« Juste avant l’oubli » Alice ZENITER

zeniter-avant-loubliFranck est infirmier et amoureux d’Emilie avec laquelle il vit depuis plusieurs années. Il aimerait stabiliser son couple, faire un enfant, mais Emilie veut d’abord se réaliser et notamment finir sa thèse sur Galwin Donnell, « le pape de la cruauté », comme elle l’appelle. Pour l’instant, Emilie est partie sur l’île perdue de Mirhalay où l’auteur a vécu les dernières années de vie et a mystérieusement disparu. Sur cette île s’organise, tous les trois ans, un colloque rassemblant les spécialistes. Franck a prévu d’y retrouver celle qu’il aime pour lui faire sa proposition, il a mûrement réfléchi depuis le départ d’Emilie trois mois auparavant,  mais les choses ne vont pas réellement se passer comme il l’avait prévu.

Plusieurs éléments me donnaient envie de découvrir ce roman : l’auteure, que j’avais vue et écoutée avec attention dans une émission de télé et les thèmes de la thèse et du colloque universitaire. Ce sujet me faisait penser au premier roman de Julie Wolkenstein, Colloque sentimental que j’avais beaucoup aimé. L’éternelle étudiante en Lettres qui sommeille en moi ne pouvait faire l’impasse sur ce roman.

Pourtant je n’ai pas été pleinement enthousiasmée par cette lecture faite en octobre et dont j’ai bien tardé à rédiger une chronique. Ce retard vient sans doute du fait que ce roman, sans être inintéressant, n’apporte pas grand chose. Entre polar, satire du monde universitaire et histoire d’amour, il a du mal à vraiment se définir. Car c’est un peu les trois en même temps mais aucun vraiment. Les errances de Franck, personnage mal dans sa peau, et surtout mal dans son prénom, qui tente à tout prix de s’accrocher à Emilie uniquement obnubilée par son auteur fétiche, m’a assez vite lassée. Ce qui tient l’intrigue est cette disparition mystérieuse de Donnell et cet homme énigme, seul habitant de l’île en dehors des périodes de colloque, Jock qui va se prendre d’amitié pour Franck et partager ses beuveries !

Finalement le personnage principal du roman est cette île perdue des Hébrides, dans l’ouest de l’Ecosse. Cette île autrefois peuplée qui petit à petit a été abandonnée pour devenir la possession d’un milliardaire misanthrope puis le refuge de Donnell. Une île qui va finir par hanter Franck et décider de son avenir.

Une lecture bof, pas désagréable mais qui ne me laissera pas un grand souvenir.

Ce roman a reçu le prix Renaudot des Lycéens en 2015.

Lu dans le cadre du Challenge Femmes de Lettres

dames de lettres

Merci aux Editions J’ai Lu.

Advertisements
Article précédent
Poster un commentaire

5 Commentaires

  1. Avis totalement partagé, j’ai été déçue… les personnages ne m’ont absolument pas touchése. c’est dommage j’en avais entendu que du bien.

    Répondre
  2. Je ne le connaissais pas du tout et je vais faire l’impasse dessus, le sujet ne m’emballe pas et ton avis enfonce le clou !

    Répondre
  3. Je viens te souhaiter de Joyeuses fêtes de fin d’année, gros bisous George

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :