« Lola à la folie » Alexandre CHARDIN – #RL2020

Comment résister à une si jolie couverture ? Quand on m’a proposé ce roman ado, j’ai été toute de suite séduite par la couverture, le regard, le sourire de cette Lola m’ont donné envie de découvrir l’histoire qui se cachait dessous.

Alors voilà, Jacques est en 6e, il a un très bon copain, Matthias. Ensemble ils se lancent des défis : « Chiche ou pois chiche ». Si l’un d’eux ne relève pas le défi, la punition est encore plus difficile à réaliser. Alors ils se lancent : balancer des moustiques en cours de français, planquer une truite dans le faux-plafond de la salle de techno, tout est bon. Mais depuis quelques temps, il semble que quelqu’un d’autre rivalise en « chiche » et que ce quelqu’un est bien plus téméraire que les deux amis : changer la sonnerie des cours en mettant la musique d’Harry Potter, ça relève du grand art !

 Jacques est un très bon élève qui s’ennuie un peu un cours. Il adore les romans de chevalerie et d’ailleurs avec Matthias ils vont régulièrement jouer dans une forteresse en ruines dont ils possèdent la clef. Ils jouent aux chevaliers et inscrivent tous leurs défis sur le mur et la liste est longue. Mais entre l’imaginaire et la réalité, il y a une grande différence et le plus grand défi, voire le sujet tabou des garçons (mais des filles aussi) c’est l’amour. Impossible de dire qu’une fille nous plait sans se faire charrier. Pourtant, la fille au chignon, Lola, celle qui retient ses cheveux avec des crayons à papier, attire son regard, voire l’hypnotise totalement. Mais comment le lui faire comprendre alors même que Matthias, qui est dans sa classe, lui dit qu’elle ne parle jamais et qu’elle est souvent seule. Jacques la cherche du regard à chaque récré, mais elle est souvent introuvable, où se cache-t-elle ?

Ce roman ado (à partir de 11 ans) est une jolie histoire de premier amour. On y lit tous les tracas que l’amour fait naître, les hésitations, la peur d’être ridicule, les mille questions que l’on se pose. Mais Jacques est téméraire, il ne recule devant aucun défi, il est chevalier après tout ! Un chevalier aidé par une bonne fée, Yoyo, sa bikeuse de grand-mère, qui l’emporte à toute allure sur sa monture, enfin sa moto. Il faut laisser parler un peu sa folie quand cela est nécessaire.

A travers cette première histoire d’amour, pour une fois racontée du point de vue d’un garçon, l’auteur traduit bien le monde dans lequel vivent les jeunes adolescents : le monde de l’enfance est encore bien présent à 11 ans et en même temps on commence à avoir d’autres préoccupations et on se détache peu à peu de ce monde où l’imaginaire tient une si grande place. Jacques se trouve confronter à des événements de la réalité qui le font grandir, mais il conserve sa folie de l’enfance.

Vous l’aurez compris j’ai beaucoup aimé ce roman, bien écrit, souvent drôle. Juste un petit bémol, je trouve le personnage un peu jeune et j’aurais plutôt vu un jeune garçon de 4e plutôt que de 6e, mais c’est purement secondaire.

En cette période de pré-rentrée, voilà un roman qui donne envie de retourner au collège !

Article suivant
Poster un commentaire

1 commentaire

  1. Je compte le lire prochainement, après ma découverte de l’auteur avec Le cercueil à roulettes.

    Réponse

Répondre à Mokamilla Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :