« Hors-Service » Solja KRAPU

Eva-Léna est professeur de collège. Ultra organisée dans sa vie de famille comme dans son métier, elle s’impose des règles de vie rigoureuses. Un vendredi soir, elle se rend dans son établissement pour faire des photocopies afin de s’avancer pour ses cours du lundi matin. La porte se referme et la voilà bloquée dans le local, sans ses clefs et sans son portable.  Après un moment de panique, elle comprend qu’elle risque d’y passer tout le week-end. Commence alors une longue introspection.

Après avoir fait le ménage et ranger le local pour passer le temps, Eva-Lena se met à écrire, utilisant les feuilles des nombreuses ramettes de papier à sa disposition. Elle évoque sa vie, son couple, son métier, mais surtout Aurora, une ancienne amie qui vient d’être embauchée dans son collège et qui attire l’attention de ses collègues. D’abord en retrait et critique face à cette femme libre et enjouée, Eva-Léna, à son contact, va reconsidérer sa vie.

Totalement prise par son travail, sa vie de couple bat de l’aile. Son mari multiplie les activités à l’extérieur pour fuir la maison. Ses enfants, eux aussi, semblent s’être éloignés : l’aîné est constamment en train de jouer en ligne, sa fille découche soit disant chez une amie, seule la petite dernière semble épargnée. Tous lui reprochent de s’intéresser plus à ses élèves qu’à eux.

Mais Eva-Léna se rend compte, prise au piège dans son local, qu’elle est à bout. D’autant que, en cette rentrée, la directrice a décidé de donner sa salle de classe à Aurora et de lui adjoindre la prof la plus désagréable de l’établissement comme deuxième professeur principal. Pour la première fois depuis des années, elle ne sera pas en binôme avec Martin.

Il y a dans les romans suédois, du moins ceux que j’ai pu lire, une légèreté qui me séduit. Bien que traitant de sujets sérieux, il y a toujours une certaine mise à distance ironique. Eva-Léna, limite psycho-rigide, a, par bien des côtés, dans son rapport au travail, des points communs avec moi. J’ai trouvé particulièrement bien rendu la description de l’ambiance de la salle des professeurs, des rapports aux élèves, même si le système éducatif suédois semble bien différent du système français. J’ai rarement lu un roman où la vie de prof est aussi justement rendue, bien qu’Eva-Léna soit un peu dans les extrêmes.

Eva-Léna a fini par ne plus vivre que pour son métier et c’est l’arrivée inattendue de son amie, Aurora, et son long séjour dans le local à photocopie, qui vont lui permettre de prendre conscience de ses erreurs. C’est drôle, souvent piquant, et l’auteure est sans concession pour son héroïne.

Une belle découverte que je ne peux que recommander à mes collègues, mais pas seulement.

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

5 Commentaires

  1. Il me tente beaucoup ! 😊

    Réponse
  2. C’est vrai qu’il y a souvent une mise à distance ironique dans les romans suédois, comme dans ceux asiatiques d’ailleurs. Si en plus, le roman traite d’une expérience juste, je le note !

    Réponse
  3. Pas vraiment tentée, parce que j’ai souvent été entourée par des collègues qui donnaient tout pour leur métier (et aucune vie en dehors de leur métier, pas même de vie de famille).

    Réponse
  4. Tu confirmes encore plus mon envie de le lire (forcément, comme je remonte le temps, je l’ai d’abord découvert dans ton bilan mensuel ;-))

    Réponse
    • Oui je constate que tu avais des lectures en retard 😉 ! Il faut dire que j’ai pas mal publié ces derniers temps (Vive les vacances !!). Bref, ce roman est franchement sympa !

      Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :