Analepse…

Il est temps de rembobiner le film, d’effectuer un retour en arrière sur ces deux derniers mois que j’ai vécu un peu en apnée. Deux mois sans avoir le temps d’ouvrir le blog, plongée que j’étais dans les révisions pour le CAPES, puis la formation pour l’oral, puis le concours, puis l’euphorie des résultats, puis le stress qui retombe et me laisse sur les rotules, puis l’amas de travail pour mes cours, mes copies laissées en friche (8 paquets de copies fois 30 élèves) que je finis à peine ce week-end (mes élèves ont été patients), puis les descriptifs pour ma classe de Première à rendre… J’ai eu l’impression d’être emportée dans un tourbillon, les émotions à fleur de peau : oscillant entre une angoisse plus ressentie depuis les examens en fac, mains moites, cœur qui s’emballe, boule dans la gorge et puis le suprême soulagement, inattendu, libateur, que je ne réalise pas encore.

Dans ce tourbillon, qui commence à se calmer avant la « joie » des corrections du BAC (j’attends la convoc, passerai-je entre les gouttes, me laissera-t-on souffler?), j’ai lu, pourtant. J’ai lu « utile » en avril : des classiques, des textes courts, des pièces, des abrégés… il fallait palier les manques rapidement ou se rafraichir la mémoire avant l’oral.

  • La Belle et la bête d’Isabelle de Lisle
  • 16 métamorphoses d’Ovide
  • Le Cid de Corneille
  • Phèdre de Racine
  • Pantagruel et Gargantua de Rabelais (en abrégé)
  • Le Premier roi du monde : l’épopée de Gilgamesh par Jacques Cassabois

J’ai lu, la tête dans la grammaire française, dans l’histoire littéraire, dans les programmes, la réforme du collège… Des lectures avalées, guère digérées.

Le 28 avril, jour de mon oral à Lyon, j’ai été convoquée à 6h10 du matin. La veille, je m’étais endormie sur mes 30 fiches de grammaire. Je n’ai rien pu avaler, il faisait encore nuit et froid dans les rues de la Croix-Rousse, cette ville que j’ai aimée qui, je l’espérais, allait me porter chance. Elle a tenu sa promesse, j’étais un peu chez moi. En débarquant à la gare de la Part Dieu, le 27, quartier où j’enseignais à l’époque, il m’était venu une émotion nostalgique. Pour passer le temps avant une réunion, j’ai fait les librairies de la Croix Rousse et notamment Vivement Dimanche, très belle et très fournie librairie que je vous recommande. J’y ai acheté deux romans : L’Abyssin de Jean-Christophe Ruffin et Le Gone du Chaâba d’Azouz Begag. Rien de tel qu’une bonne librairie pour contenir un peu le stress, oublier l’échéance.

Après mon oral marathon (2h30 de préparation qui passent à une vitesse incroyable, puis deux fois 40 minutes devant le jury), vécue dans une sorte de transe, tentant de comprendre le sens des questions posées, tentant de remuer mes pauvres neurones, ayant l’impression d’un cerveau vide, incapable d’évoquer « L’albatros » de Baudelaire, que je connais pourtant si bien et que j’aime tant, mais sauvée par ma Sand qui m’a soufflé une réponse qui a dû me sauver, me dépatouillant avec des questions de grammaire, cherchant des interprétations sur un poème de Cadou qui m’a laissée de glace… donc après mon oral, la tête prête à exploser, mitigée sur ma prestation, vannée, mais soulagée que ce soit fini, a commencé la ronde des sms, des coups de fil, le récit recommencé dix, vingt fois, du déroulé de l’épreuve. Et le film des événements que je me repasse sans cesse. La journée s’est passé attablées, avec une amie rencontrée à la formation et qui passait aussi ce matin là, à une terrasse place Bellecour, au soleil où nous avons pris des couleurs et où nous avons échangé nos ressentis, ressortant nos brouillons, nous rassurant, puis nous désespérant.

C’est ce même jour que j’ai commencé L’Abyssin, dans le train du retour. Un roman d’aventure, un pavé, qui m’a tout de suite emportée et que j’ai fini, le 28 mai, pile un mois plus tard. C’est un roman dont j’avais précisément besoin à ce moment précis, un roman qui va rester associé à cette journée du 28 avril.

Il m’était important de faire ce récit, de le mettre par écrit, d’y revenir une fois encore. Les résultats sont tombés le 2 mai. Je les ai attendus toute la matinée, et puis c’est une collègue-amie qui me les a donnés par un coup de fil vers midi et demi. J’espérais que les choses se passeraient comme cela, c’est tellement épouvantable cette attente, ces consultations du site des résultats, si impersonnel, ces pages que l’on ouvre successivement, le doigt qui tremble sur les touches, le cœur qui s’emballe, l’envie de savoir mais aussi l’angoisse de ne pas voir apparaître son nom. J’ai évité cela pour les résultats de l’oral. J’ai vécu le reste de la journée sur un petit nuage.

Je ne chroniquerai pas les lectures d’avril, ou peut-être rapidement dans un seul billet, mais je vous parlerai avec plaisir de L’Abyssin dont j’ai acheté la suite ce mois-ci : Sauver Ispahan, tant j’ai envie de retrouver Jean-Baptiste Poncet et Alix.

A bientôt…

 

 

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

32 Commentaires

  1. Je suis ravie que Lyon t’ait porté chance et félicitations à toi pour ce concours mérité !
    J’espère qu’on te laissera souffler pour les corrections du Bac en effet ! Bon courage en tout cas pour cette fin d’année et j’espère te relire très bientôt avec « L’Abyssin » 🙂

    Réponse
  2. Eh bien quel tourbillon ! Je suis très heureuse pour toi 🙂
    Ce billet était très joli, merci pour ce partage d’impressions et pour l’adresse de librairie !

    Réponse
    • Merci à toi. Je commence un peu à reprendre mes esprits, même si les fins d’année sont toujours des périodes très chargées surtout cette année avec ma classe de première et le programme à finir !

      Réponse
  3. Félicitations alors !!! Déjà rien que pour avoir passé l’épreuve, qui en est une à plusieurs niveaux. C’est vrai que c’est quelque chose qu’on oublie trop souvent ce stress d’un examen pour lequel on s’est préparé de longs mois une fois qu’on a terminé nos études. Pas évident de reprendre du coup.

    J’espère que tu vas pouvoir maintenant te détendre et apprécier comme il se doit les quelques semaines de vacances qui se profilent à l’horizon.

    Réponse
    • Je me demande comment on faisait pour supporter cette pression, du coup je comprends mieux mes élèves qui stressent pour leur bac français.
      J’attends avec impatience la fin des cours pour souffler !

      Réponse
  4. Bravo pour ton concours ! quel stress, j’espère qu’on va te laisser souffler un peu comme tu dis, tu ne l’auras pas volé. Et tu vas enfin pouvoir relire pour ton plaisir. Je n’ai pas lu « l’Abyssin », je vais voir à la bibli.

    Réponse
    • Merci ! Tous les jours j’ouvre mon casier avec appréhension : pourvu qu’il n’y ait pas d’enveloppe du rectorat…
      Je vais essayer de rédiger mon billet sur l’abyssin aujourd’hui, publication demain 😉 !

      Réponse
  5. Durantet Valentine

     /  juin 4, 2017

    Superbe texte! Je m’y retrouve pleinement . Ah, ce doigt tel celui de Saint Thomas du Caravage qui n’ose réactualiser  » Publinet  » et qui veut croire au miracle …
    Pourtant, dans ton cas ta réussite est tout sauf miraculeuse. Elle est amplement méritée et fondamentalement juste!
    Très beau week end!

    Réponse
  6. Bravo ! Et bien sûr que d’être à Lyon t’a aidé dans le sprint final ! (brrr, les oraux !)

    Réponse
  7. Félicitations pour la réussite à ton concours !

    Réponse
  8. estellecalim

     /  juin 4, 2017

    Bon, c’était chargé mais ça finit super bien quand même 🙂
    Encore félicitations et bientôt les vacances pour digérer 😉

    Réponse
  9. Durantet Valentine

     /  juin 4, 2017

    « ET TOUT / Est tout  » Je vais refaire des pages de Bled pour réviser… 😉😂
    Voilà la sanction pour des commentaires rédigés avec une carence de sommeil! Tu corrigeras si tu peux …

    Réponse
  10. Ça fait plaisir de te lire après cette longue absence, je suis vraiment ravie que tu ai été reçue et j’espère que tu ne seras pas tirée au sort pour le bac. Bises

    Réponse
  11. Giny

     /  juin 4, 2017

    Je suis contente d’avoir de tes nouvelles ! Bravo pour le concours.

    Réponse
  12. J’aime ce genre de billet qui donne un aperçu de la vie de la personne derrière le blog et les avis. Toute mes félicitations et profite du soleil désormais =)

    Réponse
  13. Et je suis en plein dedans moi aussi avec le concours de professeur des écoles.
    Reprendre les ouvrages après avoir quitté la fac il y a 10 ans, jongler entre le boulot, les enfants, la vie de couple, vivre avec une boule au ventre permanente, ne jamais avoir l’esprit posé et tranquille, …. Une année si particulière! J’ai hâte que ça se termine.
    Lorsque j’ai eu les résultats de l’écrit et vu mon admissibilité, j’étais tremblante d’émotion. Mon 1er oral est passé depuis 1 semaine, ce fut une expérience très difficile. Nerveusement épuisée, j’étais à fleur de peau durant cette heure et quart devant le jury. Mon deuxième et dernier oral est mardi de la semaine prochaine … après je peux enfin souffler. Même si je ne regrette pas cette remise en question, cette année riche et passionnante, ce fut TRÈS TRÈS dur!
    Bravo à toi.

    Réponse
    • Je compatis et t’envoie tout le courage nécessaire ! Deux oraux ?? c’est inhumain !!! A chaque résultat j’ai hurlé de joie. Pour l’admissibilité j’étais à la cantine des profs, tout le monde a sursauté 😀 ! Ce que tu dis dans ton 1er paragraphe, me parle beaucoup j’étais dans la même situation, sans parler des vacances que l’on passe à réviser ! On tient sur les nerfs. Depuis début mai, depuis les résultats, j’ai l’impression d’être un zombie, le stress est retombé mais du coup je dors debout !
      Cette année fut rude, mais la prochaine risque aussi d’être « sympa » avec l’inspection 😉 ! Bon chaque chose en son temps !
      Bon courage pour la semaine prochaine !!!!!

      Réponse
  14. Nad

     /  juin 5, 2017

    Félicitations pour cette réussite! Je sais combien il est compliqué de se replonger dans cette période d’examen en tant que candidat. Bravo!

    Réponse
  15. Margotte

     /  juin 6, 2017

    Je ne comprends pas, tu n’étais pas déjà prof?

    Réponse
  16. J’espère que les vacances d’été t’apporterons un peu de répit. Et encore félicitations. *Marie*

    Réponse
  17. Félicitations !! Je me souviens encore du livre que je lisais en attendant de passer à l’oral : « Phaenomen » de Philippe L’Homme (c’est de la littérature jeunesse). Il y a des choses qu’on oublie jamais 😉

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :