« Agatha Doyle au service de sa majesté » de Caroline TRIAUREAU (Rentrée Littéraire 2014 #14)

triaureau Agatha DoyleJ’avais repéré ce roman sur les blogs et en le découvrant au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, je n’ai pas résisté à la fois à cette si jolie couverture so british et au titre, savant mélange d’Agatha Christie et de Conan Doyle.

Agatha est une jeune fille spontanée et enthousiaste. Avec ses amis, Sherlock et Hercule, ils forment un trio complémentaire. Miss Marple, leur professeur d’anglais qui ne supporte pas les frasques de la jeune héroïne,  emmène sa classe à Londres pour un séjour linguistique et touristique. Le trio est alors loin de se douter ce que leur réserve cette petite escapade londonienne !

Ce roman jeunesse avait donc tout me plaire : Londres, les références à Agatha Christie et à Conan Doyle et aux personnages de ceux-ci, semblaient très prometteurs. Mais voilà, la sauce n’a pas vraiment pris pour plusieurs raisons.

La première raison est l’aspect un peu trop didactique de l’auteur. Comme nous l’informe la 4e de couv., l’auteur est professeur de français en collège, ce qui en soit n’est pas répréhensible, sauf que certains passages relèvent davantage du guide touristique que du roman. Je veux bien qu’Hercule soit cultivé, mais être capable à 14/15 ans, voire moins, de débiter des dates sur l’histoire d’Angleterre et son conflit avec l’Irlande de façon si précise confère du génie ! Ceci ne serait pas si grave si l’on n’avait également droit dans le détail à tous les noms des salles et couloirs de Westminster Palace. Là encore ce peut être intéressant et enrichissant, sauf que, là encore, le roman prend des airs de guide, guide d’ailleurs évoqué dans le roman quand Agatha en fait la lecture ! Pour résumer, la valeur pédagogique du roman est assez maladroitement traitée et se fond mal dans le récit.

L’autre raison vient de ce qui, pourtant, m’avait attirée : les références aux auteurs anglais et à leurs personnages. Si Sherlock et Hercule ont quelques points communs avec les personnages d’Agatha Christie et de Conan Doyle, je ne vois pas bien l’intérêt d’appeler Miss Marple la professeure d’anglais qui est aux antipodes de la « vraie » Miss Marple. Ces références à travers les prénoms m’ont donc paru assez superficielles et pour tout dire mal exploitées. J’ai préféré les petits clins d’oeil internes, comme l’allusion aux petites cellules grises d’Hercule, par exemple. Il m’a donc semblé que ce procédé était purement factice. S’il peut paraître amusant au départ, il tombe vite à plat. Et encore plus à la fin où Agatha Doyle s’imagine auteur de romans policiers : je raconterai les aventures de Sherlock… Holmes. Tu seras un grand détective anglais, joueur de violon et habillé de tweed avec une pipe à la bouche ! (p.162). Je vous avoue que là j’en ai perdu mon anglais, ou du moins le peu que j’en ai ! Je n’ai donc pas compris l’utilisation de ces références, on est loin d’Enola Holmes !

Je vous passe les petites invraisemblances qui font que l’on entre dans les appartements privés de Westminster comme dans un moulin ou qu’une classe d’une vingtaine d’élèves n’a pour accompagnateur qu’une prof qui ne se rend pas compte qu’il lui manque trois élèves dans ses rangs !

Bref, vous l’aurez compris ce roman jeunesse m’a passablement déçue certainement parce que j’en attendais plus. J’ai conscience de ne mettre en avant que les points négatifs, pour les points positifs je vous laisse lire les avis de Will ou de Mya.

Roman lu dans le cadre du Challenge 1% Rentrée Littéraire 2014 et Plan Orsec 2014.

challenge 1% 2014PAL Orsec 2014

Advertisements
Poster un commentaire

8 Commentaires

  1. Moi aussi j’ai été déçue même si je pense que le roman pourra plaire aux lecteurs collègiens. L’organisation du voyage scolaire me donnait des sueurs froides 😉

    Répondre
  2. Je l’avais repéré aussi sur les blogs mais les avis mitigés ne m’avaient pas incité à l’acheter et ton billet m’y incite encore moins !

    Répondre
  3. Les précédents avis que j’avais lus étaient beaucoup plus enthousiastes. Du coup, merci de nuancer un peu tout cela par ton billet. Si je suis toujours curieuse de découvrir ce roman, je sais désormais un peu plus à quoi m’attendre.

    Répondre
  4. estellecalim

     /  décembre 22, 2014

    Je n’ai pas les mêmes reproches que toi sur ce roman, mais c’est vrai qu’il y a plusieurs petites choses qui m’ont déplu voire choquée. C’est dommage, l’idée était pas mal et comme tu le dis, la couverture était très réussie.

    Répondre
  5. Oh dommage, car le sujet et la couverture me donnaient une folle envie de le lire ! Je rigole bien en lisant tes commentaires sur l’organisation du voyage. Depuis que je suis de l’autre côté et n’ai à gérer ne serait-ce qu’une sortie au musée de deux heures, je vois ces voyages différemment !

    Répondre
  6. J’avais fait le même type de reproche à un roman d’Anne Pouget, sur le Moyen-Age. Faut pas prendre non plus les ados pour des débiles .. et puis il y a des manières plus fines de leur apprendre des choses.

    J’aime bien comme ton instinct de prof se dresse à l’idée d’un groupe d’ado seuls avec un seul prof accompagnateur … 🙂

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :