« Lettre d’une inconnue » Stefan ZWEIG

ZWEIG LETTRE« Lettre d’une inconnue » de Stefan Zweig est une nouvelle écrite en 1922. Cela fait des années que je me promets de la lire, mais vous savez comme toujours un autre livre à lire, une autre envie nous éloignent de nos décisions premières. C’est une conversation avec ma mère qui venait de voir le film Stefan Zweig, adieu l’Europe et un post d’Aude Le Coff sur Facebook qui m’ont finalement poussée à sortir mon exemplaire de ma PAL.

La nouvelle fait à peine une soixantaine de pages, je l’ai donc lue d’une traite hier dans une chaleur caniculaire, que ma lecture m’a fait un peu oublier.

L’écrivain célèbre de Vienne, R…., rentre d’excursion en montagne et découvre dans son courrier une enveloppe épaisse renfermant une lettre d’une douzaine de pages. Il pense d’abord à un manuscrit mais les premières lignes l’intriguent : A toi qui ne m’as jamais connue.

Cette longue lettre est une confession, un aveu, un cri d’amour et de désespoir d’une femme pour un homme qui, sans cesse est passé à côté d’elle sans la voir, surtout sans la reconnaître. La jeune femme veille son fils mort, alors que celui-ci repose, elle écrit à l’homme qu’elle aime depuis sa jeune adolescence, cet homme qu’elle n’a cessé de guetter, de rechercher, duquel elle a voulu se faire remarquer.

Stefan Zweig livre le cri d’une passion amoureuse qui flirte avec la folie. Toute sa vie l’inconnue n’a vécu que pour R… alors même que celui-ci vivait sa vie sans même se douter de son existence. C’est aussi un cri de désespoir d’une femme qui, malgré sa beauté, sa jeunesse, ne parviendra jamais à imprimer son image dans la mémoire de cet homme.

Une nouvelle déchirante, belle parfois un peu effrayante dans cet effacement de l’être, dans cette abnégation de la femme amoureuse pour l’homme, un amour fantasmé qui animera toute sa vie la jeune inconnue.

L’auteur, par la voix de cette femme, retrace la vie de cette inconnue, et à travers elle, évoque le désir féminin, la tension amoureuse, le combat d’une mère aussi, sa détresse.

Il dresse aussi le portrait d’un homme, intellectuel, libre de ses mouvements, de ses relations amoureuses et l’on voit s’opposer le monde masculin et le monde féminin. Tandis que la liberté masculine est donnée sans combat, celle de la femme doit s’acquérir avec des compromissions.

La nouvelle se termine par un retour au récit cadre, un retour à R… assis dans son fauteuil finissant sa lecture. Et le lecteur se demande finalement qui des deux, de la femme ou de l’homme, est le plus à plaindre.

Nouvelle lue dans le cadre du Plan Orsec 2016.

photo libre plan orsec (2)

Publicités
Poster un commentaire

20 Commentaires

  1. Un texte que j’ai adoré par la complexité des sentiments, toujours entre raison et folie. Comme tu le dis, au final, on ne sait pas lequel des deux est le plus à plaindre.

    Réponse
  2. Très beau que j’ai découvert au théâtre… Il y a bien longtemps…

    Réponse
  3. C’est un livre que j’ai toujours eu envie de lire =)

    Réponse
  4. C’est probablement mon favoris de l’auteur, et pourtant j’aime beaucoup beaucoup de textes de Zweig.

    Réponse
  5. Nad

     /  août 25, 2016

    J’avais découvert Zweig par ce texte et ça a été un vrai coup de foudre. Qu’un homme soit capable de se mettre autant à la place d’une femme. D’une sensibilité tragique. Je l’ai relu dernièrement et je sais pas si c’est la maturité et l’expérience en plus mais il m’a encore plus bouleversé.

    Réponse
  6. Un texte incontournable, j’adore !

    Réponse
  7. J’ai découvert cette nouvelle le mois dernier et je l’ai trouvée bouleversante. J’ai adoré !

    Réponse
  8. Une lecture que j’ai adorée ! 🙂

    Réponse
  9. Il faut que je découvre cette nouvelle, merci pour le rappel 🙂

    Réponse
  10. Airelle

     /  août 27, 2016

    Une lecture que j’avais beaucoup appréciée aussi.

    Réponse
  11. Je l’ai lu aussi cet été et j’ai été subjuguée par ce texte magnifique.
    Je trouve ta conclusion très juste car finalement, elle, a vécu quelque chose de fort alors que lui …
    Je crois que c’est une des plus belles nouvelles que j’ai lues de Zweig (mais il m’en reste beaucoup à découvrir).

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :