« Méto : l’île » et « Méto : le monde », Yves GREVET – Tomes 2 et 3.

Grevet Méto 2 et 3Il va être difficile de vous parler de ces deux derniers tomes de la trilogie Méto d’Yves Grevet sans vous révéler certains points de l’intrigue. Donc je préfère vous prévenir d’entrée de jeu.

A la fin du tome 1, Méto et ses amis étaient parvenus à fuir la Maison. Mais ils ne sont pas tirés d’affaire pour autant en tombant dans la grotte des Oreilles Coupées. Bien qu’un peu plus libres que dans la maison, les différentes tribus des Oreilles Coupées ne sont pas des plus accueillantes. Les activités harassantes reprennent, mais Méto découvre la mer et, toujours empli du besoin de liberté, s’organise pour visiter et comprendre le fonctionnement de cette île. Là encore, l’amitié, l’entre-aide seront un moteur pour déjouer les pièges et les traitres.

Petit à petit, Méto parvient à créer des liens et est très intrigué par le Chamane, sorte de médecin ayant son cabinet dans la zone appelée Entre-Deux. Qui est ce Chamane, cet être camouflé par une capuche et des longs cheveux ? Le jeune garçon parvient également à éclaircir certains mystères de la Maison et notamment grâce à un dossier fermé par un code que Méto parvient à déchiffrer.

Bien que ce nouveau tome nous entraîne dans un autre univers, souterrain cette fois-ci, Méto poursuit sa volonté de comprendre pourquoi ses amis et lui ont été enfermés dans la Maison, et de percer ce qui se trame derrière toute cette organisation et surtout pourquoi.

Ce deuxième tome voit l’apparition de nouveaux personnages et offre une vision plus large du monde dans lequel vit Méto et des conséquences qui ont conduit à cette organisation totalitaire.

Dans le troisième et dernier tome intitulé Le Monde, la perception s’élargit encore davantage et tous les mystères trouvent leur explication, notamment les noms latins donnés aux enfants (cf. mon interrogation dans mon billet sur le tome 1), les raisons d’enfermement des enfants, ce que sont devenus leurs parents, etc.

On peut regretter parfois une certaine facilité avec laquelle les opposants parviennent à leur fin, mais on reste passionné par l’intrigue et les nombreux personnages qui peuplent ces tomes. Comme dans le tome 2, ce dernier tome voit apparaître de nouveaux compagnons mais voit également réapparaître des enfants que l’on avait laissés au tome 1.

Méto est un hymne à la liberté, à l’amitié, au pardon aussi et chaque tome offre son originalité et son propre suspens tout en poursuivant l’intrigue principale. Méto ne quitte jamais son but : la vie ne vaut d’être vécue que dans la liberté, et la dernière phrase de la série : Il faut parfois désobéir résume parfaitement l’enjeu de cette série qui est sans doute la devise principale de l’auteur, tant on la retrouve dans tous ses romans.

Une série que j’ai dévorée et un personnage que je n’oublierai pas.

Lus dans le cadre du Plan Orsec 2016.

photo libre plan orsec (2)

Publicités
Poster un commentaire

6 Commentaires

  1. J’adore cette série (dont tu parles très bien) et je suis heureuse de voir qu’elle est (enfin !) disponible en poche. Du même auteur, « NOX » est aussi passionnant.

    Réponse
  2. Je dois lire la suite du premier tome. Peut-être même faudrait-il que je relise ce premier tome que j’ai dû rendre précipitamment à la biblio. Je re-note !

    Réponse
  3. Melanie

     /  janvier 18, 2016

    Mon fils a adoré cette trilogie, j’ai hâte de la découvrir à mon tour. J’ai lu tes autres billets sur Yves Grevet, je pense vraiment que cet auteur pourrait me plaire.

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :