Descente en librairie il y a quelques semaines, et considérations diverses et variées.

descentes en librairie 2Ces derniers temps, je me rends en librairie presque uniquement pour trouver des éditions scolaires pour mes cours : quelle édition choisir des Fleurs du Mal ou de Candide ? J’avais commencé ma quête cet été et je l’ai poursuivie en septembre. Difficile de faire un choix d’autant que je trouve les couvertures monstrueuses ! Dans une volonté de faire jeune et dépoussiéré  les éditeurs finissent pas se perdre dans des illustrations totalement fantaisistes.

Entre le Candide version Oui-Oui :

candide édition ouioui

Ou la couverture de Pierre et Jean qui serait plus adaptée pour Jules et Jim :

Pierre et Jean couv hatier

Voire des couvertures version film d’horreur pour Les Fleurs du mal,

les fleurs du mal

je vous avoue que je n’avais que l’embarras du choix. Je ne m’étais jamais rendu compte du nombre d’éditions scolaires disponibles. Le texte est saucissonné, interrompu par des synthèses, des questionnaires de lecture, des notes en tout genre, si bien que tout en lisant le livre, les élèves ingurgitent en prime tout un tas d’informations qui court-circuitent les cours, et surtout interrompent la lecture, enfin je trouve. Pour Pierre et Jean, j’ai jeté l’éponge et me suis rabattue sur l’édition Folio Classiqueplus, ce qui m’a voulu la remarque d’un élève : « Madame, les notes sont à la fin du livre, c’est bizarre ! ». Ben oui, dans les éditions non scolaires, pas de notes de vocabulaire en bas de page. On pourra me dire que ces éditions scolaires permettent une lecture simplifiée des oeuvres, certes. Mais pourquoi toujours mâcher le boulot ? Et franchement, je serais à la place de mes élèves, être sans cesse obligée de rechercher la suite du texte, m’aurait passablement énervée. Et puis, en tant que prof, j’ai un peu l’impression qu’on me spoile mon cours. Ce qui m’énerve un peu, c’est cette manie moderne de tout leur donner sans que les élèves fournissent le moindre effort. Lire un texte sans annotation, c’est aussi compter sur soi-même pour comprendre le texte, le texte tel qu’il est. J’ai envie que mes élèves se fassent confiance plutôt que d’aller lire des explications sur tout ce qu’ils lisent sans les laisser chercher par eux-mêmes.

Bref, tout ça pour vous dire que mes descentes en librairie ont un peu changé de nature, mais, vous me connaissez, une fois le rayon scolaire épluché, impossible pour moi de résister aux autres rayons. J’ai donc fait quelques achats ces dernières semaines, très peu, cependant, je vous rassure.

En septembre, trois livres :

Achat de livres septembre 2014

  • Chambre 2 de Julie Bonnie qui vient de sortir en poche et que je voulais lire depuis sa sortie.
  • L’échange des princesses de Chantal Thomas. Depuis ma lecture enthousiaste des Adieux à la reine, j’ai envie de continuer à lire les romans de Chantal Thomas.
  • 3 minutes pour découvrir les 50 légendes les plus célèbres de la mythologie. Je dois avouer que je l’ai acheté avant tout pour mes fils, mais ce livre est très bien fait et paraît très intéressant aussi pour les plus grands.

En octobre, mon homme m’a proposé d’aller en librairie, difficile de refuser à une telle demande. Au final, juste un petit roman pour moi tandis que mon homme est reparti, lui, avec pas moins de 4 romans.

  • La curiosité est un péché mortel d’Ann Granger, deuxième aventure de son héroïne Lizzie Martin. Je n’ai toujours pas lu la première aventure, mais il me fallait un livre 😉 !

Une petite descente donc, mais ça fait du bien quand même !

Publicités
Poster un commentaire

30 Commentaires

  1. Je partage ton avis, quand il y a des notes dans tous les sens ça me gâche le plaisir de la lecture!! Et en effet ces couvertures sont vraiment mal choisies!!

    Réponse
  2. Merci de parler de ces éditions scolaires affreuses!!!!!!! Ces couvertures sont un « tue l’amour » littéraire!! Comment des adolescents peuvent prendre au sérieux des œuvres si magnifiques qui ont des couvertures qui disent « vous qui êtes stupides et superficiels venez me lire »!!!!!! et qui empêchent l’analyse et la réflexion personnelle des jeunes pour un texte en leur mâchant le travail, et évidemment ton travail de professeur qui est celui d’expliquer et de répondre le cas échéant à leurs interrogations. Ils ne vont même plus prendre la peine d’essayer de comprendre et d’analyser seuls avec ces éditions. C’est une bonne illustration de notre société qui veut mettre tout le monde dans le même moule, étouffer les personnalités à la base, et pousse vers le bas plutôt que vers le haut!! heureusement qu’il y a encore des profs comme toi qui réagissent à tout ça!!! merci…

    Réponse
  3. Tout à fait d’accord avec toi concernant ces éditions scolaires avec dossiers pédagogiques, images, notes et re-notes ! Bon ,je suis en collège depuis 5 ans alors les couleurs, les illustrations, la taille des caractères, les notes de vocabulaire, tout ça, ça compte beaucoup. Mais avant, en lycée, je me souviens avoir utilisé pas mal d’éditions « basiques » :-). Et puis, la couverture de « candide » est immonde… 😦 « 3 minutes » sur la mythologie m’intéresse, je vais aller fureter… Bonne journée!

    Réponse
  4. Dernièrement j’ai lu Les Fourberies de Scapin dans l’édition Larousse, et mon Dieu ! Forcément quand on nous indique une note on regarde et … mon dieu bis ! C’est limite s’il ne te traduise pas tout le texte en langage djeun’s ?! C’est vraiment du n’importe quoi ! Surtout que Molière, dans le genre, il se comprend plutôt bien … mais bon …
    Et du coup tu as choisi quelles éditions scolaires ?

    Réponse
  5. Côté parent, les nouvelles éditions presque tous les ans, nous obligent à racheter des œuvres sous prétexte qu’il faut la bonne édition ! Et ainsi avec le même prof, il faudra acheter 3 fois le même livre à 2 ans puis 3 ans d’écart… Vive la société de consommation !

    Réponse
  6. Tu as été raisonnable, bravo ! On m’a prêté « L’échange des princesses », tu penses le lire quand ? Attention, tout le monde m’a dit que j’allais être déçue par rapport aux « Adieux à la reine ».

    Réponse
  7. Je ne connais pas les éditions scolaires (genre cliff notes??) mais je suis moooorte de rire pour certaines couvertures. Surtout pour Candide. OMG!

    Réponse
  8. Je ne peux que partager ton avis sur les éditions scolaires. Elles sont affreuses et en plus elles n’incitent pas à comprendre, à se plonger dans le texte (quand celui-ci est intégral d’ailleurs…).

    Réponse
  9. Je me suis aussi fait cette réflexion en cherchant la « meilleure » édition des lettres persanes et de Candide… à croire qu’on prend les jeunes pour des andouilles, quand même. Et c’est vrai que ces synthèses, questions et autres commentaires en plein milieu du texte sont insupportables !

    Réponse
  10. Je suis tellement d’accord avec toi … les éditions scolaires empêchent le jeune lecteur de partir à la rencontre d’un texte, d’un auteur, une rencontre forcément intime, en lui rappelant sans cesse qu’il est là pour « comprendre » et qu’à la fin, après la dernière page, il y a un examen.
    Quelle tristesse …

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :