« Titus n’aimait pas Bérénice » Nathalie AZOULAI – Rentré Littéraire 2015

Azoulay TitusBérénice est sans doute ma tragédie préférée de Jean Racine. Et Dieu sait comme j’aime la langue de Racine, sans doute parce que j’ai appris à l’aimer, à la comprendre durant mes études. C’est en Première, avec Mithridate, que tout a commencé. En fac, Racine est revenu souvent, et à chaque fois je ressentais des frissons en lisant ses alexandrins, si bien que j’ai voulu en lire davantage par moi-même. Mais Bérénice fut un choc émotionnel comme seul la littérature peut en provoquer. Aussi, il m’était impossible de passer à côté de ce roman.

Partant d’une séparation amoureuse entre une Bérénice et un Titus modernes, lequel préférant demeurer auprès de sa femme légitime, Roma, Nathalie Azoulay en vient à raconter la vie de Jean Racine. Pour l’avoir étudiée et enseignée, cette vie, faite à la fois de rigueur et de plaisirs, m’était connue, mais l’auteure me l’a fait redécouvrir grâce à un style pur, vivant. Le récit au présent devient moderne à son tour et dessine un Racine intime, fait de contradictions.

Vie cyclique, qui commence et finit à Port-Royal, berceau du Jansénisme, doctrine religieuse rigoriste et combattue par les jésuites et Louis XIV lui-même. Racine, sans cesse tiraillé entre son éducation janséniste et son amour des mots, des auteurs antiques, du théâtre, devra renier ses éducateurs mais sera toujours ramené à Port-Royal, comme on revient aux sources.

Nathalie Azoulay, non seulement dresse le portrait de Racine, mais rend compte de cette vie de cour à Versailles, où les auteurs doivent plaire au roi pour exister et être reconnu. Louis XIV, premier mécène de France, choisit ses auteurs, donne des pensions si on a su lui plaire. Sur la route de Racine, nous croisons Nicolas Boileau, ami fidèle, Molière et bien sûr Corneille, à la fois haï et admiré. On pénètre dans le laboratoire d’écriture de Racine, on suit l’élaboration de ses pièces : choisir le mot parfait, la tournure parfaite, travail minutieux résultats de plusieurs années de versions latines à Port-Royal et notamment de la traduction du chant IV de L’Enéide de Virgile, la plainte et la mort de Didon que Nathalie Azoulay situe au centre de l’inspiration racinienne. Mais on découvre aussi les répétitions avec ses actrices : Mlle Du Parc puis Mlle de Champmeslé et leurs amours.

Cette vie de Racine, mise en abyme du récit des personnages modernes, prend toute sa dimension. Nathalie Azoulai souligne à quel point les tragédies raciniennes sont éternelles, à quel point la douleur amoureuse traverse les siècles et à quel point la séparation demeure une énigme perpétuelle.

Un beau et grand roman, exigeant aussi mais si beau.

Lu dans le cadre du Plan Orsec 2016.

photo libre plan orsec (2)

Publicités
Poster un commentaire

16 Commentaires

  1. J’ai également beaucoup aimé, bien que l’histoire entre un Titus et une Bérénice modernes se soit, à mes yeux, pas indispensable (ou peut-être mal exploitée).

    Réponse
  2. C’est un titre plébiscité, il finira par arriver à la mediatheque ! Je ne connais rien à la vie de Racine et il fait partie des auteurs classiques que je n’ai jamais lu…

    Réponse
  3. Aux premières pages j’étais perdue… et puis les mots ont fait leur oeuvre… 😉

    Réponse
  4. Je suis justement en train de le lire. 🙂
    J’aime beaucoup toute la réflexion sur la recherche du mot juste et de l’efficacité du langage (par contre, même si j’apprécie la lecture, j’ai été un peu trompée par publicités qui m’ont fait acheter le bouquin, et qui ne le vendaient pas vraiment comme une biographie de Racine).

    Réponse
  5. Très beau ! J’ai adoré !

    Réponse
  6. Ta lecture de ce roman me donne sacrément envie (même si, pour ma part, ma père préférée de Racine est « Phèdre » ^^)

    Réponse
  7. N’étant pas une spécialiste de Racine, je crains de me perdre.

    Réponse
  8. Il me tente énormément !

    Réponse
  9. J’ai de grosses lacunes en classiques et… je ne connais Racine que de nom. Je sais c’est un peu la honte… 🙂

    Réponse
  10. j’ai énormément aimé ce roman, exigeant comme tu le dis mais on a une belle récompense

    Réponse
  11. J’ai peur, à tort sûrement, qu’il soit justement trop exigeant…

    Réponse
  12. J’ai lu ce livre et je suis d’accord avec toi qu’il est passionnant pour tout ce qui concerne la vie de Racine (sur qui je ne connaissais rien de rien). Par contre, j’ai été très très déçue pour ce qui est du traitement de l’histoire de la Bérénice contemporaine, quasi inexistante.
    Qu’on me dise que c’était juste un prétexte pour rédiger une biographie romancée de Racine, là, je serai d’accord.

    Réponse
  13. je ne connaissais pas ce titre (que j’adore) et me voilà bien bien tentée!

    Réponse
  14. De cette lecture, j’avais préféré les chapitres sur Racine.

    Réponse
  15. J’aime Racine ( reste de mes études aussi) et tu me donnes envie de découvrir ce livre. *Marie*

    Réponse
  16. J’ai vu sa sortie en poche avec une magnifique couverture sans jamais l’acheter, pourtant je suis vraiment curieuse de ce livre, c’est comme s’il m’appelait alors la prochaine fois que je le vois je n’hésite pas pour le prendre !

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :