« La jeune fille à la perle » Tracy CHEVALIER

chevalier la perleLa Jeune fille à la perle est un roman historique fictif qui imagine le destin de la jeune fille qui aurait servi de modèle au peintre Vermeer pour son tableau éponyme. L’histoire se déroule à Delft en Hollande, Griet a une quinzaine d’années. Son père, céramiste, est devenu aveugle après l’explosion d’un four, privant alors sa famille de son revenu. Dans ces conditions, Griet est engagée par le peintre Vermeer comme servante. L’intrigue court de 1664 (date de son embauche) à 1676 (date du décès de Vermeer).

Dans ce roman, Tracy Chevalier évoque la vie au XVIIe siècle à Deft et notamment la vie de famille, celle de Griet, pauvre et comptant sur le travail de ses enfants pour subvenir aux besoins quand l’homme de la famille ne peut plus exercer son métier, mais aussi de la condition de la femme, de la femme bourgeoise à la simple servante. Elle crée aussi une biographie plus ou moins fictive de Vermeer, peintre dont la vie est assez méconnue et qui devient donc pour une romancière une manne pour son imagination.

Griet est une héroïne parfaite, qui accepte son destin tout en en rêvant un autre que sa fréquentation de Vermeer va lui faire toucher du doigt. Solitaire, indépendante, influencée par son père sensible à l’art, elle a un sens des couleurs, ce que Vermeer repère immédiatement chez elle. Elle devient alors la seule servante à obtenir le droit de pénétrer dans l’atelier du peintre, dans un premier temps pour faire le ménage, mais petit à petit pour mélanger les couleurs et enfin pour poser.

Vermeer est une figure en retrait du roman, une présence un peu fantomatique auréolée de silence et de respect, désigné uniquement par le pronom personnel il.  Sa parole est rare donc précieuse, et toute sa famille vit au rythme de sa création.  Tracy Chevalier parvient très bien à rendre compte de cette création grâce à un vocabulaire pictural et l’on a réellement l’impression de suivre le pinceau du peintre, de sentir les odeurs de l’atelier.

La relation qui se noue (sans se nouer) entre Griet et Vermeer est tout dans le non-dit, dans les regards, les sensations. L’éveil de la sensualité chez la jeune fille se fera à son contact, mais elle la vivra dans les bras d’un autre.

C’est un beau roman, en clair obscur un peu comme la peinture hollandaise, avec ses zones lumineuses et ses zones d’ombre, une peinture intime d’une famille et de sa domesticité comme dans les tableaux de Vermeer, même si ses peintures rendent essentiellement compte de la quiétude familiale. Tracy Chevalier a su aller au-delà de la petite histoire ou de la simple biographie, pour rendre compte aussi d’une époque traversée par les épidémies, la violence des riches envers les plus pauvres et notamment envers les femmes et plus encore les servantes. Mais elle a su également donner vie à cette jeune fille à la perle à jamais immortalisée sur une toile et qui, paraît-il, n’aurait jamais existé, mais serait née de l’imagination de Vermeer.

vermeer la jeune fille perleVermeer. La jeune fille à la perle (1665-67)

 Roman lu dans le cadre du Challenge la littérature fait son cinéma, du Challenge Petit Bac 2014 (cat. objet), du Challenge Mélange des genres (cat. Roman historique), du Challenge Romancières américaines et du Plan Orsec 2014.

challenge la littérature fait son ciné saison 4challenge petit bac 2014challenge mélange des genreschallenge romancières américainesPAL Orsec 2014

Advertisements
Poster un commentaire

35 Commentaires

  1. J’ai lu « La vierge en bleu » et j’ai beaucoup aimé sa plume. Celui-ci est aussi dans ma LAL !

    Répondre
  2. J’avais aimé le film, et ma lectures des « Heures silencieuses » de Gaëlle Josse me donne envie de retourner dans cette période hollandaise 🙂

    Répondre
  3. Une fois n’est pas coutume, j’avais vu le film et eu envie de lire le livre. Et ça a été une vraie découverte de cette auteur. J’ai beaucoup aimé cette « Jeune fille à la perle » mais aussi son « Prodigieuses créatures » qui a su m’emmener alors que le sujet des curios ne m’inspirait vraiment pas au départ. J’aime le style de Tracy Chevalier. Il me reste « Récital des anges » dans ma PAL d’ailleurs.

    Répondre
  4. Chantal

     /  septembre 16, 2014

    J’ai découvert Tracy Chevalier avec Prodigeuses Créatures,séduite par ce livre j’ai continue avec La Jeune Fille à la perle,un vrai bonheur.

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :