« Un Cadenas sur le cœur » Laurence TEPER.

Dans ce roman divisé, comme une pièce de théâtre, en trois actes, Claire Meunier tente de percer un secret familial. Tout commence par une plage en Gironde au mois août. La famille de Claire, les Meunier, passe toutes leurs vacances du mois d’août avec la famille du patron de sa mère, les Coquillaud. Les souvenirs sont ceux d’une petite fille qui observe les adultes, saisit, sans vraiment les comprendre ou mettre les mots sur ce qu’elle observe, que leurs comportements sont parfois étranges : les changements d’humeur de sa mère, la tristesse de son père, Mme Coquillaud qui ne va jamais à la plage et préfère rester dans leur maison de location…

Tout va découler de ces moments estivaux, jusqu’à la révélation, que nous, lecteur adulte, sentons dès le premier acte. Claire s’interroge tout en subissant toujours l’influence néfaste de sa mère et le silence de ceux qui l’entourent. Ce roman est une quête sur l’identité et sur le passé, celui de ceux dont on descend. Le passé qui pèse inconscient sur nous. Claire va donc tout faire, parfois malgré elle, pour faire sauter le cadenas, se comprendre et vivre enfin selon ses propres choix. La quête est longue et douloureuse, faite de décisions hâtives, de renoncements, de douleurs aussi. Mais au fil des mois, voire des années, la lumière se fait progressivement jusqu’à l’apaisement final.

L’impression que j’ai eu en lisant ce court roman d’à peine deux cents pages, est de suivre la propre quête de l’auteure. Je n’ai pas vérifié mon impression, mais il y a dans ce récit comme une volonté de thérapie, de mettre noir sur blanc son histoire. L’écriture est simple, parfois assez factuelle, sans pathos, même si on aurait aimé en avoir un peu quand même. C’est le rapport d’une enquête, une volonté de mettre les choses en ordre pour clore enfin une quête existentielle.

Le sujet des secrets de famille n’est pas d’une grande originalité en littérature, mais ici l’auteure n’use pas de ressorts romanesques clichés. L’aspect psychologique qu’elle développe à travers Claire, mais aussi à travers les autres personnages est pour le coup intéressant. Le personnage de la mère notamment au comportement tellement toxique envers sa fille et son mari, sans être excusée, devient plus compréhensible à la fin. Le poids du passé se transmet de génération en génération, influe sur la destinée et sur les êtres. Grâce à son enquête, Claire peut enfin déposer les lourdes valises du passé et mieux se comprendre.

Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. aifelle

     /  janvier 13, 2019

    Rien d’original apparemment, mais chaque histoire a ses particularités, quelle soit réelle ou fictive.

    Réponse
  2. J’aime bien les secrets de famille, même si je ne comprends absolument pas comment ils peuvent se créer… du coup, le côté « création » du secret m’ntéresse.

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :