« La Baronne meurt à cinq heures » Frédéric LENORMAND (polar historique)

lenormand la baronneHiver 1733, Voltaire est hébergé et nourri par la baronne de Fontaine-Martel, joyeuse libertine au temps de la Régence et de sa jeunesse, mais la pauvre femme est retrouvée morte dans son lit, assassinée, ce qui n’arrange pas les affaires du philosophe qui se retrouve une fois de plus sans « protecteur ». Le lieutenant général Hérault, débordé, n’a pas le temps de s’occuper de cette affaire complexe. Muni d’une lettre de cachet du roi qui demande l’embastillement de Voltaire, Hérault propose au philosophe de trouver le criminel et d’oublier la lettre de cachet. Voltaire, contraint et forcé, se lance dans l’aventure non sans demander l’aide d’Emilie du Châtelet, enceinte jusqu’aux yeux.

Voilà quelques années que j’avais acquis ce roman. Voltaire est un auteur que j’aime, que j’ai souvent croisé sur ma route lors de mes études littéraires et même après et que je fais étudier à mes élèves. Il était donc normal que j’en vienne à lire un des romans de Frédéric Lenormand qui le met en scène dans des enquêtes policières historiques. Mais une affaire entre l’auteur et une amie blogueuse m’avait coupé l’envie de lire ce roman, même si je crois qu’il faille dissocier l’homme de l’auteur sinon nous ne lirions plus Céline depuis longtemps. Quoiqu’il en soit et puisque j’ai acheté ce roman avec mes propres deniers, j’ai, selon l’auteur, le plus grand droit d’en parler. De plus, il sera content, j’ai aimé son roman.

Donc, faisons fi de mon avis sur la personne de monsieur Lenormand et considérons le roman pour lui-même.

 Il est évident que l’auteur connaît son Voltaire, aussi bien historiquement, biographiquement que littérairement et c’est sans doute le principal attrait de ce roman, du moins de mon point de vue. L’intrigue policière devient un prétexte pour faire déambuler Voltaire dans les différentes sphères de la société du XVIIIe siècle. On est donc en immersion et on prend un vrai plaisir à suivre Voltaire et sa future maîtresse Emilie. Car outre Voltaire, la présence d’Emilie du Châtelet fut aussi déterminante pour moi. J’ai, là encore, depuis longtemps l’intention de lire le livre que la grande Elisabeth Badinter sur Emilie du Châtelet et Louise d’Epinay  (Emilie, Emilie, l’ambition féminine au XVIIIe siècle). Bref !

Le style est voltairien et pour avoir relu Candide peu de temps après la lecture de ce roman-ci, j’ai pu en percevoir les similitudes : l’usage de l’ironie dite voltairienne étant, bien évidemment l’un des principaux traits de ressemblance. Mais la touche voltairienne se perçoit également dans l’humour, et, plus facilement, dans le choix des titres des chapitres : Comment Voltaire perdit l’abri d’un beau château et pris ses quartiers dans une soupente qui renvoie directement au titre du chapitre un de CandideComment Candide fut élevé dans un beau château et comme il fut chassé d’icelui.

Plus que l’intrigue policière, c’est donc avant tout ces références qui m’ont plu et la reconstitution d’une époque. Si l’intrigue et ses ressorts se sont vite envolés de ma mémoire, il me reste cette sensation agréable de m’être promenée aux côtés de Voltaire. Celui-ci apparaît effrayé par la Bastille, veut à tout prix faire lire sa nouvelle pièce, Eryphile, nom que tout le monde prend pour une maladie, recherche sans cesse une protection pour bénéficier de la liberté de créer en étant nourri et logé. Il est drôle, impertinent, fidèle à lui-même, du moins de l’image qu’il donne de lui dans ses œuvres. Il est celui dont on se méfie, celui auquel on n’ose adresser la parole, celui à qui on conseille d’atténuer ses expressions pour avoir une chance de rentrer à l’Académie Française. C’est essentiellement le Voltaire des contes qui nous est ici présenté, dans sa légèreté mais aussi dans son ironie et son impertinence, plus que le pourfendeurs des injustices ou de l’intolérance, voire même du fanatisme, même si, deci delà, certaines allusions sont faites et notamment les références religieuses au Jansénisme.

Un roman donc que les amateurs de Voltaire goûteront avec plaisir.

Roman lu dans le cadre du Plan orsec 2015.

plan orsec 2015

Publicités
Poster un commentaire

13 Commentaires

  1. Comme toi j’ai beaucoup croisé Voltaire pendant mes études et j’ai une prédilection pour cette époque, c’est donc une série qui m’intéresse et qu’il me tarde de découvrir !

    Réponse
  2. Pas encore lu un seul tome de cette série qui, pourtant, m’attire

    Réponse
  3. Je ne me suis jamais orientée vers cette série car j’avais lu une mauvaise critique sur l’un des livres. Peut-être pour un jour…

    Réponse
  4. L’affaire m’a totalement coupé l’envie de m’intéresser aux romans de ce monsieur. Même si je comprends tout à fait qu’on ne lirait plus grand chose si on devait apprécier les auteurs avant de lire leur œuvre. C’est pour ça d’ailleurs que je ne suis pas une inconditionnelle des rencontres lecteur-auteur, de peur que ça ne me gâche mon plaisir.

    Réponse
    • Pour cet article j’ai relu les commentaires sous l’article et j’ai été à nouveau très énervée, même si c’est dur de différencier l’homme de l’auteur, je crois que parfois c’est nécessaire. Mais j’avoue que lire ce roman et le chroniquer fut un vrai cas de conscience !

      Réponse
  5. J’aimerais le lire une bonne fois que j’aurai parcouru les ouvrages de Voltaire !

    Réponse
  6. sous les galets

     /  mars 8, 2015

    Je n’avais jamais entendu parler ni de l’auteur, ni de ses ennuis avec une blogueuse, ni de cette série, mais je dois dire que le postulat de départ est particulièrement tentant. La seule chose que je craigne c’est que l’aspect policier ne soit qu’un prétexte pour mettre Voltaire en scène…d’autant que tu avoues qu’il ne te reste pas grand chose de la résolution de l’énigme non ?
    Mais je note quand même (en plus ce doit être un bon outil pour familiariser des jeunes avec Voltaire non ?)

    Réponse
    • Tu ne crois pas si bien dire, je l’ai donné à lire à mes élèves ! 😉 !
      L’enquête n’est pas si mal dans la mesure elle te fait avancer dans la lecture mais j’ai été surtout séduite par Voltaire et Emilie !

      Réponse
  7. acheté aujourd’hui je le commence ce soir ☺

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :