« Son espionne royale mène l’enquête » Rhys BOWEN

Son espionne royale mène l’enquête est le premier tome d’une série que l’on a largement vu passer sur les blogs et les RS ces derniers temps. Comme je suis faible, j’ai donc fini par craquer.

Lady Victoria Georgiana est la fille du duc de Glenn Garry et Rannoch. Après la mort de ses parents, elle est hébergée en Ecosse chez son demi-frère. Mais le château est un vrai courant d’air et sa belle sœur une vraie harpie. Quand son demi-frère envisage de la marier à un prince roumain et de lui couper les vivres, elle part à Londres pour vivre seule et libre, sauf que la maison de son demi-frère qu’il consent à lui prêter, Rannoch House, n’est pas plus accueillante, et puis comment vivre sans domestique et sans argent. Il lui faut donc trouver un emploi, ce qui ne s’avère pas plus facile. D’abord vendeuse chez Harrod’s (oui quand même), elle se fait licencier le jour même. Elle crée alors une agence de nettoyage, dont elle est la seule employée, chargée de préparer les demeures des familles aristocrates venant passer la saison à Londres. Elle entrevoit un nouvel espoir quand la reine la convoque à Buckingham pour lui confier une mission : se renseigner sur cette Américaine dont semble s’être entiché le Prince de Galles.

Cette présentation, tout comme la 4e de couverture, ne rend cependant compte que d’un point très secondaire de cette première enquête. En effet l’intrigue policière du roman repose davantage sur la découverte d’un homme retrouvé assassiné dans la baignoire de Georgie.

J’ai été très séduite par cette héroïne pleine de peps, à la répartie facile et drôle. Tout le roman repose réellement sur ce personnage féminin, fille de la haute société (trente-quatrième héritière du trône, quand même) qui doit apprendre à vivre seule. Sans renier qui elle est, elle doit s’adapter à sa nouvelle vie. L’auteur montre, à travers son personnage et celui de son frère, une aristocratie dont les conditions financières ne sont plus ce qu’elles étaient, ce qui m’a fait penser à Downton Abbey sur ce point.

Si l’enquête policière survient vers le milieu du roman, c’est que l’auteure prend le temps de présenter son héroïne, son milieu, ses fréquentations et son installation à Londres. On prend un vrai plaisir à cette première partie à l’ambiance so british avec moult tasses de thé, réceptions et déambulations dans le Londres des années 30.

L’intrigue policière est bien menée, et non sans humour. Georgie côtoie un panel de personnages bien saisis : un certain Darcy tout aussi séduisant que celui de Jane Austen ; une amie, Belinda, créatrice de mode qui tente de percer ; quelques prétendants un peu collants, sans parler de sa belle-sœur rapiat et de son demi-frère le roi de la maladresse.

Je ne regrette vraiment pas d’avoir cédé à l’appel de cette série, et je compte bien lire les tomes suivants.

 

Poster un commentaire

5 Commentaires

  1. Je suis contente que tu apprécies cette série autant que moi, j’adore l’héroïne !

    Réponse
  2. Tu verras le tome 2 est encore plus abouti 😉 Bonne future lecture 🙂

    Réponse
  3. Oui, une série vraiment très réussie et plaisante !

    Réponse

Répondre à FondantGrignote Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :