« L’Ogre et sa princesse aux petits oignons » Sabrina INGHILTERRA.

Inghilterra l'orgre et sa princesseIl y a des petits plaisirs qu’il ne faut pas se refuser. Hier, j’ai acheté deux chaises longues, regrettant de ne pouvoir être correctement installée pour lire dans mon jardin. Je les ai placées sous l’ombre du pommier. Ce matin, dès huit heures, j’y ai pris place pour finir le roman dont je vais vous parler dans cette chroniques. Ah quelle bonne heure et quel bonheur que cette lecture matinale qui s’est finalement prolongée jusqu’à midi par le début d’une relecture de Nana de Zola, que je compte bien mettre au programme de mes Secondes à la rentrée. Je les entends déjà bougonner devant les 500 pages de la bête ! Bref, les chaises longues, j’adore !

Mais venons-en à ce fameux roman de Sabrina Inghilterra. C’est une merveille ! Ventrerond est un bon gros ogre, né d’un papa humain et d’une méchante ogresse qui aurait fini par dévorer son pauvre mari. M. L’Ogre adore faire la cuisine, mais se refuse à cuisiner des humains. Un jour, un petit facteur étrange vient lui apporter une lettre lui annonçant sa participation à un grand concours de cuisine entre ogres. Pour remporter le concours et les 20 000 galons d’or, il va falloir épater la galerie. Il choisit donc de cuisiner, malgré ses principes, une princesse et ça tombe bien, l’une d’entre elles se présente pour être son second. Mais les choses ne vont pas tourner comme il le prévoyait.

Sabrina Inghilterra signe là son premier roman et c’est une vrai réussite de drôlerie et d’intelligence. Tout en s’inspirant des contes de fées « ogresques » et autres, l’auteur parvient à donner ici un conte moderne en y insérant de multiples références et en ancrant son histoire en plein cœur de Paris, rue de Bagnolet dans le 20ème arrondissement avec un petit épicier de quartier très sympathique.

Le concours de cuisine est une parodie de Top Chef chez les ogres qui m’a fait beaucoup rire.

Le couple improbable et antithétique : Ogre et princesse, est parfait. Cette petite princesse très futée est un amour et ce bon gros ogre un peu pataud est hyper attachant.

On rit beaucoup et on dévore les pages…

Merci aux Editions Didier Jeunesse.

 

Publicités
Article précédent
Poster un commentaire

2 Commentaires

  1. Ça donne envie tout ça, je note !

    Réponse
  2. Saint Roch

     /  juillet 22, 2016

    Oui ca donne vraiment envie! IL va peut être me rejoindre en vacances celui-là
    Les livres drôles sont précieux et se comptent sur les doigts d’une main. Euh… 13 à la douzaine, 3 hommes dans un bateau… je sèche. Ah si, dans les contemporains, 2 vieilles sous un figuier… Il faut croire qu’un chiffre est nécessaire dans le titre… Ah non, les trois grosses dames d’Antibe, Somerset Maugham (?). Bon je sèche définitivement; Cela pourrait être le thème d’un prochain billet, vu l’ambiance internationale actuelle, il aurait du succès.
    PS : nana pour des secondes? Ce n’est plus considéré comme trop osé??

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :