« Chaque soir à 11 heures » Malika FERDJOUKH

ferdjoukh-chaque-soirDans les périodes de stress et de travail abusif, j’ai besoin de me réfugier dans des lectures valeurs sûres. Malika Ferdjoukh est une de mes valeurs sûres et cela depuis ce roman incontournable, salvateur, vital qu’est Quatre sœurs. Chaque soir à 11 heures est paru en 2011, mais ressort cette année avec une nouvelle couverture. Wilhelmina Ayre, dite Willa, est lycéenne et amoureuse du beau Iago. Elle a des amies, dont la sœur de Iago : Fran, jeune fille populaire, belle blonde ayant le chic de vivre dans l’hôtel luxueux de son père. Lors de l’anniversaire de celle-ci, Willa rencontre Edern Fils-Alberne, jeune homme énigmatique et solitaire au passé familial trouble. De fil en aiguille, Willa va se rapprocher d’Edern, découvrir l’étrange maison où il vit avec sa petite sœur et son frère, Fausse-Malice. Mais voilà que Willa semble être la cible de personnes mal intentionnées. La jeune fille va donc tenter de percer ce mystère.

J’ai retrouvé dans Chaque soir à 11 heures la magie propre aux romans de Malika Ferdjoukh : une jeune fille intelligente, un humour fait de jeux de mots et de références qui en font son sel, une atmosphère quelque peu loufoque, des parents parfois immatures, une vieille maison qui craque de partout et une si belle façon de saisir l’adolescence. Roman d’amour, mais aussi de suspens, Chaque soir à 11 heures se place sous l’égide de Jane Eyre et du film The ghost and Mrs Muir, comme l’auteur l’annonce en exergue de son livre. Mais ce ne sont pas les seules références. Comme chez Marie-Aude Murail, Malika Ferdjoukh fait appel à l’intelligence de ses lecteurs, et donne des liens à tirer pour nous emmener vers d’autres œuvres, romanesques et cinématographiques. C’est brillant, car non seulement on lit une histoire qui nous emporte, mais en plus on sourit à tous ces clins d’œil et on a envie de relire Jane Eyre, entre autre.

Il y a dans les romans de Malika Ferdjoukh une profondeur qui va au-delà de la simple histoire, et c’est là que l’on perçoit la grandeur d’un auteur. On sent bien au fond, de l’histoire, des personnages, des références, que quelque chose en plus s’y cache, quelque chose qui vous donne envie de relire pour mieux tout saisir, et c’est rare et c’est précieux. Les romans de Malika Ferdjoukh font partie de ces rares romans pour adolescent que l’on a envie de relire, non seulement pour en retrouver l’ambiance, mais aussi pour revenir sur des passages que l’on a lus trop vite poussé par l’intrigue.

Comme dans Quatre sœurs, on s’attache aux personnages, on aime leur marginalité, leur étrangeté, leur fragilité. Comme dans Quatre sœurs, les adolescents sont meurtris, un peu mal dans leur peau, mais s’émerveillent de la neige sur Paris, sont protecteurs, mystérieux, intelligents, aiment les livres et la musique. Malika Ferdjoukh parvient à créer des complicités non surfaites entre enfants et parents, des parents un peu débordés, un peu paumés aussi, un peu excessifs et parfois névrosés, des adultes quoi !

Un beau roman à lire, à faire lire et à relire !

Merci aux éditions Flammarion jeunesse.

Advertisements
Article précédent
Poster un commentaire

9 Commentaires

  1. J’ai adoré Brooklyn Limited et j’ai Quatre soeurs dans ma Pal mais celui-ci me tente bien, tu es décidément très convaincante

    Répondre
  2. C’est le 1er roman de Malika Ferdjoukh que j’ai lu et comme toi j’ai beaucoup aimé. Je vais lire Quatre soeurs cet hiver, j’ai hâte de retrouver son univers.

    Répondre
  3. Tiens, tu me donnes envie de le sortir de ma PAL (mais je n’ai pas la même édition.)

    Répondre
  4. Un très joli roman jeunesse.. As-tu prévu de le faire lire à tes enfants ?

    Répondre
  5. Une auteure que j’adore moi aussi. Tu me fais penser que ça fait longtemps que je ne l’ai pas lue tiens… 😉

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :