« Méto : la Maison » Yves GREVET – Tome 1.

Grevet Meto 1Yves Grevet est un auteur « jeunesse » que j’apprécie beaucoup. Ses romans que j’ai pu lire ces dernières années, que ce soit le fabuleux Nox ou les plus récents U4 : Koridwen ou encore Celle qui sentait venir l’orage, m’ont plu pour leur univers mais aussi pour cette façon de nous plonger très rapidement et habillement dans l’action. Il me restait donc à découvrir le roman pour lequel il est le plus connu, le fameux Méto. J’avais le premier tome de cette trilogie dans ma PAL depuis un salon du livre jeunesse de Montreuil en 2011 durant lequel j’avais eu la chance d’échanger quelques bafouillements avec Yves Grevet. Enfin, moi, je bafouillais. Je perds tous mes neurones face à un auteur que j’apprécie.

Comme souvent dans les romans d’Yves Grevet, l’incipit vous propulse d’un coup dans l’action. Presque aussi efficace que le merdre d’Alfred Jarry au début d’Ubu Roi, le premier mot du roman est Crac!… Et tout est dans ce crac ! Nous sommes dans un dortoir peuplé d’enfants, et le lecteur comprend assez vite que l’ambiance y est tendue, que l’angoisse règne : « bienvenue à la Maison ».

Comme dans Nox, Yves Grevet propose un lieu et un temps indéfinis où les enfants et les adolescents sont majoritaires. Les quelques adultes présents, les César, font preuve d’autorité et de froideur. Les règles de vie sont strictes, totalitaires. Les enfants sont répartis selon leur âge ou plus exactement leur poids. Méto fait partie de ses enfants. D’où viennent ces enfants, pourquoi sont-ils enfermés dans cette Maison, que se passe-t-il au-delà de ces murs ? Que deviennent ceux qui disparaissent ? Autant de questions qui naissent petit à petit dans l’esprit du jeune homme. Méto, courageux et intelligent, va tenter de répondre à ces questions et entraîner avec lui ses amis.

Comme tout premier tome d’une série, celui-ci pose les éléments de l’intrigue, installent les personnages. Mais le grand art d’Yves Grevet est de ne jamais retarder l’action pour autant. Très vite on a du mal à se détacher de ce roman. Tellement que j’ai couru m’acheter les deux autres tomes un jour après avoir commencé ma lecture.

Roman dystopique, Méto nous renvoie aussi au classique du genre : Sa majesté des mouches de William Golding. Comment établir une nouvelle société, selon quelles règles, une fois la pouvoir totalitaire renversé ?

Mais la simple intrigue va plus loin et on s’interroge sur ces prénoms latins donnés aux enfants, notamment à deux d’entre eux : Romu(lus) et Rémus. Je suppose que les choses s’éclairciront dans les autres tomes.

 Vous l’aurez compris un bon premier tome qui donne irrémédiablement envie de lire la suite dont je vous parlerai très prochainement.

Advertisements
Poster un commentaire

11 Commentaires

  1. Je n’ai jamais lu Yves Grevet mais à chacun de tes billets le concernant me dit que je loupe quelque chose alors j’espère qu’en 2016 j’aurai le plaisir de le lire enfin !

    Répondre
    • Tu remarques que j’insiste lourdement sur cet auteur… 😉 ! Sur les180 livres que tu as prévu de lire cette année, tu auras bien l’occasion de le découvrir 😉 !

      Répondre
  2. Je ne connaissais pas du tout, et finalement : wishlist +1 ! Merci pour la découverte ^^

    Répondre
  3. Première découverte de l’auteur avec « U4 » justement, suite à ton avis. J’ai été un peu déçue. Mais j’ai demandé l’intégrale « Méto » au père Noël, et je n’ai pas encore récupéré tous ses cadeaux, alors peut être… J’ai en tout cas très envie de le découvrir !

    Répondre
  4. J’ai l’intégrale dans ma PAL … prévue pour 2016. Ton billet me donne envie de vite la sortir.

    Répondre
  5. Une série qui me tente depuis quelque temps déjà… forcément, puisque j’ai tellement aimé celle de « Nox ». C’est déjà noté sur ma LAL mais il attendra encore un peu, car, comme je te le disais j’essaye vraiment de limiter les entrées en ce moment.

    Répondre
  6. J’ai lu ce premier tome mais je n’ai pas continué. Pourtant j’avais aimé !
    Il faudrait que je reprenne !
    Bonne année George
    Bise

    Répondre
  7. Je les ai dévorés cette année !

    Répondre
  8. Tu me redonnes envie de le lire 🙂
    Très beau billet passionné 🙂

    Répondre
  9. J’avais adoré cette série !!!
    Je n’en ai plus qu’un vague souvenir mais j’ai envie de la relire maintenant !

    Répondre
  10. XL

     /  janvier 7, 2016

    effectivement difficile de le lâcher pourtant… il y a quelques mais

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :