« Les Indomptées » Nathalie BAUER (Rentrée Littéraire 2014 #5)

bauer les indomptéesLes Indomptées est une saga familiale qui court sur tout le XXe siècle. Nathalie Bauer fait plus que raconter l’histoire d’une famille, elle nous livre l’histoire de sa propre famille en presque 500 pages. Qui dit saga, dit pléthore de personnages. L’originalité de ce roman est que sont insérées des photos en noir en blanc des personnages dont nous suivons le destin. Ces personnages de papier prennent alors un visage, une allure, grâce à ces photos.

Ce roman s’inspire en partie de l’histoire de ma famille maternelle, note Nathalie Bauer à la fin de son ouvrage. En partie oui, car elle la recrée, lui redonne vie en comblant les manques, en réinventant les pensées, les tristesses, les actes. Elle se place donc résolument dans son rôle de romancière et non d’historienne. Mais, pour moi, les romanciers sont souvent les meilleurs historiens, car au-delà des faits racontés, ils s’intéressent à l’humain.

Noélie, Julienne et leur cousine, Gabrielle, vivent ensemble dans l’ancien domaine familial. Les finances sont au plus bas, et Noélie, qui, dans sa jeunesse, connut un succès littéraire, décide, pour sauver l’exploitation de la ruine, d’en écrire l’histoire et par là même de ceux qui l’ont fait vivre. Nous sommes à la fin des années 90. L’histoire des Randan parvient donc au lecteur par analepses, quand Noélie se met à son bureau pour écrire. Alternent alors l’histoire des trois femmes fin 1990 et l’histoire de la famille durant le XXe siècle.

Un arbre généalogique, au début de l’ouvrage, permet au lecteur de s’y retrouver parmi tous les personnages et ce n’est pas un mal. Les personnages se succèdent et l’on est parfois un peu perdu, notamment quand les ancêtres et les enfants portent le même prénom. Il faut donc un peu de temps pour visualiser qui est qui et l’alternance des récits (récit fin 90 et récit du passé) accentue parfois cette confusion. Ce qui est évident pour Nathalie Bauer, ne l’est pas toujours pour le lecteur.

Cependant dans cette fresque du XXe siècle, le personnage principal est l’exploitation peut-être plus encore que les personnes qui y ont vécu. Les générations se succèdent, les drames familiaux mais aussi historiques, bouleversent les vies et les destins, mais le domaine demeure, même s’il évolue, se modernise ou est démantelé. Situé près de Rodez, cette exploitation et son histoire, raconte aussi la disparition progressive des grands propriétaires terriens, souvent ruinés après la première guerre mondiale. Nathalie Bauer, en mettant son titre au féminin, se met résolument du côté des femmes de cette grande famille : l’éducation stricte de l’aïeule, les mariages mal assortis mais aussi les mariages d’amour ou les mariages qui ne peuvent se conclure ; l’éducation de certaines filles aussi ; l’emprise religieuse sur d’autres… Les rôles dévolus aux hommes quand certaines femmes auraient pu faire mieux, comme elles l’ont prouvé entre 1914 et 1918.

Fresque dense, donc, mais passionnante.

On peut regretter parfois quelques fautes de syntaxe : ce n’est pas d’un simple chagrin d’amour que souffre Zoé au lieu de DONT (p.150) ou encore Combien d’avancée pourraient-elles être accomplies si s’unissaient tous les hommes de bonne volonté !  (p.297) au lieu de POURRAIT ÊTRE, plus simplement.

Roman lu dans le cadre du Challenge 1% Rentrée Littéraire 2014 et du Challenge 1 pavé par mois.

challenge 1% 2014challenge 1 pavé par mois by bianca

Merci aux Editions Philippe Rey.

Publicités
Poster un commentaire

7 Commentaires

  1. Il me tente beaucoup.

    Réponse
  2. J’hésite un peu malgré ton avis

    Réponse
  3. Je ne connaissais pas ce titre mais il me tente beaucoup !

    Réponse
  4. Laurence (Lolotte)

     /  septembre 15, 2014

    J’adore les saga, je note ! Je suis en train de lire « Le fils » de Philipp Meyer, j’en reparle très vite mais dans le genre saga, je suis servie !

    Réponse
  5. Les saga familiales ne sont pas mon fort, mais de temps en temps je ne dit pas non. Je le note.

    Réponse
  6. valmleslivres

     /  septembre 16, 2014

    Je n’ai pas réussi à entrer dedans, j’aurais sans doute dû persévérer mais je n’en ai pas eu l’envie.

    Réponse
  7. Je le note dans un coin de ma tête. C’est un livre qui pourrait me plaire surtout s’il y a de vieilles photos à l’intérieur !!

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :