« L’Abyssin » Jean-Christophe RUFIN.

Durant tout le mois de mai, j’ai été plongée dans un roman qui m’a emmenée dans des contrées lointaines au XVIIe siècle. Je connaissais son auteur, Jean-Christophe Rufin, et je dois avoir encore deux ou trois de ses romans dans ma PAL. Alors pourquoi avoir commencé par celui-ci ? Justement pour les contrées lointaines et pour l’époque. Un peu d’exotisme ne fait jamais de mal. Ce roman, sous-titré : Relation des extraordinaires voyages de Jean-Baptiste Poncet, ambassadeur du Négus auprès de Sa Majesté Louis XIV, est un roman historique, d’aventures, d’amour, de cape et d’épée…

Rufin se fonde sur un fait historique : l’envoi d’un diplomate en Abyssinie afin de créer un rapprochement entre Louis XIV et le Négus. Nous sommes en Egypte, au Caire, à la fin du XVIIe siècle et Louis XIV est vieillissant. Jean-Baptiste Poncet, apothicaire et exerçant la médecine, est désigné pour ce long et périlleux voyage où nombreux déjà ont perdu la vie. Pourquoi lui ? Parce que ses connaissances en médecine pourraient séduire le Négus atteint d’une maladie que personne n’est encore parvenue à soigner. Mais le Négus est méfiant envers les Européens, ayant été échaudé par des expéditions diplomatiques ayant surtout eu pour but de convertir l’Abyssinie au catholicisme.

Parallèlement, Jean-Baptiste tombe sous le charme de la belle Alix, fille du consul de France au Caire. Alors qu’elle a toujours été surprotégée par ses parents, sortant peu du palais consulaire, elle s’éveille à l’amour et va d’ailleurs subir une vraie métamorphose tout au long du roman. Mais comment épouser Alix quand on est un simple petit médecin du peuple sans fortune ? Jean-Baptiste mise tout sur son rôle de diplomate pour obtenir un statut plus élevé. Mais, vous vous en doutez, les choses ne vont pas forcément se passer comme il l’avait prévu.

Rufin a une plume aussi dynamique que celle de Dumas. On est littéralement emporté dans les péripéties de Poncet. C’est un roman d’aventures magistralement raconté, fait de rencontres nocturnes, de complots, de combats à l’épée, où se mêlent des faits historiques, des descriptions pittoresques. Pas de temps mort. D’autant que les personnages font partie de ceux qui laissent une empreinte durable dans notre esprit tant on s’attache à eux. Ils ont tous une originalité, un humour et une personnalité qui en font de grands personnages de roman. Avec le personnage principal, son ami, maître Jurami, protestant taciturne, ils forment un couple d’amis antithétique. La jeune Alix, d’abord timide, effacée, prend, au fil des pages, de plus en plus d’envergure, s’émancipe sous l’effet de l’amour pour devenir, à son tour, une vraie aventurière.

Mais ces aspects sont amplifiés par un récit où se mêlent l’histoire et le dépaysement, et Rufin, qui fut lui-même médecin et ambassadeur, nous entraîne à sa suite dans les espaces arides des déserts, nous fait découvrir l’Abyssinie ou le Paris du XVIIe siècle.

Quelques années plus tard, l’auteur a écrit une suite : Sauver Ispahan qui se situe en 1721, vingt ans après les aventures relatées dans L’Abyssin. Et curieusement, ce titre ne m’étonne pas, tant il y a aussi dans ce roman quelque chose des Lettres persanes de Montesquieu, ce que va sans doute encore plus confirmer ce second tome qui est déjà dans ma PAL et que je me réserve pour cet été.

 

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

11 Commentaires

  1. Un de mes romans préférés de cet auteur ! Ce dernier est incroyable car à chaque roman il parvient à se renouveler … Il va au Brésil et écrit Rouge Brésil, il va en Afrique et écrit l’Abyssin : chacune de ses expériences lui sert ! On retrouve ça très bien dans son autobiographie Un Léopard sur le garrot qui explique son parcours de la médecine à la diplomatie, avec toujours l’écriture en toile de fonds. C’est un personnage incroyable …

    Réponse
  2. cartonsdemma

     /  juin 14, 2017

    Je l’ai lu il y a bien longtemps, j’avais beaucoup aimé également ainsi que la suite. Je ne connais pas son autobiographie mais ça m’intéresse
    Bises

    Réponse
  3. J’ai beaucoup aimé Le collier rouge et je compte bien lire Rufin à nouveau et pourquoi pas avec ce titre ? Je note !

    Réponse
  4. J’aime beaucoup Rufin mais j’ai plutôt lu ses polars écolo ou politiques … Ils sont moins propices au dépaysement mais sont passionnants aussi. Je pense que je lirai celui là un jour ! En tout cas, il est chez moi 😉

    Réponse
  5. L’histoire pourrai fortement me plaire !

    Réponse
  6. Un auteur dont « Le collier rouge » attend sur une étagère

    Réponse
  7. je crois que je lirai bien tout de Rufin ! Je place celui-ci au top des priorités!

    Réponse
  8. estellecalim

     /  juin 15, 2017

    Rufin me fait un peu peur. Belle-maman m’en a prêté plusieurs mais je ne les ai pas encore lu. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Ton billet donne toutefois envie de le tenter.

    Réponse
  9. J’ai beaucoup aimé ce voyage.

    Réponse
  10. Je le vois souvent en librairie sans jamais m’y tarder mais ton avis me donne envie, tu fais un lien avec Dumas en plus, cet auteur que j’adore et qui me fait vivre le coeur à chaque fois que j’ouvre ses oeuvres !

    Réponse
  11. J’avais beaucoup beaucoup aimé ce roman mais je ne sais plus si j’ai lu la suite… 😉

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :