« Harry Potter et la chambre des secrets » J-K ROWLING #2

RowliglachambreDeuxième tome des aventures d’Harry et deuxième relecture. Je vous passerai le speech, je pense que tout le monde sait que dans ce tome 2, Harry va devoir affronter un monstre tapi dans une chambre souterraine. Je rappellerai juste que c’est dans cette aventure qu’intervient Gilderoy Lockhart, nouveau professeur des Forces du mal plus préoccupé pas son physique et la vente de ses livres que par la magie, que Ginny Weasley passe de figurante à personnage à part entière et qu’un étrange journal va provoquer bien des drames.

Peut-être plus encore que pour le premier tome, cette relecture m’a permis de percevoir des éléments intéressants que l’on ne perçoit peut-être pas toujours à la première lecture de façon aussi nette.

Dans le tome 1, Harry découvre sa notoriété et, mise à part, Drago, tout le monde le respecte et est admiratif. Ici, Harry découvre les affres de la célébrité et cela est d’autant plus mis en valeur que le professeur Lockhart est un spécialiste de la notoriété qu’il exploite, se faisant passer pour un sorcier courageux et très habile, alors même qu’il n’est qu’un lâche et un bien piètre magicien. Il est, finalement, ce que Harry risque de devenir s’il venait à prendre la grosse tête. Gilderoy se met d’ailleurs en compétition avec Harry voire cherche à profiter de sa notoriété pour augmenter la sienne.

Je me suis interrogée sur ce thème de la célébrité et ses dérives, car Rowling décrit bien l’aspect people de Lockhart : les dédicaces, l’admiration des femmes, les articles de presse. Lockhart exploite son image alors même qu’Harry recherche l’anonymat et a du mal à vivre sa célébrité obtenue par un acte qui lui est encore obscur voire dont il ne se sent pas  légitime. Je me suis demandée si Rowling, qui connaît, dès le premier tome paru des aventures d’Harry, un grand succès et pas mal de récompenses littéraires, n’avait pas réinvesti ce qu’elle vivait, en Harry. Peut-être, comme Harry, n’a-t-elle pas compris ce succès et a-t-elle voulu s’en préserver. Les suspicions, les doutes, les médisances prennent le pas sur le respect que suscitait Harry dans le tome précédent. Rowling a bien conscience que la notoriété n’a pas que des avantages et qu’il faut garder la tête froide, son attitude d’ailleurs dans la vie, montre qu’elle n’est pas devenue un Lockhart au féminin, mais qu’elle a suivi l’exemple de son héros.

L’autre élément est la présence plus importante des livres. Bien sûr, depuis le début, la bibliothèque, les livres dévorés par Hermione et qui donnent la clef des énigmes sont très présents, mais ici les livres peuvent apparaître comme menteurs et l’écriture comme dangereuse. Les aventures de Lockhart reposent sur des usurpations d’identité  :

Mes livres, avoue Lockhart à Harry, ne se seraient pas vendus moitié aussi bien si les gens n’avaient pas cru que c’était moi qui avait fait tout cela.  Personne n’aurait envie de lire l’histoire d’un vieux sorcier arménien laid comme pou, même s’il a sauvé tout un village d’une attaque de loups-garous (p.313).

Faut-il lire dans cette phrase un brun d’ironie de la part de Rowling sur sa propre oeuvre, d’autant que l’on sait qu’Harry lui-même aura maille à partir avec un loup-Garou. Ce peut être aussi une certaine critique de milieu littéraire et peut-être éditorial qui exploite l’image de l’auteur pour faire vendre le livre. Il ‘n’y a pas à aller chercher bien loin alors que la Rentrée Littéraire se profile et que les bandeaux sur les livres exhibent de plus en plus la belle gueule des auteurs comme si cela était le garant d’un bon livre.

Un autre livre fourbe hante aussi ce tome : le journal de Jedusor, appelait le petit livre noir (p.324). Mais ici, une autre mise en garde semble donner par, et peut-être pour, Rowling. C’est Ginny, cette fois, qui est prise au piège. Là aussi une femme. Rappelons que Hermione, pourtant sérieuse et ayant la tête sur les épaules aura bien du mal à voir en Lockhart une magicien et un auteur fantoches. Comme Hermione donc, Ginny fait confiance à tort. Mais ce n’est pas par la lecture qu’elle est trompée, contrairement à Hermione, mais par l’écriture et notamment une écriture introspective, puisque ce petit livre noir est avant tout un journal intime : Elle en a mis trop dans son journal (p.330). J’ai alors rattaché mes réflexions à propos de Lockhart à celles suscitées notamment par cette petite phrase : l’auteur, d’après Rowling, doit éviter de trop se confier dans ses livres ou de transposer sa vie en roman. Peut-être est-ce aussi une mise en garde contre des critiques qui voudraient chercher l’auteur derrière ses personnages.

Il m’est donc apparu que Rowling semblait tenir un discours caché sur son oeuvre, disant en négatif, quel auteur elle n’est pas pour mieux dire quel auteur elle est.

Je m’en tiendrai là. Bien sûr j’aurais pu aussi mettre l’accent sur le fait qu’Harry s’inquiète de plus en plus des points communs qu’il a avec Voldemort et qui sont clairement énoncés lors de sa rencontre avec Jedusor. Ou encore j’aurais pu souligner, côté références, que le combat contre le Basilic et l’emploi de l’épée rappellent les combats des valeureux chevaliers contre le dragon ou encore que se perçoit déjà l’intérêt de Ron pour Hermione… Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce tome 2 des aventures de Harry Potter, ce qui prouve une fois de plus que cette série est d’une richesse étonnante !

Lu dans le cadre du Challenge Cartable et tableau noir, du Challenge éphémère Relisons Harry Potter et du Plan Orsec 2014.

challenge cartable et tableau noir saison 2challenge relisons Harry PotterPAL Orsec 2014

Publicités
Poster un commentaire

26 Commentaires

  1. Je les ai lus il y a longtemps… à relire avec mon fils dans quelques temps!

    Réponse
  2. Une relecture toute en profondeur, dis donc ! 😉

    Réponse
  3. Ah ces profs qui poussent la réflexion si loin dans l’interprétation d’un texte ! J’avoue que je garde ma lecture d’ado dans ces romans… Le ml de magique supplante le reste avec moi 😉

    Réponse
  4. ouah, tu pousses te lecture vraiment loin. J’aime beaucoup!

    Réponse
  5. intéressant, cette autre lecture. Faudrait que je remette le nez dedans

    Réponse
  6. Je me note, se souvenir de cet opus pour la lecture des tomes suivants. Tu n’es pas ma seule à le dire, c’est de pouvoir avoir ce deuxième degrés de lecture, relire apporte un plus au lire.

    Réponse
  7. marclefrancois

     /  août 8, 2014

    Et dire que je n’en n’ai lu aucun! Pas par snobisme… sans doute ais-je trop tarder avant de les découvrir… C’est comme d’autres lectures, il peut nous arriver de passer à côté simplement parce que le moment n’était pas le bon…

    Réponse
    • Je les ai lus la première fois alors que mes 11 ans étaient déjà bien loin, mais je pense que cette série est à lire même adulte, on la lit certes différemment mais on y prend quand même un grand plaisir et c’est une quadra qui te le dit !

      Réponse
  8. C’est un point intéressant que tu fais concernant le thème de la célébrité. J’ai toujours pensé que Rowling n’était devenue vraiment célèbre qu’un peu plus tard, mais c’est peut-être influencé par l’époque à laquelle j’ai personnellement découvert ses livres. Ce que j’ai découvert concernant Lockhart c’est que c’est le seul personnage, d’après Rowling, basé sur une personne réelle. C’est peut-être pour ça qu’elle s’acharne autant sur lui ?

    Réponse
    • J’ai fait de petites recherches et apparemment dès le premier tome ce fut un grand succès ! Par contre je ne savais pas qu’elle avait été inspirée par une personne réelle pour Lockhart, donc merci pour l’info !

      Réponse
  9. Lu plus jeune, c’est celui que j’aime le moins. Mais qu’est ce que j’aime cette saga !

    Réponse
  10. devenirecrivain

     /  août 15, 2014

    J’ai lu toute la série il y a longtemps et je m’y replongerai un de ces jours. Je ne garde pas de souvenirs précis de ce livre. Je me souviens juste que le 1er Harry Potter n’est pas mon préféré mais que, plus j’avançais dans la série, plus j’aimais, à cause de l’histoire mais surtout des personnages. 🙂

    Réponse
  11. J’ai terminé Harry Potter cet été mais ton billet me donne déjà envie de les relire!!

    Réponse
  12. Tes relectures sont vraiment intéressantes, tu offres des pistes de réflexion que je trouve très justes ! Ayant lu et relu sans cesse ces livres pendant mon adolescence, j’ai l’impression de ne pas pouvoir retrouver un recul suffisant pour les analyser ainsi…
    JKR a visiblement eu du succès dès le premier tome, en Grande-Bretagne du moins. Chez nous, il a fallu atteindre le 4e tome pour qu’elle commence à être célèbre.

    Réponse

à vous....

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :