Bilan mensuel de lecture : Mars 2018 – avec des chroniques à l’intérieur…

N’ayant pas écrit ici depuis un mois, vous vous doutez bien que le nombre de chroniques en retard n’a pas baissé d’un poil (de lapin) et a même subi une certaine hausse. Mais, comme en février, j’ai essentiellement pioché dans ma PAL et plus exactement dans les classiques. En mars encore, un seul SP lu et fini ce matin, pile poil (de lapin) pour le bilan. Mais ne vous affolez pas, la PAL n’en a pas diminué pour autant, car le Salon du livre est passé par là, ainsi qu’une petite descente en librairie hier matin. Je suis donc au point mort de ce côté-là. Je cours donc toujours après le temps et après ma PAL, mais le mois de mars s’est achevé de la meilleure façon qui soit pour moi, professionnellement, puisque j’ai été titularisée vendredi. Un immense soulagement. Me voici donc professeur certifiée. Je peux enfin me sentir légitime dans mon métier et ça fait du bien à l’ego.

Bref… Ce bilan de lecture, comme celui du mois précédent, sera l’occasion de rattraper mon retard de chroniques.

Le mois de mars a commencé sur les chapeaux de roue avec tout d’abord l’adaptation BD d’un roman de Julia Billet, intitulé La Guerre de Catherine aux éditions Rue de Sèvres. Les illustrations de Claire Fauvel ont été le déclencheur d’envie. J’ai tout de suite été attirée par la couverture, puis j’ai découvert l’histoire, une histoire vraie, une histoire qui raconte l’Histoire avec un grand H à travers les yeux d’une jeune fille qui rêve d’être photographe. Rachel est juive et a été confiée par ses parents à la Maison de Sèvres, une école où les talents de chacun sont mis en avant. Et le talent de Rachel, c’est la photo. La Seconde Guerre mondiale va la contraindre à changer de nom (Catherine), à fuir à travers la France et lui permettre, à travers son objectif, de fixer des images de son périple, d’immortaliser des rencontres, de raconter sa propre guerre. Une belle lecture qui prend encore plus d’ampleur quand on sait que l’histoire de Rachel s’appuie sur des faits réels. Une émotion particulière m’a saisie quand j’ai découvert à la fin de l’ouvrage les vraies photos, que l’on apprend que Rachel était la mère de l’auteur. Une façon émouvante et passionnante de faire découvrir un autre aspect de la Seconde Guerre mondiale aux enfants.

J’ai poursuivi mes lectures avec un classique parmi les classiques : Le Colonel Chabert de Balzac. Pour tout dire ce fut une relecture. J’en avais gardé des impressions très précises, et j’étais ravie de me replonger dans la prose de Balzac. Je n’en dirai pas plus ici puisque ce roman a déjà été chroniqué sur le blog en 2012 (pour lire la chronique cliquez sur le titre).

Après ces deux lectures, j’ai poursuivi dans la veine des réalistes/naturalistes, avec le roman Germinie Lacerteux des frères Goncourt. Jules et Edmond narrent la descente aux enfers d’une domestique au service de la respectable Mme de Varandeuil. Cette Germinie Lacerteux a un modèle, Rose Malingre, domestique des deux frères qui ont découvert à sa mort qu’elle menait une double vie. S’inspirant des découvertes faites après la mort de leur servante, les deux auteurs racontent la lente et inéluctable déchéance de Germinie, une déchéance sordide qui marque l’entrée du naturalisme dans la littérature. C’est sombre, c’est triste, c’est désespérant au possible. On est loin cependant de la force narrative d’un Zola. J’ai eu l’impression d’une série de moments mis bout à bout, il m’a donc manqué une trame réelle. Un roman a lire cependant pour son importance dans l’histoire littéraire, mais qui m’a parfois ennuyée et m’a paru un peu longuette.

Après cette lecture un peu molle, il me fallait des sensations fortes. Je me suis donc lancée dans un autre classique bien connu : Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary W. Shelley. Après la noirceur du naturalisme, un peu de romantisme anglais ne pouvait pas me faire de mal. Et j’ai adoré ! Ah décidément le romantisme est ma période ! Même si j’ai conscience de ses excès, le romantisme me fait toujours vibrer. J’aime ses descriptions sublimes, ses paysages reflets de l’âme, ses sentiments exacerbés, ses cas de conscience… Ce pauvre Frankenstein, poursuivi par sa créature monstrueuse, est en prise avec les plus forts tourments et remords. Mary Shelley pose ici les questions du progrès, de la science, de la religion, de la monstruosité. Où réside réellement la monstruosité ? La créature, d’abord être innocent, va petit à petit, devant l’horreur qu’elle produit chez les hommes, vouloir se venger de son créateur. Victor Frankenstein a joué à l’apprenti sorcier, a voulu se confronter à Dieu, il en sera passablement puni.

J’ai achevé ce mois de mars avec un roman ado reçu en SP : Un lapin peut changer une vie, on ne le dit pas assez de Sandrine KAO dont j’ai déjà lu deux autres romans : Le Banc et Le Pull, deux romans jeunesse que j’avais beaucoup aimés. Dans la famille Ribout, il y a Agathe qui joue de la guitare dans un groupe ; Alicia, sa petite sœur, brillante élève et qui adore les lapins ; Emmanuelle, la mère, illustratrice au chômage qui tient un blog culinaire et enfin Paul, qui a donné sa démission sans en parler à sa famille et qui  traine du côté du camp des Roms. La musique tzigane et les lapins parcourent le roman et l’on suit avec plaisir cette famille à un moment où leur destin va prendre une autre voie. Et si cette nouvelle voie était finalement ce qui pouvait leur arriver de mieux ? Quand les événements vous forcent à changer de mode de vie, ce n’est pas forcément une catastrophe. Un roman qui se dévore comme un succulent civet. (oups, désolée pour cette comparaison).

Je ne sais pas encore quel roman me fera entrer dans le mois d’avril… mais je ne me fais pas de souci, le choix est vaste, la difficulté est de se décider.

Très joli mois d’avril à vous et  bon week-end de Pâques :

 

 

Publicités
Article suivant
Poster un commentaire

13 Commentaires

  1. Comme toi, j’ai adoré Frankenstein (que je fais à mes 3e en abrégé, du coup ! Miam !) et Le colonel Chabert ❤ Je profite de ce commentaire pour te re-féliciter pour ta titularisation ! Youhouuuu ! Je te souhaite un doux mois d'avril détaché de toute préoccupation de cet ordre-là, du coup. J'espère que ce sera l'occasion pour toi de réapparaître un poil (de lapin) plus souvent sur ton blog ^^
    Bisouxxx doux :*

    Réponse
    • Merci Lili ❤ ! J'ai l'impression d'avoir déposé un énorme poids et je me sens plus légère depuis vendredi soir. Je compte bien redonner un peu de vie à ce blog 😀 !

      Réponse
  2. Un grand bravo à toi pour ta certification, tu peux être fière de toi ! Je te souhaite un bon mois d’avril et de belles lectures

    Réponse
  3. Très beau bilan tout de même ! Bon mois !

    Réponse
  4. Très joli bilan…. Et toutes mes félicitations pour votre certification. Ah, le soulagement d’être titulaire, de pouvoir se poser et de regarder l’avenir avec plus de sérénité (et plus de projets aussi !).
    Bon lundi de Pâques.

    Réponse
  5. Bravo à toi pour la certification !! Quel soulagement, j’imagine bien. 😉 J’avais beaucoup aimé la BD que tu présentes de chez Rue de Sèvres. Et j’adore Balzac! ❤

    Réponse
    • Le CAPES et moi c’est une longue histoire qui vient de tourner sa dernière page 😀 ! Ah moi la tranquillité d’esprit !
      J’ai beaucoup aimé cette BD, les adaptations que Rue de Sèvres propose des romans de L’Ecole des Loisirs sont je trouve très réussies. J’ai trouvé les dessins très beaux.

      Réponse
  6. Bravo pour avoir validé le stage de CAPES. Quel soulagement on ressent quand on se dit qu’on est titulaire. Je viens de terminer la guerre de Catherine. Je pense que dans quelque temps je lirai le roman. Cette année avec mes 4ème, j’ai travaillé des extraits de Frankenstein et les ai comparés avec des extraits de l’adaptation avec K. Branagh et de Niro. Je pense qu’ils n’oublieront pas de sitôt.

    Réponse
  7. Bon mois d’avril alors!

    Réponse
  8. Bravo à toi pour ta certification 😊❤ et bonnes lectures pour Avril

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :