« Ces rêves qu’on piétine » Sébastien SPITZER – Rentrée Littéraire 2017.

Ces rêves qu’on piétine est un premier roman dont on entend déjà beaucoup parler alors même qu’il vient de sortir en librairie aujourd’hui. Je l’ai lu en juin, il faisait parti des romans présélectionnés et que j’ai reçus dans le cadre du comité de lecture Cultura auquel j’ai participé. De tous les romans reçus pour ce comité, il est incontestablement celui qui m’a le plus bouleversée et qui continue à me marquer.

L’intrigue se situe aux derniers jours du IIIe Reich, en avril 1945. Les hauts dignitaires sont réfugiés dans le bunker de Hitler, parmi eux Magda Goebbels, la femme la plus célèbre du Reich, la plus adulée. Parallèlement, Ava, trois ans, petite fille du KZ-Bordell d’Auschwitz qui fuit avec sa mère et qui n’a jamais connu que le camp. Elle se retrouve dépositaire d’un rouleau en cuir contenant les lettres d’un père à sa fille, un père raflé parmi les premiers et qui n’a jamais cessé d’écrire ses lettres jusqu’à sa mort. Qui est ce père ? Richard Friedländer, le père de Magda.

Sébastien Spitzer construit son roman autour de destins croisés. Il s’appuie sur des documents historiques, des films, des clichés, des récits, comme il l’explique dans sa postface. Il a cherché à aller au-delà des faits historiques pour retracer la vie, les pensées de ces personnages réels sans pourtant, jamais, tomber dans le misérabilisme ou dans le jugement. Le récit est âpre, parfois difficile à lire tant l’horreur règne, mais l’espoir qui anime les rescapés, leur soif de vivre, ouvrent sur quelques lueurs.

Le personnage de Magda est une femme fascinante, ambitieuse, cruelle, Médée moderne qui tuera ses enfants dans le bunker plutôt que de les laisser vivre dans un monde qui pour elle n’a plus de sens. Adulatrice du Führer, prête à tout pour faire partie de ses proches, pour être au sommet, prête à épouser Goebbels, cet homme laid et qui lui fait horreur, capable de faire rafler son père, de tuer ses enfants, Magda renferme des secrets et Spitzer en montre toutes ses ambiguïtés. Je ne connaissais que vaguement l’histoire du bunker, essentiellement concernant la mort d’Hitler et d’Eva Braun au cyanure. L’auteur, fidèle aux évènements historiques, parvient à restituer ces derniers moments dans une écriture juste, et qui vous remue au plus profond.

Autre fait historique que je ne connaissais pas, celui de la longue marche menée par les soldats allemands en Pologne. C’est dans cette marche que l’on croise Ava et sa mère. L’approche des troupes alliées entraînèrent les Allemands à faire évacuer le camp d’Auschwitz pour poursuivre leur œuvre en Allemagne, marche forcée durant laquelle plusieurs milliers de prisonniers moururent ou furent tués sauvagement dans des granges.

Mais la fidélité historique,  que respecte l’auteur, sert essentiellement de socle pour raconter des destins particuliers plongés dans une histoire commune, dans l’Histoire. Il nous fait vivre de l’intérieur les peurs, les horreurs mais aussi montre l’humanité, l’entre-aide de ceux qui ont voulu se raccrocher à la vie coûte que coûte. Et la meilleure image de cette humanité réside dans le personnage d’Ava.

Un roman brûlant et saisissant que l’on porte en soi bien après l’avoir refermé parce qu’il dépasse le fait historique, ou comment le roman permet de mieux saisir l’Histoire.

Roman faisant partie des Talents Cultura 2017.

Publicités
Poster un commentaire

10 Commentaires

  1. Un roman qui doit être fort en émotion !

    Réponse
  2. Bonjour,
    Tout à fait d’accord avec votre chronique brillante.
    J’ai lu aussi ce roman en juin dont le souvenir est toujours aussi prégnant. Je partage votre analyse juste et proche de mon ressenti.
    Je conseille aussi ce roman historique puissant qui permet aussi de découvrir certains aspects d’une période cruelle de notre histoire.

    Réponse
  3. Voilà oui, derrière la vérité historique s’élèvent des voix qu’on n’oubliera pas.

    Réponse
  4. Vraiment très hâte de le découvrir !!

    Réponse
  5. tu donnes très envie de le lire !

    Réponse
  6. Un premier roman assez incroyable, j’ai surtout été bluffé par la qualité de l’écriture.

    Réponse
  7. J’ai très très envie de le lire ! Je l’ai noté dans ma wish list et j’ai hâte de découvrir le style de l’écrivain.

    Réponse
  8. Un roman qui doit fort émotionnellement. A découvrir donc. *Anne*

    Réponse
  9. Que de belles chroniques sur ce roman !

    Réponse
  10. Au début, je ne me voyais pas le lire, n’aimant pas la fiction s’empare de l’Histoire pour la mouler dans un récit imaginaire. Mais si l’auteur s’appuie sur des archives, alors oui, je veux bien me laisser tenter.

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :