« Nantas » et « Madame Sourdis » Emile ZOLA (Nouvelles)

 

Zola nantasJ’ai lu ces deux nouvelles d’Emile Zola fin juillet et je vous avoue que j’en ai un peu oublié le contenu. C’est toujours un peu le problème avec les nouvelles, j’ai tendance à les oublier rapidement. Je les lis vite, sans prendre la peine de prendre des notes et après je me trouve bien dépourvue quand l’écriture du billet fut venue. Mais je vais quand même essayer de rassembler mes neurones.

Nantas : Nantas est un jeune marseillais ambitieux est persuadé qu’il est promis à un avenir brillant. Il monte à Paris, mais ses efforts sont vains, jusqu’au jour où une femme frappe à sa porte et lui propose un marché.

Madame Sourdis : Ferdinand Sourdis est pion dans un collège de province et passe son temps libre à peindre, achetant ses fournitures dans le magasin du père d’Adèle, elle-même aquarelliste amatrice. Un tableau de Ferdinand remporte un franc succès. A la mort de son père, Adèle propose à Ferdinand de l’épouser et de lui faire profiter de son héritage pour peindre sans plus de soucier de l’argent. Ils partent alors s’installer à Paris.

Dans ces deux nouvelles, le mariage est un simple contrat, un arrangement fait sans amour dont le but reste soit la fortune soit le succès. La Flavie de Nantas est une femme froide qui accepte le mariage pour cacher le déshonneur d’une grossesse hors mariage. Ferdinand, par faiblesse et par facilité, accepte le contrat d’Adèle.

Autre thème commun : l’ambition. Nantas, qui a bien des traits communs avec le Saccard de La Curée, est un ambitieux qui apparaît dans un premier temps sans scrupules, mais qui va tomber dans le piège des sentiments. Tandis que Ferdinand se fera vampiriser par sa femme, elle-même mue par un amour de la célébrité.

Ces deux nouvelles présentent beaucoup d’intérêts et s’ancrent bien dans leur époque : Nantas profite d’un mariage d’intérêt pour réaliser son ascension sociale et on peut aussi le rapprocher du Bel-Ami de Maupassant. Dans cette fin du XIXe, l’ascension sociale ne dépend plus de la naissance et la fortune est à portée de mains des hommes forts. Mais cette force de Nantas dans les affaires est cependant souvent accompagnée d’une tendance au suicide, une faiblesse que Saccard n’a pas et qui va le conduire à un amour désespéré pour sa femme.

Avec Madame Sourdis, Zola, l’ami de Cézanne, de Manet et des impressionnistes, ancre son histoire dans le milieu des peintres. Six ans avant la rédaction de L’Oeuvre, cette nouvelle dévoile les problèmes de l’inspiration, du talent, mais aussi le système des commandes et des salons. Si Ferdinand est bien un peintre de talent, sa femme, avant tout copiste et aquarelliste, possède la technique mais non le don. Mais c’est une femme forte, décidée qui va utiliser le talent de son mari, le vampiriser, le réduisant à un être soumis et maladif : En moins d’une année, Ferdinand se sentit redevenir un enfant. Adèle le dominait de toute sa volonté. C’était elle le mâle, dans cette bataille de la vie. (p.89). On ne peut s’empêcher de voir poindre la misogynie fin de siècle : l’aquarelle est une technique féminine, secondaire par rapport à la peinture à l’huile, plus ambitieuse et masculine, d’ailleurs, Ferdinand, totalement vampirisé à la fin de la nouvelle, ne se consacrera plus qu’à l’aquarelle alors qu’Adèle s’adonnera à l’huile. L’image de la femme-vampire est d’ailleurs explicitement révélée dans la nouvelle : Adèle avait mangé Ferdinand, c’était fini (p.108). Elle est la femme qui étouffe la puissance masculine. Ce thème, de façon cependant un peu différente, se retrouve dans L’oeuvre : Christine en entraînant Claude dans le mariage et la vie de couple nuira à son talent.

Deux textes qui révèlent le talent d’Emile Zola comme nouvelliste et reprennent ou présentent des thèmes qui seront plus largement développés dans les romans de la série des Rougon-Macquart. La veine naturaliste est bien là aussi dans la reflet de la société et des moeurs du XIXe dans Nantas et jusqu’au personnage de Ferdinand qui incarne la dégénérescence du masculin devant la prise de pouvoir de la femme.

Nouvelles lues dans le cadre du Challenge XIXe, du Challenge Un classique par mois, Challenge Mélange des genres (cat. Nouvelles) et Challenge Myself.

challenge littérature XIXechallenge un classique par moischallenge mélange des genreschallenge Myself Classique français XIX

Mais également du Plan Orsec 2014.

PAL Orsec 2014

Advertisements
Poster un commentaire

17 Commentaires

  1. Si tu te souviens, je suis une grande amatrice d’Emile Zola, ton article me ravit

    Répondre
  2. ow mais c’est que tu m’as convaincue de me remettre à lire du Zola ! Depuis début août je me tate à lire les Rougons-Macquart dont je n’ai lu que Au bonheur des Dames mais que j’avais adoré !! Ces deux nouvelles me font de l’oeil aussi, j’aime beaucoup la peinture et je ne lis que peu de livres sur ce sujet (d’ailleurs je fais moi-même de l’aquarelle, cette peinture de fille ahah)
    En tout cas très bonne analyse de ces deux nouvelles bien que lus il y a un moment !! Je suis conquise 😉

    Répondre
  3. Ton analyse donne drôlement envie d’aller y voir ! ( sur les rapports de force au sein du couple de peintres, ça fait mal…)

    Répondre
  4. Appréhender petit à petit les grands auteurs classiques en picorant quelques nouvelles, en voilà une bonne idée. Merci pour tes lumières.

    Répondre
  5. Zola a bercé mon adolescence. Ça fait bien longtemps que je ne l’ai pas lu… Je dois m’y remettre. Par contre je n’affectionne pas trop les Nouvelles. Je me repencherai plutôt sur des plus gros livres !

    Répondre
    • Je n’aime pas trop les nouvelles (je les oublie trop vite!). Tu penses lire quel roman ?

      Répondre
      • Je n’arrive pas à répondre à ton commentaire, alors je commente ici (la faute à l’iPad peut-être). J’ai bien envie de me mettre à la série des Rougon-Macquart, dont je n’ai lu que l’Assomoir et Nana.

        Répondre
  6. J’aime beaucoup Zola je n’ai pas tout lu, loin de là! Je note celui-ci.

    Répondre
  7. On connait mal Zola sous cet aspect. Pourtant il fut un critique d’art éminent. Juste pour la petite histoire mon époux en avait fait son sujet de mémoire de maîtrise et en a donné quelques conférence à l’université du temps libre….
    Madame Sourdis a été tourné pour la télévision avec Nathalie Baye et j’avais apprécié au point de lire la nouvelle. J’ai d’ailleurs la cassette vidéo… avis aux amateurs !
    avec le sourire

    Répondre
    • C’était, d’après ce que j’ai lu, des nouvelles qu’il écrivait pour des journaux russes, je crois et ces nouvelles ont ensuite été publiées en France.
      J’aimerais bien voir ce film mais je n’ai plus de magnétoscope 😦 ! (merci !) il faudrait que le trouve sur un autre support.

      Répondre
  8. Tu m’intéresses en évoquant L’Oeuvre et la peinture. C’est mon roman préféré de Zola et je note cette nouvelle sans hésiter.

    Répondre

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Envie de savoir qui se cache derrière l'écran?

  • Blog Stats

    • 1,289,702 hits
  • Follow on WordPress.com
  • Facebook

  • Mon Instagram

    #Grenoble #téléphérique #lesbulles #Kusmi #bluedetox #infuseurchat #teatime
  • Social

  • « Les livres de George » cité dans Livres Hebdo Août 2015

  • Catégories

  • Articles récents

  • Plan Orsec 2016

  • Archives

  • Un livre dans la boîte !

  • Challenge Femmes de Lettres

  • Antoine et le chat qui lit

  • RSS Antoine et le chat qui lit (blog jeunesse)

  • href="https://www.goodreads.com/user_challenges/widget/2544310-leslivresdegeorge-tessier?challenge_id=5493&v=2">https://www.goodreads.com/user_challenges/widget/2544310-leslivresdegeorge-tessier?challenge_id=5493&v=2
  • Protected by Copyscape Web Plagiarism Detection
  • Samedi Sandien : Récapitulatif

  • Challenges de George

  • Commentaires récents

    topobiblioteca sur « George …
    Antigone Héron sur « George …
    noukette sur « George …
    eimelle sur Challenge Femmes de Lettres…
    les Livres de George sur Bullet Journal…
  • RSS Un blog, des livres : un Journal

    • 22 Janvier 2014
      En ce mercredi, une avant-première presse (merci mon blog de lecture !) pour le dessin-animé Tarzan qui sortira mi-février ! J’ai embarqué mes enfants avec moi évidemment sinon c’est pas drôle ! Photo prise dans le cadre du défi « 365 … Lire la suite →
  • RSS Marilyn and my Books

  • Ebuzzing - Top des blogs - Littérature
  • hellocoton

    Suivez-moi sur Hellocoton
    Retrouvez george sand sur Hellocoton
  • stats for wordpress
  • my read shelf:
    LesLivresdeGeorge's book recommendations, favorite quotes, book clubs, book trivia, book lists (read shelf)
  • Pages

  • D’autres liens utiles

  • Suivez-moi sur Twitter

  • %d blogueurs aiment cette page :