« Le Roi disait que j’étais le diable » Clara DUPONT-MONOD

Un des rares souvenirs de mes cours d’histoire au collège est quand le prof avait évoqué Aliénor d’Aquitaine. Elle nous avait été présentée comme une femme moderne, particulièrement lettrée et entourée de troubadours. J’ai toujours eu une certaine tendresse pour cette femme ayant vécu dans une époque que l’on imagine assez rude et masculine. Aussi la sortie de La Révolte de Clara Dupont-Monod m’a tenté, mais on m’a dit, à juste titre, qu’il était plus judicieux de lire avant Le Roi disait que j’étais le diable. Je me suis donc docilement rangée à cet avis.

Dans ce premier roman donc, Aliénor est à peine âgée de 15 ans, quand elle devient l’épouse de Louis VII, roi des Francs. Ce mariage la contraint à quitter son Aquitaine natale et chérie, et c’est une vraie déchirure, d’autant que son mari de roi dévot n’a rien de la fougue de la jeune fille.

J’ai lu il y a déjà quelques années La Folie du roi Marc de la même auteure qui se proposait alors de réécrire la légende de Tristan et Iseut du point de vue délaissé du roi Marc. Je m’étais passablement ennuyée et donc cette nouvelle lecture était risquée.

Clara Dupont-Monod opte pour une narration à double voix : celle d’Aliénor et celle du roi (en italique). Les deux voix se succèdent et donnent ainsi deux points de vue différents, très différents, sur les événements. Autant Aliénor est bouillonnante, prête à en découdre, indépendante ; autant Louis VII apparaît indécis et totalement pétrifiée par cette femme intouchable, qu’il aime tout autant qu’elle l’effraie.

Le roman s’étend donc du mariage en 1137 à 1152 au moment de son annulation. Pourtant dans le roman aucune date n’apparaît. Au fil des pages, avec finesse, Clara Dupont-Monod suit la chronologie, déroule l’histoire avec un petit et un grand H, par des allusions, des changements de lieux, quelques indications temporelles. On assiste donc à un long double monologue au cours des ans, deux voix si diamétralement opposées.

Il me semble que l’auteur a mis davantage l’accent sur le caractère fougueux et guerrier d’Aliénor. Certes il est question de troubadours (comme Marcabru), de chansons et de poèmes, mais l’évocation des deux croisades (celle de Spire et celle d’Antioche) auxquelles participe Aliénor permet d’insister sur son courage et, par défaut, le manque de pertinence des décisions de son mari qui apparaît de plus en plus falot au contact de cette femme qui n’hésite pas à s’opposer aux décisions du ministre Suger.

Finalement l’écriture de cette chronique me fait un peu revoir mon avis. J’étais partie dans un esprit plus critique, mais en écrivant, je me rends compte que ce roman a beaucoup de qualités. Plusieurs passages me restent en mémoire, notamment au début quand elle quitte son pays, il y a de très belles pages qui sont comme un dernier pèlerinage, c’est un adieu et en même temps un hommage et on sent que déjà la nostalgie est là et ne la quittera plus.

Je suis donc maintenant prête pour lire la suite des aventures d’Aliénor dans La Révolte.

On parlait de moi. La voici, celle qui possède dix fois le royaume de France. Celle qui donne des ordres, chevauche comme un homme et ne craint pas le désir qu’elle suscite. Qui colore ses robes. N’attache pas ses cheveux. Porte des souliers pointus. Qui donne l’argent du royaume à des poètes venus d’en bas. (p.48)

 

Poster un commentaire

10 Commentaires

  1. Je garde un excellent souvenir de ce roman ! Et tu me rappelles qu’il faut que j’écrive mon billet sur la Révolte 😉

    Réponse
    • Durant la lecture certains points m’avaient un peu ennuyée, mais l’écriture de ma chronique m’a permis de mieux percevoir ce roman… de la vertu du blog et de l’écriture 😉 ! Je suis curieuse de lire ton avis sur « La révolte »

      Réponse
  2. Je n’avais pas lu ce premier opus mais je me suis régalée avec La Révolte. Aliénor est un personnage captivant et Clara Dupont-Monod la sert bien. J’ai l’impression, d’après ton billet que tu seras sensible aux multiples dimensions du personnage dans le second volet…

    Réponse
  3. Ah qu’est-ce que j’ai adoré ce roman !

    Réponse
  4. Je n’aime pas trop les romans historiques et pourtant ça fait longtemps que j’ai envie de lire Clara Dupond Monod, en plus je l’avais écouté à la grande librairie et elle m’avait passionnée 😃👍

    Réponse
  5. « La révolte » me tente bien aussi mais ce titre-là ne m’avait pas trop emballée lorsque je l’avais trouvé en biblio… Je ne sais pas si je m’y forcerais ou si j’essayerais « La révolte » sans ce préambule sur la jeunesse d’Aliénor…

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :