« Grupp » Yves GREVET

Yves Grevet est un des auteurs de la littérature ado que j’apprécie particulièrement. J’ai dû lire la plupart de ses romans dont le fameux Nox ou encore Méto, sans parler de Celle qui sentait venir l’orage ou encore U4. Bref, je suis fan. Grupp donc est son dernier roman paru, comme tous les autres, chez Syros. C’est un bon gros pavé d’un peu plus de 500 pages mais qui se dévore littéralement.

Yves Grevet place son intrigue au sein d’une société sécuritaire et sanitaire. Grâce à des implants, créés par l’entreprise Longlife, chaque matin les hommes ont un bilan de santé complet et sont pris en charge à la moindre défaillance. Idem pour la sécurité. Pour les enfants et les adolescents, les parents peuvent également limiter leur zones de déplacement et ainsi leur éviter de s’égarer ou de fréquenter des quartiers plus risqués. Donc dans cette société on peut espérer vivre jusqu’à cent ans en toute tranquillité. Sauf que Scott, le frère de Stan, ne l’entend pas cette manière. Pour lui, cette société sécuritaire et sanitaire est une société carcérale. Il aspire à la liberté, aux risques, il veut se sentir vivant. Stan, quant à lui, vit dans cette société de façon paisible, jusqu’au jour où son frère aîné est arrêté et mis en prison pour faire partie d’un groupuscule secret nommé Grupp. Intrigué,  Stan va chercher à en savoir plus…

A la façon d’un journal de bord, chaque chapitre est marqué par une date. L’intrigue s’étend donc du Lundi 23 janvier au jeudi 27 avril. Mais plus encore, le récit est mené par plusieurs voix : celle de Stan, qui occupe un peu moins de la moitié du roman et, comme le lecteur, Stan ignore encore tout mais veut savoir ; puis celle de Scott, l’initié, celui qui est au cœur des événements ; et enfin celles des autres membres du Grupp qui vont permettre de relier tous les fils. Ces différentes voix permettent une vision multiple des évènements et cadencent les découvertes et les dessous de cette société dystopique.

Comme souvent dans ces romans, les personnages créés par Yves Grevet sont des adolescents en quête de liberté et d’émancipation face à une société qui les corsette ou les opprime. C’est aussi un roman sur l’amitié et le lien fraternel, mais ça c’est fréquent chez Yves Grevet et c’est ce que j’aime aussi. Et puis il a une façon tellement juste de parler des adolescents et de l’adolescence plus généralement qu’on se sent rajeunir en le lisant, retrouvant des émotions et des sensations passées (surtout pour une quarantenaire comme moi !).

Le rythme est assez soutenu notamment dans la partie consacrée à Scott puisque le jeune homme est progressivement plongé dans des situations inextricables et allant à l’encontre de ses convictions. Celle consacrée à Stan est peut-être plus lente mais permet au lecteur de s’immerger dans cette société futuriste, de découvrir petit à petit les dessous, les failles et est nécessaire pour aborder celle de son frère.

L’intrigue est menée savamment et le lecteur est souvent surpris par des révélations inattendues. Voilà pourquoi ces 500 pages se tournent sans même qu’on y pense.

Enfin, un roman d’Yves Grevet sans réflexion ne serait pas un roman d’Yves Grevet. A l’heure où Google mène des recherches pour une plus longue longévité, ce roman nous interroge sur la valeur de cette vie prolongée mais pour en faire quoi s’il s’agit de rester en vie sans pouvoir en profiter pleinement. Ce qui rend la vie précieuse c’est qu’elle est courte et qu’elle doit finir un jour. Comment vivrions-nous si nous n’avions pas de limite de temps ? La vie n’en serait-elle pas moins intense ?

Il pose aussi le problème d’être sans cesse inspecté, contrôlé par un implant intrusif. Mais nous n’en sommes pas très loin non plus quand on voit à quel point nous sommes tous fichés, catalogués à cause des traces que nous laissons sur internet, comment notre identité numérique est pistée.

Un roman donc qui se lit sans lassitude et nous fait réfléchir sur le sens de notre vie.

 

Publicités
Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. Je ne savais pas qu’Yves Grevet avait sorti un nouveau roman, il faudra que je le lise 🙂

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :