« U4 : Koridwen » Yves GREVET – Ado – Rentrée Littéraire 2015 #5

Grevet U4 KoridwenU4 est une tétralogie qui a l’originalité d’être écrite par quatre auteurs différents : Yves Grevet, Florence Hinckel, Carole Trébor et Vincent Villeminot, et d’être publiée par deux éditeurs : Nathan et Syros. Quatre auteurs pour raconter la même histoire vue par quatre personnages différents : Koridwen, Jules, Stéphane et Yannis. Mais l’originalité ne s’arrête pas là, car, comme le précisent les éditeurs, le lecteur peut lire les tomes dans l’ordre qu’il veut. Pas de tome 1, 2, 3 ou 4, tous les tomes peuvent potentiellement être le tome 1 comme le tome 4. Le chiffre 4 devient alors abyssale : U4, 4 auteurs, 4 personnages, 4 tomes, on aurait presque pu pousser le vice en allant jusqu’à 4 éditeurs !

Il est temps d’en venir au sujet. Dans un futur proche, un virus, le U4, a dévasté le monde, tuant 90% de la population. Étrangement, seuls les adolescents semblent avoir été épargnés. Parmi eux, évidemment les quatre personnages ci-dessus nommés. Bien que vivant dans des régions éloignées les unes des autres, et ne se connaissant pas, Koridwen, Yannis, Stéphane et Jules ont une même passion pour le jeu vidéo en ligne, Warriors of time (WOT). Jeu de combat qui permet de voyager dans des époques différentes. Chacun possède un pseudo et nos héros font partie des plus expérimentés, des Experts. Le 1er novembre, avant une coupure définitive d’internet, le maître de jeu leur donne rendez-vous pour le 24 décembre sous la plus ancienne horloge de Paris : Ensemble, nous pourrons éviter la catastrophe en réécrivant le passé. D’abord incrédule, Koridwen, réalisant qu’elle ne peut continuer à vivre seule dans la ferme bretonne de ses parents, décide de se rendre à Paris, après tout, elle n’a rien d’autre à faire. Elle embarque avec elle son cousin, Max, jeune homme fragile, prépare quelques affaires et prend la route à bord du tracteur paternel et de la bétaillère.

Ce tome écrit pas Yves Grevet narre d’abord le long trajet de son héroïne vers Paris, les rencontres de hasard, la méfiance, le danger partout. Roman dystopique, il peint la société, qui, après les ravages du virus, est violente et où règne le chacun pour soi, où la survie nécessite ruse, organisation, débrouillardise, où les gangs se forment, où les snipers sont près à vous abattre pour aucun motif.

Koridwen est une jeune fille intelligente, qui n’a peur de rien. Organisée, rationnelle, elle a passé sa jeune vie dans la ferme bretonne de ses parents, a appris à tirer à la carabine. Mais Koridwen a un autre atout dans sa poche : sa grand-mère. Ou plus exactement les livres et les potions qu’elle lui a laissés à sa mort, avec une lettre étrange. Cette Mamm-gozh est une sorcière, elle connaît les plantes, les légendes de Bretagne, elle est persuadée que sa petite-fille a un grand rôle à jouer. Au cours de son aventure, la jeune fille va pouvoir vérifier que sa grand-mère est un être fascinant qui l’aide à travers une comptine, Ar-Rannoù que la vieille femme lui chantait quand elle était enfant et qui a toujours, depuis, su la rassurer, la calmer.

Yves Grevet est un auteur ado que j’apprécie beaucoup et la lecture de ce tome ne m’a pas déçue. Comme dans Nox, il parvient à créer une atmosphère dans laquelle le lecteur se plonge sans difficulté. Koridwen va croiser plusieurs autres personnages, dont ceux des trois autres tomes. Le retour des personnages, vieux depuis Balzac, me plait beaucoup et je suis ravie de savoir que dans les trois autres tomes j’aurai l’occasion de retrouver Koridwen. Tous ont leur consistance, leur individualité, mais à qui se fier vraiment ? Dans ce monde laissé aux mains des adolescents, on ne peut s’empêcher de penser à Sa majesté des mouches de William Golding. L’anarchie règne dans cette société post-tragédie, et même si certains tentent de s’organiser, si d’autres préfèrent se réfugier dans des camps plus ou moins protégés par des militaires qui les tracent grâce à une puce électronique, il semble bien que la meilleure façon de s’en sortir est encore de ne compter que sur soi-même.

Un tome donc qui donne envie de découvrir les trois autres et de comprendre comment les auteurs ont pu faire pour donner une fin différente à leur roman. En effet, le projet original de cette tétralogie m’interroge. Car la lecture d’un tome permet déjà de découvrir plusieurs éléments capitaux, comme par exemple pourquoi seuls les adolescents ont échappé au virus. Même si chaque tome donne la vision d’un personnage différent, dans quelle mesure les auteurs vont-ils éviter les répétitions et ménager le suspens ? Seule la lecture des autres tomes me permettra d’y répondre.

Roman lu dans le cadre du Challenge 1% Rentrée Littéraire 2015. (5/6)

challenge 1% 2015

Publicités
Poster un commentaire

20 Commentaires

  1. Moi qui ne regarde plus trop la littérature pour ado en ce moment, tu me donnes envie là…

    Réponse
  2. Ces livres me donnent très envie !!! J’ai hâte de les lire. Le concept est original et les avis positifs 🙂

    Réponse
  3. J’aime beaucoup ce concept mais je ne sais pas du tout lequel prendre. J’ai l’impression que ça n’aurait pas trop de sens de ne pas lire les 4 mais ça représente une petite somme… Beau coup de com’ de Nathan en tout cas ! Merci pour ton article !

    Réponse
  4. J’ai lu le tome Jules récemment j’ai beaucoup aimé aussi

    Réponse
  5. Je suis assez tenté par cette originalité de 4 auteurs et la même histoire par 4 personnages différents. Comme tu le dis, je ne sais comment ils ont pu éviter ou non justement les répétitions. A voir =)

    Réponse
  6. Repéré aussi mais surtout ce tome là puisque écrit par Yves Grevet, j’avais tellement aimé les deux tomes de Nox

    Réponse
  7. C’est un auteur que je dois lire absolument, tu en dis tellement de bien !

    Réponse
  8. Très intriguée par cette série !

    Réponse
  9. lasardine29

     /  septembre 17, 2015

    J’avais repéré cette série, j’aime bien l’idée des 4 tomes dépendants/indépendants!
    Je pense que je vais l’offrir, puis l’emprunter 😉

    Réponse
  10. cette série m’intrigue complètement! le concept est vraiment original! tu es le premier avis que je lis et j’ai encore plus envie de découvrir maintenant ^^

    Réponse
  11. Je note, je note !
    En litté ado, je suis en train de lire « Alcatraz contre les infâmes bibliothécaires », de Brandon Sanderson (qui écrit de la fantasy pure normalement) et je me marre bien ! 🙂
    ça pourrait plaire à tes fils !

    Bizz

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :