Premières Lignes… #6

premières_lignes

Hier je suis tombée un peu par hasard sur la préface d’un roman de Delphine de Girardin, La Canne de M. de Balzac paru en 1867. Cette préface ne pouvait pas mieux tomber c’est pourquoi j’ai voulu la partager avec vous pour ce nouveau rendez-vous intitié par la blog  Ma Lecturothèque.

Comme le roman est introuvable en papier, j’ai dû rallumer ma liseuse pour le télécharger (et ce fut un grand moment après deux ans de sommeil profond !). En voici donc les premières lignes…

PREFACE

Il y avait dans ce roman…
– Mais ce n’est pas un roman.
– Dans cet ouvrage…
– Mais ce n’est pas un ouvrage.
– Dans ce livre…
– C’est encore moins un livre.
– Dans ces pages enfin… Il y avait un chapitre assez piquant intitulé :
Le Conseil des ministres
On a dit à l’auteur :
– Prenez garde, on fera des applications, on reconnaîtra des personnages ; ne publiez pas ce chapitre.
Et l’Auteur docile a retranché le chapitre.
Il y en avait un autre intitulé :
Un Rêve d’amour
C’était une scène d’amour assez tendre, comme doit l’être une scène de passion dans un roman.
On a dit à l’Auteur :
– Il n’est pas convenable pour vous de publier un livre où la passion joue un si grand rôle ; ce chapitre n’est pas nécessaire, supprimez-le.
Et l’Auteur timide a retranché ce second chapitre.
Il y avait encore dans ces pages deux pièces de vers.
L’une était une satire.
L’autre une élégie.
On a trouvé la satire trop mordante.
On a trouvé l’élégie trop triste, trop intime.
L’Auteur les a sacrifiées… mais il est resté avec cette conviction : qu’une femme qui vit dans le monde ne doit pas écrire, puisqu’on ne lui permet de publier un livre qu’autant qu’il est parfaitement insignifiant.
Heureusement celui-ci contient une lettre de M. de Chateaubriand, – un billet de Béranger, – des vers de Lamartine ; – il a pour patron M. de Balzac : tout cela peut bien lui servir de pièces justificatives.

La Canne de M. de Balzac, Delphine de Girardin, première parution chez Calmann-Lévy, 1867.

Retrouvez les Premières lignes de Ma Lecturothèque ,  Mokamilla, Nadège (Les mots de la fin), Moglug. (liens à venir)

Advertisements
Poster un commentaire

8 Commentaires

  1. J’aime beaucoup ce choix de premières lignes !
    On ne trouve ce livre que sur internet, en ebook, ou aussi au format papier ?

    Répondre
  2. Sympa ton visuel!

    Répondre
  3. J’adore ton visuel! Bon week end…

    Répondre
  4. Je n’ai pas bien compris, somme toute, ce qu’il reste de cette canne de M. Balzac (sourire). Mais j’ai été exaltée par ton texte ! Je suis certaine que George Sand va renaître un de ces quatre. Laissons-lui le temps. Mais j’aimerais pouvoir l’apprécier 🙂 Bonne poursuite ❤
    P.S. – J'ai changé mon surnom TassieM par "Personne" à la suite d'un fâcheux incident technique avec WordPress. Mais c'est toujours moi !

    Répondre
  5. Et je fais « l’effort » de t’intégrer dans mes liens sur mon site !

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :