« Petit pays » Gaël FAYE

Gabriel a grandi au Burundi. D’une mère, Yvonne, Tutsi, qui a fui le Rwanda, et d’un père français. Il a des copains : Gino, les jumeaux et puis Armand. Ils se baignent dans la rivière Muha, ils volent les mangues de Mme Economopoulos pour les revendre, ils se retrouvent dans l’impasse, leur lieu à eux, ou dans le vieux Combi. Bref ils font les 400 coups. Mais les événements politiques viennent s’immiscer dans l’univers de l’enfance. Le Rwanda, là en face, entre en guerre civile. Les affrontements montent petit à petit en puissance, les massacres commencent et l’enfance recule.

Petit pays  s’offre comme un récit du souvenirs. Gabriel entreprend une longue remontée dans son enfance. Vingt ans après avoir quitté le Burundi, ce petit pays le hante toujours, il n’a pas trouvé sa place en France. Il décide d’y retourner. S’ouvre alors le long récit sur l’insouciance de l’enfance, les rires entre copains, car le petit pays c’est aussi le pays de l’enfance. Mais au cours du récit, Gabriel entend les conversations des adultes, les informations à la radio, les temps changent, deviennent de plus en plus incertains. Les adultes prennent des mines sombres, inquiètes et cette noirceur, petit à petit, envahit son pays de l’enfance. Ses amis, eux aussi changent. Les événements s’emballent, les massacres arrivent. On s’inquiète pour ceux restés au Rwanda.

Petit pays c’est aussi un récit du génocide entre Hutu et Tusti. Gaël Faye souligne l’absurdité de cette dichotomie :

– La guerre entre les Tutsi et les Hutu, c’est parce qu’ils n’ont pas le même territoire ?

– Non, ça n’est pas ça, ils ont le même pays.

– Alors… ils n’ont pas la même langue?

– Si, ils parlent la même langue.

– Alors, ils n’ont pas le même dieu ?

– Si, ils ont le même dieu.

– Alors… pourquoi se font-ils la guerre ?

– Parce qu’ils n’ont pas le même nez.

La violence s’immisce alors dans le petit pays de l’enfance auquel se rattache Gabriel, mais la réalité le rattrape et les livres n’y feront rien finalement, même si leur découverte a permis de suspendre un peu le temps.

Petit pays est un premier roman plus que réussi. Il a la douceur de l’enfance et la rudesse de la réalité. Il dit la sortie brutale d’un état d’insouciance, la plongée dans un monde où la violence et l’horreur font grandir trop vite les enfants.

Petit pays est aussi un roman historique qui revient sur un génocide effroyable. A travers l’enfance de Gabriel, Gaël Faye retrace les coups d’état, les journées « ville morte » où la population vivait terrée dans leur maison, les voisins qu’on assassine, la violence qui se déchaîne. Tout passe par l’œil de Gabriel qui voit son univers s’écrouler.

Petit pays commence dans l’insouciance et s’achève dans la fureur. Un beau et grand roman.

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

6 Commentaires

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman, mais je pense qu’il me manquait quelque chose, un style plus percutant pour que ça devienne un coup de coeur.

    Réponse
  2. Il est dans ma PAL il faudrait que je l’en sorte…

    Réponse
  3. estellecalim

     /  juillet 5, 2018

    Comme Ambroisie, je me rappelle qu’il m’avait manqué un petit quelque chose pour que ce soit une lecture parfaite, mais j’avais vraiment beaucoup aimé.

    Réponse
  4. MARIE FRANCE PLANTADE

     /  juillet 6, 2018

    Un livre rare, comme on en rencontre pas souvent dans une vie, un livre à lire à relire et à savourer, j’ ai adoré. Sur vos conseils j’ ai lu la série saga parisienne j’ ai adoré.

    Réponse
  5. Toujours pas lu. La ferveur autour du roman me faisait un peu peur… mais ton avis me rassure maintenant. À voir à l’automne (pas de massacrés pendant l’été !)

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :