« Comment tomber amoureux… sans tomber » Susie MORGENSTERN

Annabelle est lycéenne en Terminale, ambitieuse, elle veut se consacrer à ses études pour intégrer une prépa. Mais c’est un peu le trait de caractère des femmes de la famille. Sa mère, Lulu, professeur en université, passe elle aussi son temps à travailler : préparation de ses cours, correction des copies, écriture d’articles, elle passe son temps sur son ordinateur, à tel point que son mari et son fils se sont installés dans un petit appartement. Du côté de la grand-mère, même combat : Marguerite, chef une étoile, ne vit que pour l’obtention d’une deuxième étoile. Or ces trois femmes, de trois générations différentes, vont devoir revoir leur objectif quand surgit des hommes dans leur vie. C’est d’abord par l’arrivée de Samuel, fils de diplomate américain, dans la classe d’Annabelle, qui va enrailler la mécanique.

Trois générations de femmes donc qui savent ce qu’elles veulent, qui sont indépendantes, intelligentes et qui réussissent dans leur domaine : les études, l’enseignement et la recherche, et enfin la cuisine. Trois femmes que l’on pourrait dire accomplies et qui pourtant ont un peu oublié le goût de l’essentiel : l’amour.

Chacune pourtant va être touchée par les flèches d’Eros et va devoir s’interroger sur ses priorités. Et c’est là sans doute le point fort de ce roman car on n’aime pas de la même façon à 17, 40 et 60 ans et pourtant l’amour n’a pas d’âge. Alors qu’Annabelle ressent pour la première fois ce sentiment, sa mère Lulu installée dans la vie de couple et dans la routine a un peu oublié l’effervescence du début, tandis que Marguerite, veuve depuis quelques années, pense que l’amour n’est qu’un ancien souvenir.

Mais la vie réserve des surprises et Susie Morgenstern sait très bien les orchestrer. Ainsi l’amour est la grande question de ce roman et chaque personnage, ou presque, s’interroge sur ce sentiment qui guide bien souvent nos vies. Finalement on peut même retrouver dans chacune de ses femmes une seule d’entre elles : Annabelle et le chemin qu’elle va parcourir dans sa vie et dans ses amours à travers le portrait de sa mère et de sa grand-mère. Trois âge, trois façons de voir l’amour.

Un très joli roman donc qui pousse aussi la réflexion sur l’amour parental et l’amour filial. Un roman optimiste aussi qui nous rappelle que l’on peut aimer à tout âge et qu’il faut profiter de la vie et des siens.

Article suivant
Poster un commentaire

1 commentaire

  1. Une auteur, et surtout une maison d’édition que j’ai un peu délaissée.

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :