« Il est de retour » de Timur VERMES

Vermes il est de retourEt si Adolf Hitler se réveillait dans Berlin un matin de 2011 que se passerait-il ? Tel est le postulat de départ de Timur Vermes, journaliste allemand, de mère allemande et de père juif hongrois. Postulat intéressant et qui émerge dans un contexte international où les faits antisémites semblent refaire surface. Surfant à la fois sur le roman historique (avec des analepses sur le passé politique d’Hitler) et la veine burlesque (au sens littéraire du terme) et ironique, Timur Vermes dresse un portrait de notre époque et de l’Allemagne actuelle. Se servant d’un oeil naïf (pas tant que cela cependant), l’auteur balade son Hitler dans le Berlin moderne et notamment dans le milieu des médias (télévision, presse, youtube…). Montesquieu avait pris des Persans pour parler des parisiens du XVIIIe. S’il gardait la même époque, il se servait des Persans, issu d’un pays lointain aux moeurs différentes, pour donner un regard distancié sur les moeurs françaises. Ici, Timur Vermes conserve le lieu mais change d’époque entraînant certains parallèles qui font froids dans le dos.

L’intérêt principal de ce roman pour moi est le regard critique porté sur les médias et sur les buzz internet relayés par youtube. Timur Vermes décrit parfaitement comment les émissions surfent sans cesse sur le sensationnel faisant fi des idées véhiculées pour faire de l’audience, acceptant tout sous le fallacieux principe du second degré. Il montre la vacuité des émissions télé dans un passage assez drôle où Hitler, en zappant ne tombe que sur des émissions culinaires. Hitler comprend pourtant très vite que les médias sont un moyen parfait de propagande et apprend à les utiliser. Que ce soit les émissions de télé dans lesquelles il intervient ou la presse (Bild notamment), les médias montrent leurs faiblesses face à un être déterminé et manipulateur. L’esprit stratégique d’Hitler en fait un parfait communiquant et c’est bien cela le problème.

Parallèlement au récit principal se déroulant en 2011, sont insérés des chapitres revenant sur la conquête du pouvoir d’Hitler dans les années 30. Analepses donc, comme je le disais au début, qui revient sur le passé historique et qui éclaire la nouvelle conquête du pouvoir de l’Hitler de 2011. Ces chapitres sont parfois un peu longs, notamment quand il est question de stratégie militaire ou quand l’auteur évoque des noms qui m’étaient inconnus. Heureusement le glossaire en fin de roman permet d’éclairer les lecteurs non germaniques ou dont les connaissances historiques sont insuffisantes. Toutefois, ces chapitres ont souvent un intérêt historique puisque cette période de conquête du pouvoir par Hitler est moins bien connue.

Ce roman est dérangeant du simple fait de faire d’Hitler le personnage principal d’un roman mais plus encore d’en faire le narrateur et donc, de mettre le lecteur dans la tête de ce fou fanatique. L’aspect comique est présent, notamment dans les premières pages, car l’anachronisme crée le rire, mais j’avoue que je n’ai pas saisi l’aspect comique de ses interventions télévisuelles. Même en prenant ses interventions au second degré, j’ai du mal à percevoir ce qui peut être comique et du coup, un des ressorts de l’intrigue m’a échappé.

Ce que j’ai trouvé plus drôle est la façon qu’a Hitler de tout transposer en tactique militaire et notamment la communication. Les personnes qui travaillent avec lui à la télé sont mises en comparaison avec les hommes clefs du Reich. C’est un rire jaune cependant, car il montre qu’aujourd’hui encore l’enrôlement dans des idées extrêmes est possible.

Si le postulat de départ est judicieux, j’avoue que son traitement m’a parfois laissée dubitative notamment parce qu’au fil des pages, celui que l’on prend au début comme un sosie parfait, est de plus en plus assimilé à Hitler lui-même. Les personnes qui le fréquentent finissent par l’assimiler à Hitler et le décalage est alors rompu.

 Un roman intéressant donc et qui propose une réflexion à la fois littéraire, historique et sociale. Un postulat qui permet d’avoir un regard distancié sur notre époque et qui, peut-être, aura une valeur d’avertissement et de remise en cause… On peut toujours rêver !

Roman lu dans le cadre du Challenge 1 pavé par mois (404 pages).

challenge 1 pavé par mois by bianca

Merci aux Editions Belfont

Publicités
Poster un commentaire

33 Commentaires

  1. Je suis très attirée par ce roman, dont le postulat de départ m’intéresse énormément. J’espère qu’ils l’auront à la bibli !

    Réponse
  2. Je suis plutôt pour le fait qu’on laisse Hitler là où il est mais si l’auteur se sert de lui pour décrypter intelligemment notre époque, ma foi pourquoi pas 🙂

    Réponse
  3. Un livre qui m’intéresse énormément car il amène le lecteur à faire part d’une véritable réflexion. Les avis sur la blogo semblent contrastés, même si j’ai majoritairement lu des avis positifs. J’attend donc de le lire à mon tour pour avoir un avis tranché sur la question, lorsque le livre paraitra en poche.

    Réponse
  4. ça me fait penser au livre  » la part de l autre » de eric emmanuel schmit , tu connais?

    Réponse
  5. Je l’ai réservé à la médiathèque et espère le lire très prochainement ! On en reparlera surement ^^

    Réponse
  6. un livre dérangeant que j’ai aimé lire

    Réponse
  7. Il m’intrigue, je vais tenter de l’emprunter.

    Réponse
  8. ce roman m’intrigue depuis la première fois que je l’ai croisé. J’ai travaillé pour mon master sur l’avant 2de guerre mondiale à Berlin, justement…
    à l’occasion je vais essayer de me le procurer quelque part… ou j’attends sa sortie en poche !

    Réponse
  9. je l’ai offert à un collègue et je pense que je vais l’offrir à mon chéri (et je lui piquerai bien sûr!)

    Réponse
  10. Je lui tourne autour à celui là. Tantôt j’hésite, tantôt j’ai envie de me jeter dessus…

    Réponse
    • J’ai mis un peu de temps à me lancer, j’ai bien fait de le mettre dans ma PAL estivale, une fois loin de ma bibliothèque les tentations pour lire autre chose étaient moindres !

      Réponse
  11. ça me fait penser à un livre que j’avais lu il y a des années qui postulait qu’Hitler n’était pas mort dans son bunker mais vivait dans une cache en Norvège. Du grand délire quoi 😉

    Réponse
  12. Il est à la médiathèque alors je le lirais sûrement, le postulat de départ est intéressant

    Réponse
  13. Ce que j’ai surtout aimé, c’est que tout le monde en prend pour son grade, depuis les partis politiques de tout bord jusqu’aux médias, en passant par les spectateurs.

    Réponse
  14. Le fait que le narrateur soit Hitler ne me donne pas envie de le lire. J’avoue que j’en ai soupé de celui-là.

    Réponse
  15. Ce livre est dans ma LAL ! Tu me donnes envie d »avancer l’achat pour le lire plus vite !

    Réponse
  16. J’ai beaucoup aimé cette lecture, nécessaire et réflexive

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :