« Plus froid que le Pôle nord » Roddy DOYLE

Doyle plus froid

A Dublin, Sandra, mère de Johnny et Tom, 12 et 10 ans, est lasse des colères violentes de sa belle-fille Erin. Cette dernière, au moment de l’adolescence, est en colère contre sa mère, Rosemary, qui avait décidé de tout quitter dix plus tôt en partant s’installer à New-York. Le sentiment d’abandon de la jeune fille la ravage et elle ne peut s’empêcher de s’en prendre aux autres membres de sa famille. Tandis que Sandra emmène ses fils en Laponie, au nord de la Finlande, pour un safaris d’hiver, Rosemary décide de revenir en Irlande pour reprendre contact avec sa fille. Un chapitre sur deux, le lecteur suit les aventures des frères en Laponie et les retrouvailles entre Erin et sa mère.

Il y a des lectures faites pendant la jeune adolescence qui laissent des marques : L’Appel de la forêt, Croc-Blanc de Jack London furent de celles-ci pour moi. J’aimais ces romans car j’ai toujours eu une affection particulière pour les loups et les chiens de traineaux, les huskies, et les grandes étendues neigeuses, origines grenobloises oblige sans doute. Après avoir dévoré les deux romans de London, ma mère m’avait offert un roman qu’on ne semble plus beaucoup lire aujourd’hui : Kazan de James Oliver Curwood, auteur américain contemporain de Jack London. Cette affection pour les chiens de traineaux est restée en moi, aussi le roman de Roddy Doyle, Plus froid que le Pôle nord, m’a permis de renouer avec mes lectures d’enfance.

L’auteur sait nous propulser dans l’univers blancs et froids mais fabuleux des grandes étendues neigeuses, à travers l’émerveillement des deux garçons. Leur fascination pour les chiens de traineaux, leur plaisir à parcourir les grands espaces sont communicatifs et m’ont rappelé ce bonheur que j’ai eu, moi aussi, à me laisser emporter par un attelage de huskies, il y a quelques années.

Les enfants vont, durant ce séjour grandir, sortir de l’enfance ainsi confrontés à la rudesse et à la beauté de la Laponie. Tandis qu’Erin, restée à Dublin, va, avec douleur, s’ouvrir à l’amour de sa mère. Roman initiatique donc où les jeunes enfants vont être confrontés à la perte tandis qu’Erin doit assumer des retrouvailles.  Les trois grandissent à leur manière.

J’avoue que les chapitres sur les péripéties de Tom et Johnny en Laponie m’ont plus intéressée que ceux à propos d’Erin que j’ai trouvés sans réel intérêt ni originalité. J’ai aimé côtoyer les chiens, retrouver leur esprit de meute et leur intelligence à travers les mots de l’auteur. Impossible de ne pas y voir l’influence de London et peut-être de James Oliver Curwood, mais aussi une connaissance évidente du métier de musher. J’aurais aimé que le roman ne se concentre que sur ce safaris d’hiver, j’en redemandais et lisais d’un œil distrait ce qu’il pouvait se passer à Dublin.

Toutefois, pas de réel déplaisir dans la lecture des chapitres concernant Erin, mais un intérêt moindre qui faisait apprécier encore davantage ceux consacrés aux jeunes garçons.

Une lecture dépaysante qui donne envie de boire du chocolat chaud, de se rouler dans la neige et de sentir la chaleur et le souffle des chiens.

chiens-husky-alaskaMerci aux Editions Flammarion.

Publicités
Poster un commentaire

10 Commentaires

  1. Un coup de coeur pour moi. J’ai bien aimé aussi l’écho entre le froid glacial de la Laponie, la montée cresendo du suspense et les relations entre Erin et sa mère. Le seul reproche que je peux faire à Roddy Doyle c’est que c’est trop court ! 😉 Wiiiiiidldernnnnesss quand tu nous tiens ! 😉

    Réponse
  2. Angelita

     /  février 26, 2016

    J’ai beaucoup aimé comme toi ces passages et j aime bp cet auteur

    Réponse
  3. Cela donne envie, pour le dépaysement. J’aime bien les romans d’Arto Paasilinna, dans un tout autre style, mais pour la Finlande également. 🙂

    Réponse
  4. J’ai adoré. Et puis, j’ai apprécié l’écho entre l’ambiance glacée de la Laponie, la montée en suspense et la tension entre Erin et sa fille. Bien vu Roddy – comme d’hab ! 😉

    Réponse
  5. Voilà une lecture qui serait parfaite pour moi, le dépaysement, la neige et les chiens de traineau, la Laponie… Il a tout pour me plaire ;0) Je le note et mets ton billet dans vos plus tentateurs :0) Bises

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :