« Un Pedigree » Patrick MODIANO

Modiano PedigreeOn peut lire un auteur pour de bonnes ou de mauvaises raisons, tout dépend du point du vue. Hier, en fin d’après-midi, j’ai ouvert Un Pedigree de Patrick Modiano et je l’ai refermé ce matin à 9h. Lire Modiano hier, parce que, malgré la chanson de Vincent Delerm, malgré son Goncourt, malgré son Prix Nobel de littérature, je ne l’avais encore jamais lu. Lire Modiano, par énervement contre une ministre soit disant de la culture qui n’a pas été fichue de citer un titre de ses romans. Lire Modiano pour savoir, peut-être aussi simplement pour combler une lacune littérature. Lire Modiano pour ces raisons-là, sont-ce les bonnes ou les mauvaises raisons ? Chacun jugera, ou pas, peu importe, quoiqu’il en soit il n’est jamais trop tard pour lire un auteur que l’on n’a encore jamais lu.

Patrick Modiano livre dans ce roman une longue liste des personnes croisées dans son enfance et son adolescence, des personnages plutôt que côtoyaient ses parents pendant la guerre, à la libération et puis dans les années 50/60 : A mesure que je dresse cette nomenclature (p.20). Nomenclature, oui, écriture un peu froide et pressée d’en finir avec ce passé, avec ces parents si peu parents, avec cette mère toujours absente et si peu maternelle, avec ce père mystérieux cherchant toujours à se débarrasser de cet enfant dans des pensionnats, chez des amis…

Je suis un chien qui fait semblant d’avoir un pedigree (p.13), écrit-il, qui se cherche une histoire, une place parmi ces noms parfois célèbres (Arletty, Queneau…), ces noms qui renvoient à une époque révolue, pleine de trafics sombres, d’arrestations, de planques. Une histoire qui est celle de ses parents et à laquelle il a participé malgré lui, en  attendant la majorité et la liberté de vivre sa propre vie : J’écris ces pages comme on rédige un constat ou un curriculum vitae, à titre documentaire et sans doute pour en finir avec une vie qui n’était pas la mienne (pp.44/45).

Au milieu des noms qui s’égrènent, surgissent des titres de romans lus durant cette période, des choses plus personnelles, plus intime comme la mort de son frère dont on ignorera les circonstances, et qui lui fut annoncée froidement. Et puis il y a les rues de Paris, les quartiers, les promenades la nuit. Et au fil des pages, l’écrivain qui se dessine, comme si cette attente lui avait finalement permis de se construire comme écrivain. A 21 ans, âge de sa majorité, enfin libre, il écrit d’ailleurs son premier roman, acte libérateur sans doute qui est le début de sa propre vie.

Un roman étrange, parfois agaçant par les listes de noms, mais qui sans cesse ravive notre intérêt par une anecdote, une pensée et un fil conducteur. Toutes ces personnes croisées sont des personnages de roman, incarnent une époque trouble, romanesque : Peut-être tous ces gens, croisés au cours des années soixante, et que je n’ai plus jamais eu l’occasion de revoir, continuent-ils à vivre dans une sorte de monde parallèle, à l’abri de temps, avec leur visage d’autrefois (p.120). Et l’on comprend qu’ils sont l’essence de sa vocation. A vivre dans un monde romanesque, à côtoyer des personnages de roman, à lire des romans, ne devient-on pas nécessairement écrivain ? Il lui restait juste à trouver son propre univers romanesque, comme il avait besoin de mener sa propre vie.

Une roman peut-être lu pour de bonnes ou de mauvaises raisons, mais un roman que j’ai aimé lire, un style si particulier et un univers que j’ai envie de retrouver.

Roman lu dans le cadre du Plan Orsec 2014.

PAL Orsec 2014

Advertisements
Poster un commentaire

24 Commentaires

  1. Toujours pas lu de Modiano non plus, à tort ou à raison. Un ou deux de ses romans me branchent bien. Je vais tenter une approche dans ces prochaines semaines, pour ne plus dormir bête !

    Répondre
  2. Je ne l’avais jamais lu non plus, ses livres ne m’attiraient pas trop. Je me suis dit qu’il était temps.
    Je viens de lire Dimanche d’août. Bof. Bien écrit mais un peu conventionnel. Rien de bien époustouflant qui te fait penser « Wouaou, ça c’est un grand écrivain ».
    Djian fait aussi bien.

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :