« Boston Girl » Anita DIAMANT

diamant boston girlLa couverture de ce roman est magnifique et est promesse de bonheur de lecture.  Addie Baum nait au commencement du XXème siècle. Ses parents, juifs, sont des polonais pauvres immigrés aux Etats-Unis, à Boston. Autour d’une mère tyrannique, colérique, cinglante notamment envers Addie, la famille est aussi composée de deux autres filles : Betty, l’aînée et Célia, la puinée, fragile et protectrice envers la cadette Addie. C’est une question de la petite fille d’Addie en 1989 qui déclenche les souvenirs et le récit : « Comment suis-je devenue la femme que je suis aujourd’hui? ». Récit rétrospectif qui débute en 1915 et s’achève dans les années 30. Cette confession d’une grand-mère à sa petite-fille permet de traverser les décennies de ce début du XXème siècle.

Anita Diamant raconte un destin féminin à un moment de l’histoire où les choses commencent à changer pour les femmes aux Etats-Unis. Addie, au cours de son évolution va être amenée à côtoyer des femmes libres, artistes, journalistes, qui choisissent leur vie et n’attendent plus que l’on décide pour elles. Addie va intégrer le Club du samedi, un club de lecture de jeunes femmes, où elle va faire notamment la connaissance de Filomena, italienne et artiste qui sera une amie fidèle, mais aussi de Madame Chevalier. Ce monde féminin qui s’émancipe est mis en confrontation avec l’univers familial traditionnel dans lequel Addie étouffe. Sa mère, particulièrement, ne peut accepter les nouvelles aspirations de sa fille cadette et se montre sans cesse blessante à son égard craignant qu’elle ne devienne une de ces Américaines aux mœurs douteuses. Pourtant l’héroïne d’Anita Diamant parviendra à trouver sa propre voie.

Boston Girl est un roman intéressant qui sait rendre compte des débuts l’émancipation féminine aux Etats-Unis, elle se perçoit, à mon avis, davantage dans le destin des amies d’Addie. D’autre part, bien que souvent évoqué, le Club de lecture m’a un peu déçue. J’attendais plus de références et de réflexions autour de la littérature. Si on s’attache au destin d’Addie, il m’a cependant manqué un petit quelque chose en plus, un approfondissement des sentiments, une densité dans le récit que je n’ai pas trouvée.

La lecture reste cependant agréable et on reprend le roman avec plaisir après chaque interruption.

Merci aux éditions Hugo et Cie pour cette découverte.

Advertisements
Poster un commentaire

8 Commentaires

  1. Bon samedi,
    J’aimerais un peu sortir de mes polars, policiers en tous genres 🙂
    Celui-ci est quelque peu tentant. Début du vingtième siècle, histoire de femmes 🙂
    Je vois que tu as mis un nouveau widget et m’en vais voir ce dont il s’agit. « Un livre dans la boîte ». 🙂
    Bon w.e. de Pâques à toi, attention au chocolat 😉
    Bisous
    Geneviève

    Répondre
  2. Tiens pourquoi pas moi qui aime les destins de femmes =)

    Répondre
  3. J’adore les destins de femmes mais là je passe mon tour, je sens que ce roman ne va pas m’intéresser plus que ça. Bon week-end pascal !

    Répondre
    • J’ai regretté le manque de profondeur, je viens d’aller voir le film « Brooklyn » et en comparaison je préfère le traitement du même thème dans ce film quand dans ce roman !

      Répondre
  4. Intéressant. Je note. Bon long week end…

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :