« Feel good » de Thomas GUNZIG – Rentrée littéraire 2019 – #1

J’avoue que je ne connaissais pas Thomas Gunzig, mais une vidéo dans laquelle il présentait son roman m’a furieusement donné envie de le découvrir, lui et son roman.

Donc c’est l’histoire d’Alice, qui après avoir été élevée dans une famille aux problèmes financiers récurrents, devient vendeuse de chaussures puis chômeuse, puis larguée avec un enfant, Achille, puis qui tente par tous les moyens, même les moins recommandables, de trouver de l’argent. Et puis il y a Tom. Tom se rêve grand auteur de best-sellers, il écrit, des trucs improbables, il attend, guette que l’on parle de ses livres dans les magazines lors des rentrées littéraires, mais rien ne vient, il se fait larguer, devient chômeur, rencontre Alice d’une drôle de façon.

Feel good est une double satire : sociale et littéraire. Satire sociale d’abord car les deux personnages sont des gens comme les autres, une bonne quarantaine, des vies moyennes et des problèmes financiers qui s’accentuent quand le chômage arrive. Comment alors payer le quotidien ? Alice est courageuse et tente tous les moyens pour trouver de l’argent jusqu’aux moins recommandables : enlever un bébé devant la crèche huppé de la ville. C’est ce rapt qui va lui permettre de rencontrer Tom.

Satire littéraire, car les deux acolytes vont organiser un braquage, mais pas un vrai braquage avec les cagoules, les flingues et j’en passe, non un braquage littéraire : ils vont écrire un roman, que dis-je, un best-seller, ils vont écrire un roman feel good ! Grâce aux conseils de Tom, à sa longue fréquentation de l’écriture, aux multiples et innombrables salons du livre qu’il a hantés, aux ficelles bien rodée, ils vont créer LE roman !

il y a pas mal de psychologie. Mais de la psychologie à trois sous, des notions pas du tout approfondies, des choses très basiques que le lecteur doit saisir en un instant, il y a souvent un petit côté « développement personnel » et puis il faut pas hésiter à avoir la main lourde sur la spiritualité » (p.184)

Le regard de Thomas Gunzig sur l’édition, mais aussi sur le service après vente, si je puis dire, est caustique et la blogueuse et l’instagrammeuse que je suis n’a pu s’empêcher de sourire à certains passages :

le livre à côté d’un bouquet de fleurs, le livre sur un appui de fenêtre ou sur une nappe en lin auréolée de la lumière d’or d’un matin à Paris.

Que ce soit la satire littéraire ou la satire sociale, il n’y a jamais sous la plume de Thomas Gunzig de misérabilisme même si ce que vivent les personnages est loin d’être réjouissant. Il se glisse toujours un clin d’œil ironique. Et puis la satire n’est jamais cruelle envers les personnages. C’est une société et un milieu qui sont sous le coup des critiques, une société menée par l’argent sans lequel on n’est rien, sans lequel la vie est petite et bornée ; un milieu où le livre, la littérature devient un objet marchand, calibré pour plaire au plus grand nombre, pour plaire à la masse, où la communication joue sur le biographique des auteurs : plus ils ont vécu de malheurs, plus le livre se vendra. Une communication qui, bien souvent, est à mille lieues de la littérature.

Pourtant on ressort de ce livre avec le sourire aux lèvres, en sachant que le monde n’est pas meilleur pour autant, mais au moment de reposer le roman, au moins on est feel good !

Poster un commentaire

7 Commentaires

  1. J’ai vraiment adoré ce livre alors que je traînais un peu des pieds pour le lire… Il est vraiment très bien fait, satire sociale mais aussi satire du milieu littéraire, ironie, etc… mais en même temps bienveillance ! Une sorte de mise en abyme aussi finalement, le livre dans le livre, etc… Je me suis posée la question à la fin si il avait utilisé les éléments qu’il met en avant dans son livre pour écrire celui-ci. Bref, gros coup de coeur !

    Réponse
    • Ce vrai que je n’ai pas parlé de la mise en abyme, ou si peu. J’ai vraiment aimé ce regard sur les personnages, mais aussi cette satire de ce courant feel good auquel je n’adhère pas du tout et la première citation que j’ai insérée dans ma chronique dit vraiment très bien ce que j’en pense 😉 ! Un roman de la rentrée qui dégomme un peu les coulisses de l’édition, j’adore 😀 ! J’ai hâte de lire ton avis !

      Réponse
  2. Je ne connaissais pas mais je suis bien tentée maintenant, je me le note

    Réponse
  3. Difficile de résister à un livre sur le monde littéraire. Je l’ajoute donc à ma liste….

    Réponse
  4. j’ai déjà noté, tu en rajoutes une couche, Yapuka… 🙂

    Réponse
  5. Déjà noté et repéré, et comme le dit Violette ; tu rajoutes une sacrée couche, je vais donc de ce pas le surligner 😏 bel automne Georges, bises

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :