« Le Collège des éplucheurs de citrouilles » Laure DESLANDES

Elliot entre en cinquième dans le collège des Museaux d’une petite bourgade du Finistère : Trégondern. Il faut dire que les Museaux est un établissement un peu particulier : pas de réseaux ; un chef cuistot qui sert des plats bio à base de quinoa ; un prof de techno impressionnant et intimidant, sans parler que dans ce collège on apprend l’estonien en LV1 à la place de l’anglais et on grimpe aux arbres en EPS. Plusieurs autres garçons intègrent également l’internat en milieu rural. Des garçons en rupture scolaire. Cette arrivée va déstabiliser Péline, jeune fille à la chevelure rousse et aux courbes arrondies. Elle ne reconnaît plus l’ambiance de son collège et elle se trouve la cible du mauvais garçon, Henrique. Mais quand la chambre d’Elliot est fouillée par un  inconnu, Péline a bien l’intention de venir en aide à ce garçon timide aux cheveux rasés.

L’intrigue se déroule tout au long du mois de septembre. Chaque chapitre porte une date à l’instar d’un journal intime sans que l’on sache vraiment qui l’écrit. Il s’agirait donc plutôt d’une chronique, la chronique d’un collège qui voit se confronter deux mondes : les externes, habitant le village, et les internes venant d’un peu partout de la Bretagne (Elliot habitait à Brest). Mais aussi deux modes de vie bien différents. A Trégondern, on vit paisiblement, on mange local, on se débrouille pour joindre les deux bouts. Et Péline en sait quelque chose. Sa mère, un feu fantasque, est la reine de la récup : vêtements récupérés et pulls tricotés ; repas préparés à base de produits périmés voire trouvés dans les poubelles des supermarchés. Péline est heureuse comme ça, sauf que les internes avec leur survet’ et leurs baskets de marque ; leur IPhone ; leurs goûts culinaires se résumant aux frites et surtout leur agressivité perturbent la jeune fille. Mais elle ne veut pas renoncer et va tout mettre en œuvre pour que chacun s’intègre, même les plus récalcitrants.

L’ambiance loufoque, les personnages décalés (notamment les profs) font de ce roman une lecture agréable et souvent drôle. L’intrigue est amplifiée par le mystère que cache Elliot et le duo que ce dernier forme avec Péline. Ce collège totalement improbable dans lequel on aimerait bien suivre les cours s’offre comme un centre de réhabilitation pour jeunes sauvageons urbains. Les internes vont devoir s’adapter et rompre avec leurs mauvaises habitudes : rien de telle qu’une corvée d’épluchage de citrouilles pour calmer les nerveux.

A la suite de Péline et d’Elliot, le lecteur s’immerge à son tour dans ce petit village et dans ce collège loufoque. On y redécouvre les plaisirs simples de la campagne et des amis. Les nombreux rebondissements tiennent en haleine et on s’attache à tous ces personnages.

Merci aux Editions L’Ecole des Loisirs.

Publicités
Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

7 Commentaires

  1. Ça me rappelle le titre d’un autre roman (pour adultes) qui avait fait un carton. Mais il s’agissait plutôt de patates 😛
    Je ne lis plus trop de LDJ niveau collège (ça fait loin pour mes minus de 7 ans). Dommage, car on y trouve toujours des histoires bien sympas.

    Réponse
    • Oui le titre a des échos en effet du « cercle littéraire des épluchures de patates », mais seulement le titre. Effectivement il va falloir encore attendre quelques année pour ton minus de 7 ans, patience…

      Réponse
      • Ce n’est pas mon minus à minus à moi (je n’en ai pas) mais mes petits CE1 que j’évoquais 😉

        Réponse
  2. J’aime ce genre de titre de roman, à l’instar du Cercle littéraire des épluchures de patates. Au moins ça change et rend curieux

    Réponse
    • La proximité du titre est le seul point commun. Ce roman ouvre aussi sur une autre façon de voir la vie pour les adolescents, c’est ce qui m’a plu également dans ce roman.

      Réponse
  3. Merci pour ce compte rendu. J’hésitais à le lire. Maintenant je pense que je vais l’acheter.

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :