« Magda » Mazarine PINGEOT.

J’ai commencé à vouloir découvrir les romans de Mazarine Pingeot après l’avoir vue et surtout entendue dans l’émission « ça balance Paris » sur Parie Première. J’ai très souvent apprécié ses jugements, sa façon défendre ou de critiquer un roman. J’étais donc ravie de découvrir que son roman Magda faisait partie de la sélection du 41e Prix des Voyageurs Lecteurs. Belle occasion de découvrir sa plume.

Un couple, Alice et son compagnon, a été arrêté pour sabotage d’une voie ferrée et inculpé pour terrorisme. Mais le cœur de l’histoire repose sur le personnage de la mère d’Alice, Magda. Elle qui avait choisi de se terrer dans un petit village de montagne, devient la mère d’une terroriste et voit sa vie totalement bousculée. Le couple étant emprisonné, Magda garde sa petite fille chez elle.

Mazarine Pingeot dresse le portrait d’une femme à la fois secrète et engagée. Un mystère réside sur son passé dont elle ne parle pas. D’origine allemande, elle n’a jamais parlé de son passé à ses proches qui se sont bien gardés, devant son refus, de lui poser des questions. Femme de caractère, elle a tiré un trait sur son passé pour commencer une nouvelle vie avec son mari et ses enfants. Son fils souffre d’une maladie psychiatrique, il vit dans une maison attenante à la sienne ; sa fille, Alice, a choisi une vie en communauté avec son compagnon et sa fille. Avec son mari, Magda s’est créé, au cœur des montagnes, une vie simple, à l’écart de la société. Sa bibliothèque témoigne de son engagement, elle a su partager ses lectures et ses opinions avec sa fille. Quand elle apprend que sa fille est arrêtée pour terrorisme, elle s’interroge sur l’éducation qu’elle lui a donnée, et voit surgir ce qu’elle avait voulu fuir : les médias ; la justice.

Petit à petit le personnage se dessine, trouble, au comportement étrange, laissant suggérer que ce passé qu’elle cache doit présenter bien des zones d’ombre. Son passé la rattrape, mais nous ne le connaîtrons qu’à la toute fin du roman, même si, au fil des pages, le lecteur commence à comprendre de quoi il s’agit.

Mazarine Pingeot s’est inspirée d’un fait réel, mais son traitement des faits est original dans la mesure où il se centre sur le personnage de la mère et non sur ce que vit le couple incriminé. Le style est riche, les références culturelles et politiques sont nombreuses, mais le roman se lit facilement, même si j’ai parfois eu l’impression d’une certaine stagnation.

Le roman repose sur une interrogation : Que transmettons-nous à nos enfants ? Magda, revient sur l’éducation qu’elle a dispensée à sa fille tout en s’occupant de sa petite-fille. Celle-ci, laissée libre par Alice, a grandi comme une herbe folle. Petit à petit Magda change de regard sur l’éducation donnée et s’attache à cette petite fille.

Un roman intéressant et que j’ai trouvé bien écrit, riche, mais qui manque parfois de rythme. Cependant, je compte continuer ma découverte des œuvres de Mazarine Pingeot, ma PAL en possède quelques uns.

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

15 Commentaires

  1. C’était mon préféré de la sélection. 😊 J’en lirai d’autres d’elle c’est certain.

    Réponse
    • Les trois que j’ai lus de la sélection m’ont fait le même effet : pas de coup de cœur, mais pas de déception non plus. J’avais voté pour le Claudel.

      Réponse
  2. J’ai lu un court roman de Mazarine Pingeot, sur l’infanticide : le Cimetière des Poupées il me semble… Je n’avais pas accroché du tout. Je bloque un peu à lire autre chose de sa plume, pour le moment en tout cas.^^

    Réponse
    • Le premier roman que l’on lit d’un auteur est souvent décisif sur notre envie de continuer à le découvrir ou non. J’ai commencé sur une note positive, donc je vais aller plus loin pour voir. Tu peux peut-être réessayer …

      Réponse
  3. Je te rejoins. Une lecture intéressante mais qui manque de rythme, oui.

    Réponse
  4. Je n’ai lu qu’un livre de l’auteur, Bouche Cousue et j’avais adoré, relatant son enfance et adolescence…

    Réponse
  5. J’avais commencé son « Premier roman » mais abandonné assez vite. Trop d’alcool dans l’histoire !
    Celui-ci a l’air plus profond, je suis assez tentée ! Je lui donnerai sa chance !

    Réponse
  6. Je n’ai encore rien lu de cette autrice, j’ai un petit peu du mal avec ces auteurs dont on parle un peu de trop et surtout pour de mauvaises raisons; Mais pourquoi pas, je pourrais tenter avec ce titre là !

    Réponse
  7. Ah oui, très lent en effet … mais une belle profondeur psychologique.

    Réponse
  8. J’ai tellement peu apprécié par « Les invasions quotidiennes » que relire un livre de Mazarine Pingeot me rebute (celui-ci encore moins car l’histoire ne m’attire pas du tout). Pourtant, beaucoup ont des titres accrocheurs … Il faudra peut-être que je lui laisse une seconde chance …

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :