà les choses se compliquent : une jeune adolescente vient de se suicider en sautant du haut d’un pic rocheux. Mais Qaanaaq n’est pas totalement persuadé par cette conclusion : cette jeune fille ne présentait aucun signe de dépression, bien au contraire un avenir radieux s’ouvrait justement à elle. Parallèlement, un colis contenant une main tranchée est livré et destiné à Qaanaaq : y a-t-il un lien entre les deux affaires ? Et si oui, lequel ?

En dehors de l’enquête policière qui nous plonge dans les terres froides du Groenland, j’ai découvert un inspecteur à la fois fragile et puissant. D’origine inuite, Qaanaaq a été adopté à l’âge de trois ans par un couple danois. Ce périple à travers le Groenland le replonge dans les traditions et les souvenirs : la mort de sa mère adoptive, mais aussi de sa mère biologique. Et cet étrange conteur d’histoires du folklore local, ainsi que ces tatouages retrouvés sur le visages des suicidées le replongent dans son passé. Son présent n’est guère évident non plus : sa femme est enceinte, mais l’attrait de l’enquête réveille ses instincts de chasseur et mobilise toute son attention.

Outre l’enquête que j’ai suivie avec intérêt, ce roman a été pour moi une vraie découverte du Groenland, des coutumes, des rites et du mode de vie de ses habitants. Grâce à une liste des personnages à la fin du livre, on se repère assez vite dans tous ces noms et prénoms qui peuvent nous égarer. Même s’il faut certes un petit temps d’adaptation, on finit par se repérer et on se laisse prendre par l’histoire.

Cette découverte du Groenland et des inuits, se complète par une vision du Groenland actuel. Mo Malo a effectué un long séjour sur ces terres froides et a partagé ses photos sur son compte Instagram (@_mo_malo), on y voit les villes évoquées dans le roman et ces images viennent rendre plus réelles l’histoire racontée dans le roman. Outre les lieux, l’auteur rend compte également d’une jeunesse désœuvrée qui n’aspire qu’à quitter leur petit pays pour s’installer au Danemark ou ailleurs. Les foyers de jeunes que Qaanaaq visitent montrent bien l’errance de cette jeunesse.

Ce polar un peu particulier est donc une belle découverte, qui m’a donné envie de lire les deux premiers tomes pour mieux saisir encore la personnalité à part de son héros.

Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. Je veux le lire, mais je compte commencer par le premier. Ouais, psychorigide je suis!

    Réponse

Répondre à les Livres de George Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :